de Carson Mc Cullers

37748625_p

4 etoiles


Présentation de l'ouvrage :
La difficulté de communiquer et d'aimer est la préoccupation majeure de Carson McCullers. Dans sa vie comme dans son oeuvre. Dans Le coeur est un chasseur solitaire, déjà, l'angoisse bat, palpite au rythme de la solitude désespérée des êtres. Celle de Singer, le muet, qui traîne son silence dans l'artère déserte de cette petite ville du Sud américain. Celle de tous les clients du "Café de New York". Car Biff Brannon, le propriétaire du café, aime les marginaux, les anormaux de toutes espèces. Celle de la petite Mick Kelly enfin, cette étrange gosse masculine, si semblable à l'auteur. Cette série de portraits sans reflets se cogne, se bouscule sous nos yeux et demeure à jamais dans notre esprit. Le Coeur est un chasseur solitaire est le premier roman de la jeune Carson qui n'a alors que vingt ans (1940). En quelques années, elle compose ses deux autres romans majeurs : Reflets dans un œil d'or magistralement porté à l'écran par John Huston et Frankie Addams (1946). Elle est également l'auteur d'un insolite recueil de nouvelles, La Ballade du Café Triste. 

 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
"Allons, Anne ! On ne choisit de lire un roman sous prétexte que la couverture est belle, ni parce que son titre est une véritable porte ouverte à toutes les rêveries !" Voilà ce que j'ai pensé. Pire, même : le nom de l'auteure m'étant parfaitement inconnu, je me projetais déjà plus ou moins dans un roman dans la lignée de "Les oiseaux se cachent pour mourir". Et puis quoi ! C'est ça, la lecture : la liberté de varier ses plaisirs.Un petit bonbon sucré m'attendait.
Ce roman n'a absolument rien à voir avec l'idée que je m'en étais faite. Je viens de découvrir un véritable bijou : un de ces livres, éveilleurs de conscience, en tout cas de curiosité.
Un livre comme je les adore qui, sous son apparente tranquillité, sa belle esthétique, vous propulse dans la féroce réalité.
Alors, plutôt que de vous en faire un résumé, je préfère vous parler des étranges synchronicités qui se sont produites, pendant ma lecture :
- Cristalline présentait, sur sa page Facebook, le tableau de Norman Rockwell (1963) : "The problem we all live with", me faisant découvrir cette belle personne qu'est Ruby Bridges, véritable symbole noir américain, 
dans le même temps, étaient évoqués les fameux jeux olympiques de Mexico,
(2 événements qui se déroulent une trentaine d'années après l'écriture de ce roman).
C'est de cette consternante inégalité raciale dont il s'agit, dans ce roman, dont nous sommes témoins impuissants, et qui donne froid dans le dos...
- une courte vidéo visionnée,  où il est question du libre port des armes à feu aux Etats-Unis, et l'actualité, en parallèle, toujours aussi tragique... 
- et puis d'autres thèmes, "tellement anodins"...
* le monde du dedans et le monde du dehors (la place de l'imaginaire, qui peut tout rééquilibrer),
* l'alcool,
* la difficile transition enfance / adolescence
* la difficulté des hommes à se parler. Juste entrer en contact. Faire attention à l'autre et communiquer vraiment. Vaste programme...

Il y a énormément à grapiller, dans ce (sombre...) roman, un peu de tous les côtés, chaque personnage étant tellement unique, beau et vrai.
Je vous laisse découvrir ?

 

Morceaux choisis :
"Avec lui, elle était absorbée par l'idée de tout enregistrer dans sa tête afin de le revivre plus tard et de ne rien oublier".
"Il avait connu ses amours, et elles étaient révolues. (...) Terminées. Le laissant meilleur ou pire. Lequel des deux ? Question de point de vue."
"Et comment les morts peuvent-ils être réellement morts alors qu'ils vivent dans les âmes de ceux qu'ils ont laissés ?"
"Ils sont tous très occupés. [...] Je ne veux pas dire qu'ils travaillent nuit et jour ; c'est leur esprit qui n'est jamais en repos."
"Ne me pose pas de questions et je ne te raconterai pas de mensonges. L'indiscrétion est toujours punie."