Le bruit des vagues

samedi 2 décembre 2017

dans tous les sens

"La mer est sans routes,
la mer est sans explications." 
(une citation d'Alessandro Baricco)

 

***

D'autres directions, parfois,
qui aèrent la tête,
donnent de nouvelles idées,
des envies de renouveau,
avec toujours ce doux bruit des vagues en arrière-plan...

Ici, 
on peut dire que ça part même un peu dans tous les sens...

23659168_1726943943984873_3649931819265886886_n

Voiles :
dessin aux feutres "en un seul trait",
(création dessin et essau de technique, à partir d'une photo
dimensions : 53X19.5cm)

 

Posté par anne_p à 14:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


mardi 10 octobre 2017

chez moi...

"Partout où s'étend le ciel, on est chez soi.
En tout lieu de cette terre on est chez soi,
lorsqu'on porte tout en soi."

Etty Hillesum

IMG_20171005_180047_757

Photo juillet 2017
(Porspoder, dans le Finistère)

Posté par anne_p à 07:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 5 octobre 2017

ne pas se confondre

"Exister,
ce n'est pas se confondre avec le milieu environnant
,

c'est être hétérogène,
c'est à dire différent.

Chaque couleur n'est elle-même
que par le contraste avec la couleur qui lui fait face.
Elle n'a de valeur que dans l'opposition."

(une citation d'Albert Jacquart)

DSC07917

Plaque décorée en pâte polymère,
création à venir

Posté par anne_p à 14:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 1 octobre 2017

dernière lecture : La tristesse des éléphants

de Jody Picoult

41yuyr9l5rl

Présentation de l'éditeur :
La mère de Jenna, Alice, a disparu lorsque dcelle-ci n'avait que trois ans. Aujourd'hui, elle en a treize et est bien décidée à retrouver sa trace. Elle n'a qu'une certitude : jamais sa mère ne l'aurait abandonnée. Jenna se met à relire le journal de bord d'Alice, une scientifique qui étudiait le deuil chez les éléphants. Pour progresser dans sa quête, elle s'adjoint les services de Serenity Jones, une voyante qui prétend être en lien avec l'au-delà, et de Virgil Stanhope, l'inspecteur qui avait suivi l'enquête à l'époque.
Émouvant et haletant, le dernier roman de Jodi Picoult nous fait croire à l'impossible.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Je viens de dévorer ce roman. Avec un rebondissement vers la fin qui m'a, je l'avoue, sidérée et le récit, sur la longueur, m'a beaucoup séduite (même si, certains le disent, je suis un peu "bon public" comme lectrice).
Et puis j'ai regardé les commentaires des uns et des autres sur cette incroyable histoire... Evidemment, chacun peut avoir un avis différent, d'ailleurs, c'est flagrant : chacun A un avis différent. Heureusement, sinon notre monde serait bien triste...
Pourtant, cela m'a fait réfléchir à ce mot là : critiquer.
Critiquer est-il nécessairement souligner les côtés négatifs des créations artistiques, démontrer qu'ici il y a eu une faille, et que là l'artiste aurait aussi bien fait de rester couché.
C'est vraiment ce qui m'a frappée, et j'ai pensé : "voilà, c'est exactement ça que j'ai envie de dire sur ma dernière lecture" quand j'ai écouté une émission de Laurent Ruquier à laquelle était conviée la chanteuse Camille (qui pour moi est une VRAIE artiste). Elle était venue présenter son dernier album : "Ouï". L'un des critiques m'a, oui, je crois que je peux le dire, choquée, en s'acharnant sur le sens et la forme des textes, qu'il jugeait indignes d'une ex-élève d'Hypocagne.
Pardon, Môssieu Moix : des textes qui touchent les lecteurs lambda doivent-ils être rédigés pour que seuls les (ex)élèves de Kagne, Hypocagne, Sciences Po, et j'en passe (d'ailleurs, quelle proportion de la population francophone cela représente-t-il, je serais bien curieuse de le savoir)... en saisissent le sens subtil ?
Perso (qui sais lire et écrire ...et accessoirement comprendre aussi, je crois...), je sais exactement ce qui me touche.
Un sens dans le texte
Une émotion
Une reliance ou/et une nouvelle connaissance au monde qui m'entoure.
Je sais que certains artistes un peu fêlés, qui utilisent la plupart du temps des mots simples, ont ce don là de me toucher.
Je n'ai pas besoin d'entendre pour cela des formulations intellectuelles et artificielles. J'ai juste besoin d'entendre des mots qui résonnent.
Bref...
Je voulais juste vous dire que ce roman est sacrément bien pensé, écrit, documenté (même si, même si, même si)... Si vous voulez vous laisser surprendre, séduire, et même cultiver (voui-voui), osez...
Ouvrir ce livre que le commun des "mortels" ne peut qu'encenser.
Sauf s'il a perdu son âme d'enfant
Sauf s'il a perdu le chemin des rêves et de la fiction. (fiction = Construction imaginaire consciente ou inconsciente se constituant en vue de masquer ou d'enjoliver le réel)

Morceaux choisis :
"Les grands-mères, au Botswana, disent à leurs petits-enfants, si tu veux aller vite, marche seul, mais si tu veux aller loin, marchons ensemble".
"L'écran noir de la télévision me nargue.Je ne veux pas la brancher.Je ne veux pas m'entendre annoncer quelque nouvelle horreur survenue dans ce monde où la tragédie ne connaît pas de limites."

Posté par anne_p à 18:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

jeudi 6 juillet 2017

traces de vie

“Le Beau peut durer toujours : 
il est sa propre trace. 
On parle de lui et de ceux qui l’ont servi.”

Amélie Nothomb, dans Péplum

***

Ce sont là
les "toutes petites choses"
qui ont le don de m'émouvoir...

DSC07766

Photo ce matin, 
devant la maison

 

***

 

 

Posté par anne_p à 15:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 3 juillet 2017

dernière lecture : un appartement à Paris

de Guillaume Musso

51LTIlzS4lL

3,5 étoiles

 

 

 

Présentation de l'éditeur :
Le nouveau thriller de Guillaume Musso !
« L’art est un mensonge qui dit la vérité… »
Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante.
Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler.
À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.
L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.
Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.
Guillaume Musso signe un thriller addictif et envoûtant porté par des personnages profondément humains. Une plongée vertigineuse dans le monde mystérieux de la création.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Je crois bien que je découvre, avec ce roman, la plume de Guillaume Musso... Il fait partie de ces auteurs que je boudais spontanément : trop populaire, un roman tous les ans, pour moi : cet auteur tient le bon filon à bon compte... Il est dans la production, et je n'aime pas ça.
Pourtant, je dois avouer qu'avec ce roman-ci, je me suis totalement laissée séduire. Peut-être parce qu'il est y surtout question du monde artistique ?
C'était à la fois reposant et trépidant. Comment expliquer... l'auteur connaît toutes les bonnes combines, il écrit bien, il ficelle son intrigue, et nous embarque dans un enchaînement de moments tous liés entre eux et passionnants. Avec des personnages atypiques et attachants.
Curieuse comme je suis, je suis allée avant la fin de ma lecture regarder sur internet si Sean Lorenz, un des personnages-clés du roman, est un artiste qui existe vraiment... et je n'arrivais pas à savoir si oui ou non...
Cela brouille encore mes pistes, j'aimerais tellement contempler ses oeuvres...
L'auteur dévoile ce petit secret à la toute fin du roman, j'aurais peut-être préféré rester dans le doute, parce que quand la fiction et le réel ne font qu'un, on appelle ça un vrai tour de passe-passe, non ? Et ça me plaît d'autant plus : je n'ai plus qu'à imaginer...

Morceaux choisis
"L'éphémère, c'est l'essence même de l'art urbain. C'est aussi ce qui fait sa beauté".
"Le temps est le plus grand exterminateur de l'histoire".
"Le bonheur, c'est agréable à vivre, mais ce n'est pas très bon pour la création. Tu connais des artistes épanouis, toi ?".

Posté par anne_p à 18:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 1 juin 2017

un souffle

La poésie n'est qu'un souffle.
Mais ce souffle remue le monde".

Victor Hugo

2017-010-CollierLeBruitDesVagues

Collier en pâte polymère
(tampon et peinture acrylique)

Posté par anne_p à 10:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,