samedi 30 août 2014

ici, tout respire la vie !

"Comment sait-on
que quelque chose est en vie ?

On vérifie qu'il respire".

(une citation de Markus Zusak,
dans "La voleuse de livres")

IMG_20140720_190349

Photo juillet 2014
Le Conquet - Nord Finistère

***

Au premier plan, des cormorans.
Au loin, Molène.
Et entre les deux, un magnifique puits de soleil !
Et l'odeur iodée... Vous la sentez aussi ?

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


jeudi 28 août 2014

dernière lecture : L'âme du monde

de Frédéric Lenoir

CVT_Lame-du-monde_1415
4 etoiles

Présentation de l'éditeur :
Pressentant l'imminence d'un cataclysme planétaire, sept sages venus des quatre coins du monde se réunissent à Toulanka, monastère perdu des montagnes tibétaines, pour transmettre à Tenzin et Natina, deux jeunes adolescents, les clés de la sagesse universelle. Au-delà des divergences culturelles et historiques de leurs traditions respectives, ils s'appuient sur leur expérience personnelle et se savent inspirés par ce que les philosophes de l'Antiquité appellent l'Âme du monde : la force bienveillante qui maintient l'harmonie de l'univers. 
Leur message répond aux questions essentielles : quel est le sens de mon existence ? Comment réussir ma vie et être heureux ? Comment harmoniser les exigences de mon corps et celles de mon esprit ? Comment apprendre à me connaître et à réaliser mon potentiel créatif ? Comment passer de la peur à l'amour et contribuer à la transformation du monde ?
Loin des croyances dogmatiques, ils ouvrent le chemin simple et concret d'un humanisme spirituel qui aide à vivre.
À la suite de son Petit traité de vie intérieure, Frédéric Lenoir transmet ses connaissances philosophiques et spirituelles à travers un conte initiatique lumineux qui touche le coeur autant que l'intelligence.
 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
L'idée que toutes les religions et orientations spirituelles visent une même quête (celle de la paix et de l'harmonie...) me plaît. J'ai toujours eu le sentiment que les dieux des hommes, quelles que soit leurs religions, puisent à la même source et dispensent la même parole.
Dans ce récit (philosophique), une belle leçon de sagesse nous est donnée, dans ce sens. Disons que c'est reposant, facile à lire, et que ça mène à la réflexion...

J'ai visionné, voilà quelques temps, un documentaire qui rejoint un peu cette vision des choses, et je trouverais dommage de ne pas le partager avec vous... "Mondes intérieurs, mondes extérieurs" : c'est par ici (clic).

A noter aussi que Frédéric Lenoir anime, avec Leili Anvar, une très belle émission hebdomadaire sur France-Culture : Les racines du ciel.


Morceaux choisis :

"Combien d'êtres humains passent l'essentiel de leur vie à se soucier de choses matérielles ou futiles et oublient de prendre le temps de vivre les expériences les plus essentielles, l'amour, l'amitié, l'activité créatrice, la contemplation de la beauté du monde? Le superflu est onéreux mais l'essentiel est offert."
"La dépendance à l'égard des choses matérielles est un des esclavages les plus répandus de nos jours."
"Dans chaque être et chaque instant, heureux ou douloureux, facile ou difficile, nous ne voyons jamais que notre seule image."
"Être libre, c'est aussi ne pas agir en fonction du regard d'autrui."

"Comme l'a affirmé un ancien maître de la sagesse : "le bonheur, c'est de continuer de désirer ce qu'on possède déjà."

 

 

***
J'aime beaucoup son discours... Je vous propose de l'écouter ici :

 

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 26 août 2014

tout simplement

2014-056BagueLeBruitDesVagues

Bague en pâte polymère avec serti en perles de rocailles
(technique du hidden magique)

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 24 août 2014

land art

IMG_20140720_161624

« Chaque œuvre pousse, subsiste, se dégrade,
composantes intégrales d'un cycle
que le photographe montre à leur point culminant,
balisant le moment où l'œuvre est la plus vivante. 
Il y a une intensité dans une œuvre à son sommet
qui j'espère s'exprime dans l'image.
L'évolution et le délabrement sont implicites. »

Andy Goldsworthy

IMG_20140720_160435

Mathilde dessine, un coquillage dans la main, sur la plage des Blancs Sablons
(Le Conquet, Finistère Nord, juillet 2014)

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

samedi 23 août 2014

point de repère

"Dans l'océan,
on sent la violence, le sel !

On voit les phares...
Toute l'importance des phares
les jours de tempête."

Dans l'or du temps
[ Claudie Gallay ]

IMG_20140720_170338

Photo juillet 2014
(La pointe Saint Mathieu - Finistère)

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


vendredi 22 août 2014

dernière lecture : Le portrait de Dorian Gray

d'Oscar Wilde

portrait_dorian_gray
4 etoiles

Présentation de l'éditeur :
Par la magie d'un voeu, Dorian Gray conserve la grâce et la beauté de la jeunesse. Seul son portrait vieillira. Le jeune dandy s'adonne alors à toutes les expériences, s'enivre de sensations et recherche les plaisirs secrets et raffinés. « Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais », « il faut guérir l'âme par les sens, guérir les sens par l'âme ».
Oscar Wilde voulut libérer l'homme en lui donnant comme modèle l'artiste. Pour se réaliser, il doit rechercher le plaisir et la beauté, sous toutes ses formes, bien ou mal. L'art n'a rien à voir avec la morale. Dans une langue raffinée, l'auteur remet en question la société, le mariage, la morale et l'art. Ses propos sont incisifs et humoristiques. Ce livre scandalisa l'Angleterre victorienne, Oscar Wilde fut mis en prison pour avoir vécu ce qu'il écrivait. Au siècle suivant, Proust, Gide, Montherlant, Malraux ont contribué à la célébrité du génial écrivain.

 

Mon sentiment au sujet de ce roman :

C'est avec ce roman que j'ai découvert Oscar Wilde. Enfin, comme tout le monde j'imagine, je le "connaissais" déjà un peu : par toutes ces belles citations qui circulent, souvent illustrées du portrait de l'homme, jeune, magnifique, auréolé d'une incroyable séduction. 
Ici, je n'ai pas été déçue : les mots sont souvent croustillants, l'histoire est pleine de rebondissements, et, à mon avis, Dorian, le héros, est à l'image de son auteur... 
Quelques passages m'ont pourtant parus bien longs (la description des collections, en particulier...), dans d'autres, j'ai parfois eu le sentiment que l'auteur "s'écoutait parler", mais globalement j'avoue avoir surtout été fascinée par ces jeux d'esprit et d'écriture qui mettent bien haut la barre de la réflexion... 

Morceaux choisis :
"Quand j'aime quelqu'un intensément je ne dis son nom à personne. C'est presque une trahison. (...) La plus commune des choses nous paraît exquise si quelqu'un nous la cache."
"Il n'est rien que l'art ne puisse rendre."
"Il y a toujours quelque chose de ridicule dans les émotions des personnes que l’on a cessé d’aimer ; "
"Peut-être ne doit-on pas exprimer son adoration par des mots."
"Si l’on ne parlait jamais d’une chose, ce serait comme si elle n’était jamais arrivée. C’est seulement l’expression qui donne une réalité aux choses."
"Ne pouvaient-elles, les choses extérieures à nous-mêmes, sans pensée ou désir conscients, vibrer à l'unisson de nos humeurs ou de nos passions, l'atome appelant l'atome dans un amour secret ou une étrange affinité
"Il y a une sorte de volupté à se faire des reproches... Quand nous nous blâmons, nous pensons que personne autre n'a le droit de nous blâmer. C'est la confession, non le prêtre, qui nous donne l'absolution.
"Le dramatique de la vieillesse, ce n'est pas qu'on se fait vieux c'est qu'on reste jeune."
"Les bonnes influences n'existent pas, monsieur. Toute influence est immorale."

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 20 août 2014

un temps pour tout

"Avec un peu de fantaisie à l'âme,
la solitude n'existe plus".

(une citation de Marc Levy,
dans "L'étrange voyage de Monsieur Daldry")

***

J'ai passé mon après midi installée devant la fenêtre.
Dehors, le temps était maussade, je crois ; tout le monde l'affirme, en ce moment. 
C'est vrai : de gros nuages noirs roulaient à l'horizon...
Je n'ai pourtant perçu que des odeurs de terre mouillée,
puis la douce musique que faisait la pluie en tombant,
avec des perceptions de couleurs : le vert du jardin, le contraste du ciel.
C'était plutôt joli, lorsque je levais les yeux.
Parfois, l'eau dégoulinait sur la fenêtre.
Sous mes mains, mon ouvrage,
un air de jazz, aussi, dans l'atelier.
J'étais bien.

2014-057CollierLeBruitDesVagues

Collier en pâte polymère

 

Une création récente 
qui ne serait pas encore visible en boutique vous plaît ? 
N'hésitez pas à me contacter 

 

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 18 août 2014

où se cache la beauté du monde ?

"Combien d'êtres humains
passent l'essentiel de leur vie
à se soucier de choses matérielles ou futiles
et oublient
de prendre le temps de vivre

les expériences les plus essentielles,
l'amour, l'amitié,
l'activité créatrice,
la contemplation de la beauté du monde

Le superflu est onéreux
mais l'essentiel est offert."

Une citation de Frédéric Lenoir,
dans "L'âme du monde"

DSC02252

Photo printemps 2014
(dans les rues de Marseille...)

Posté par anne_p à 21:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 16 août 2014

dernière lecture : Le secret du docteur Barry

de Sylvie Ouellette

34328_aj_m_3806
3,5 etoiles

Présentation de l'éditeur :
Au XIXe siècle au Royaume-Uni, la jeune Margaret Bulkley afin de réaliser son rêve - devenir médecin - se fait passer dès son plus jeune âge pour un garçon. Engagée dans l'armée après de brillantes études, elle va, au cours de ses voyages, devenir une pionnière de la médecine préventive et un personnage aux excentricités réputées.
Mais comment vivre continuellement en camouflant son corps et ses pulsions de femme ; comment concilier sa véritable nature à la passion dévorante pour son métier ? 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
C'est un livre que j'ai lu avec plaisir, me sentant, je vous avouerai, un peu coupable d'y prendre plaisir... Oui mais voilà : c'était le début de mes vacances d'été, cela m'autorisant quelques écarts dans mes choix "littéraires". Parce que pour moi, ce roman-ci n'avait absolument rien de littéraire, mais s'apparentait davantage aux romans "à l'eau de rose" que je lisais parfois (...souvent !) adolescente (hey, jeune adolescente, hein !).  
J'en étais là, refermant le bouquin. Doucement repue. Doucement désolée de m'être laissée si facilement embarquer dans cette gentille histoire harlequinesque (scénario d'enfer : une jolie jeune fille rousse et sulfureuse, à l'intelligence exceptionnelle et à la force de caractère inébranlable, se fait passer pour un homme afin de devenir médecin, à une époque où aucune femme n'était autorisée à exercer ce métier. Aventure, rebondissements, histoire d'amour, camouflage d'un corps sensuel, mais interdit aux regards, tout y est !).
Jusqu'au moment où, curieuse comme je suis, j'ai découvert que Miranda Barry a bel et bien existé ! Ce roman raconte une histoire vraie !

Ah... ben si c'était un roman historique, alors, je n'ai plus aucun état d'âme.
Irais-je jusqu'à vous le conseiller ? Pourquoi pas... Mais seulement si vous êtes bon public !

Morceaux choisis :
"Je suis d'avis que c'est dans les geste plus que dans les mots qu'on perçoit la vraie grandeur d'une personne".
"Le monde en général tend à être en désaccord".

Posté par anne_p à 20:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 15 août 2014

exhausteur

 

 

Le noir
est le refuge
de la couleur.

 

(Gaston Bachelard)

DSC02781

 

Collier en pâte polymère