Le bruit des vagues

lundi 28 novembre 2016

magique...

 

Magique :
un mot bien pratique
quand on ne sait pas toujours expliquer le pourquoi du comment...


DSC07426

 

 

"Si vous ne pouvez expliquer un concept à un enfant de six ans
c'est que vous ne le comprenez pas complètement".

Albert Einstein

2016-090BouclesLeBruitDesVagues

Boucles en pâte polymère,
à partir d'une plaque
relativement aléatoire... ;)

 

 

Posté par anne_p à 16:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


jeudi 17 novembre 2016

dernière lecture : Le livre des Baltimore

de Joël Dicker

sm_CVT_Le-Livre-des-Baltimore_3731

Présentation de l'éditeur 
Joël Dicker ne quitte pas la côte Est. Le Livre des Baltimore, son prochain roman, en librairie le 1er octobre, se situe toujours à flanc d’océan. Et l’on retrouve surtout Marcus Goldman en personne, le héros de La Vérité sur l’affaire Harry Quebert.
Il quitte pour cela New York et son hiver glacé pour la touffeur tropicale de Boca Raton en Floride. C’est là qu’il décide d’écrire sur sa propre famille. Marcus vient des Goldman de Montclair : classe moyenne, maison banale à Montclair, petite ville dans la banlieue de New York. Rues à la Hopper, avec maisons de briques. Marcus a grandi dans la fascination pour l’autre branche de la famille, les Goldman de Baltimore, le grand port sur l’Atlantique, porte d’entrée historique pour de nombreux migrants. Ces Goldman-là habitent une grande demeure somptueuse dans la banlieue riche de la ville. L’oncle Saul est un avocat de renom. Tante Anita est médecin à l’Hôpital John Hopkins. Il y a aussi Hillel, leur fils, provocateur inspiré, et Woody, fils adopté par le couple, sauvé des gangs et qui rêve d’une carrière dans le football.

Mon sentiment au sujet de ce roman : 
J'ai de plus en plus de difficultés à rédiger mes petites synthèses de lecture qui, pourtant, ne me prennent pas plus de temps que ça... C'est "juste" que je ne sais pas formuler exactement les choses comme je le voudrais, c'est à dire basculer par des mots ce qui se passe en moi pendant ma lecture. C'est de l'ordre du ressenti, de l'éphémère, donc, et le décrire est très inconfortable.
Ce roman-ci nous fait passer par des hauts et des bas, et déclenche pas mal d'émotions, imprime de belles (et moins belles) images dans nos neurones. Il est assez terrible, profond, et pourtant l'homme qui raconte ici son histoire est en paix. C'est troublant.
J'ai mille fois préféré ce roman-ci à "La vérité sur Harry Québert". Ici, l'histoire est intense, tragique, crédible. D'ailleurs elle est vraie.
Peut-être.

Morceaux choisis : 
"Les souvenirs, c'est dans la tête. Le reste n'est que de l'encombrement".
"Beaucoup d'entre nous cherchons à donner du sens à nos vies, mais nos vies n'ont de sens que si nous sommes capables d'accomplir ces trois destinées : aimer, être aimé et savoir pardonner. Le reste n'est que du temps perdu."

Posté par anne_p à 19:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 1 novembre 2016

tant que je m'amuse...

d'autres tests
avec des restes de pâte qui ont bien failli partir à la poubelle...

DSC07419

Posté par anne_p à 12:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 30 octobre 2016

:)

"La joie ne vient pas de ce que vous faites :
elle jaillit dans ce que vous accomplissez,
se diffuse dans vos actions
et agit dans ce monde 
depuis le fond de vous-même".

Eckart Tolle

2016-088CollierLeBruitDesVagues

2016-085BrocheLeBruitDesVagues

Créations en pâte polymère
(collier et broche)

Posté par anne_p à 22:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 21 octobre 2016

commencement

"Au commencement,
était l'émotion".

une citation de Louis-Ferdinand Celine

2016-087CollierLeBruitDesVagues

Création en pâte polymère,
serti en perles de rocailles (Miyuki)

Posté par anne_p à 21:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 19 octobre 2016

dernière lecture : En cas de bonheur

de David Foenkinos

sm_cvt_En-cas-de-bonheur_4465

Présentation de l'éditeur :
Claire et Jean-Jacques vivent ensemble depuis huit ans. Mais, leur tendresse apparente, qui les fait citer en exemple par leurs amis, cache la véritable érosion de leur amour... Dissection d'un couple pas comme les autres... un couple comme tous les autres.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
C'est un roman assez vite lu, qui parle de la vie de deux personnes un peu perdues. Roman ennuyeux,
et qui ne nous apprend rien.
J'aurais donc mieux fait de m'abstenir et me fier aux commentaires des lecteurs de Babelio.
Préciser que j'ai beaucoup aimé l'écriture de David Foenkinos dans plusieurs autres romans (La délicatesse, Charlotte).
Ici, je suis déçue...
 
Morceaux choisis :
"Personne ne savait que faire en cas de bonheur."
"C'était peut-être ce qu'il fallait chercher, pour se sentir serein : des éclipses de beauté dans les propositions simples de la vie."
"Il trouva que les femmes, de nos jours, étaient vraiment formidables. Elles vous aimaient ou elles ne vous aimaient pas et, au bout du compte, les hommes n'avaient plus grand chose à faire. Ils n'avaient qu'à être eux-mémes, gentiment lâches, honnêtement mous, et à attendre qu'une femme s'allonge ou non sur leur chemin. On perdait moins de temps ; si les couples divorcaient plus vite il en allait de même avec les râteaux : on avait à peine le temps de regarder une fille que déjà elle nous expliquait qu'il était hors de question d'envisager quoi que ce soit."
"Forcément, on se fait toujours un peu avoir par ce que les gens pensent de nous."
"S'ils sont éphémères, les grands bonheurs sont pires que les grands malheurs."
"Au moment où nous sommes pris en photo, nous ne saurons jamais qui aura cette photo entre les mains les mois, les années, et les siècles suivants. Quelles seront les réactions suscitées par cette photo, les incidences sur la vie des gens ?"
"Partout, la beauté pouvait se révéler. Il suffisait de laisser du temps à notre œil, de ne pas se laisser étouffer par la première impression."
"(...) il se dégageait parfois une beauté rare de l'insignifiance des choses."
O"n passe notre temps à aimer des souvenirs qui, eux, nous oublient. Chaque grain de nostalgie est un rétrécissement du chemin nous menant à la mort."

Posté par anne_p à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 16 octobre 2016

le bruit des vagues

"Il y a, dans la vie, 
tellement de choses 
susceptibles de nous rendre heureux" 

Arthur Rubinstein
pianiste américain (1887-1982)

 

2016-077CollierLeBruitDesVagues

 

2016-078CollierLeBruitDesVagues

2016-076CollierLeBruitDesVagues

 

2016-081CollierLeBruitDesVagues

2016-084CollierLeBruitDesVagues

 

Colliers en pâte polymère
les trois derniers sertis en perles de rocaille

 

***

 

J'avais envie d'expérimenter toutes sortes de choses "pour voir".
J'en ai fait des petits galets
qui m'ont fait penser à la mer
à l'été
au bruit des vagues,
et ça m'a fait du bien...

;)

 

 

 

Posté par anne_p à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,