lundi 4 avril 2016

possibilité de réaliser

C’est justement la possibilité de réaliser un rêve
qui rend la vie intéressante.

Paulo Coelho

2016-029&030ParureLeBruitDesVagues

Créations en pâte polymère (collier et boucles d'oreilles assorties)
et serti en perles de rocailles

 

 

 

 

Une création récente 
qui ne serait pas encore visible en boutique vous plaît ? 
N'hésitez pas à me contacter

 

 


vendredi 1 avril 2016

dernière lecture : Une vie entre deux océans

de ML Stedman

51-6AplKSdL

4 etoiles

Présentation de l'éditeur :
Libéré de l’horreur des tranchées où il a combattu, Tom Sherbourne, de retour en Australie, devient gardien de phare sur l’île de Janus, une île sur les Lights, sauvage et reculée. 
À l’abri du tumulte du monde, il coule des jours heureux avec sa femme Isabel ; un bonheur peu à peu contrarié par l’impossibilité d’avoir un enfant.
Jusqu’à ce jour d’avril où un dinghy vient s’abîmer sur le rivage, abritant à son bord le cadavre d’un homme et un bébé sain et sauf. 
Isabel demande à Tom d’ignorer le règlement, de ne pas signaler "l’incident" et de garder avec eux l’enfant. Une décision aux conséquences dévastatrices…
Un premier roman plébiscité dans le monde entier qui interroge les liens du coeur et du sang.
" Lire Une vie entre deux océans est une expérience d’immersion totale, incroyablement émouvante. "
Monica Ali, auteur de Sept mers et treize rivières

Mon sentiment au sujet de ce roman :

Je vous avouerai que je ne sais pas trop comment aborder cette synthèse de lecture. 
C'est un roman composé de trois parties à mon avis vraiment distinctes qui, chacune, m'ont touchée d'une manière très différente.
J'ai d'abord été embarquèe dans un univers puissant et grandiose : celui la mer dans son état brut, exactement comme je l'aime. 
Petite parenthèse sur ces premières pages du roman : je crois que l'école laisse de grands blancs dans nos connaissances historiques... Vous le saviez, vous, que les australiens sont venus combattre avec les français dans les tranchées pendant la guerre 14-18, laissant le pays dans un chagrin immense de la perte de très nombreux jeunes hommes ? 
Voilà la trame de fond du roman, puis vient une histoire d'amour "toute simple" (mais une histoire d'amour peut-elle  vraiment être simple... Une belle histoire d'amour serait sans doute plus juste. L'amour de deux assoiffés de vie. Ou plutôt de deux grands blessés par la vie). 
Et le bonheur d'être deux.
Viennent ensuite des temps plus difficiles pour le couple installé sur l'île, 
Pour moi aussi.
Trop d'émotion. Trop d'injustice. Trop d'inquiétude, avec la certitude que cela ne peut que très mal finir.
J'ai dû faire de nombreuses pause, avec le besoin de souffler, cette lecture ayant été pour moi vraiment intense.
Pourtant, à aucun moment, je n'ai envisagé de l'abandonner. C'est un roman très bien écrit (une écriture "toute simple" aussi, comme l'amour de ces deux-là...   ;)  ), avec une histoire tellement plausible, qui procure d'intenses et confuses èmotions. 
C'est beau et triste jusqu'à la dernière page.

Morceaux choisis :
"Je vous en dirai plus si vous le souhaitez vraiment. C'est juste que je préférerais m'abstenir. Quelquefois, c'est mieux de laisser le passé à sa place. Mais la famille ne fait jamais partie du passé. Vous l'emportez partout avec vous, où que vous alliez."

"On ne peut jamais vraiment parler de l'avenir, si vous y pensez sérieusement. On ne peut parler que de ce que l'on imagine, ou de ce que l'on souhaite. Ce n'est pas la même chose".
"Lorsqu'il repense aux choses de la guerre, à ces années de manipulation des faits, ou à l'impossibilité de mesurer, et encore plus de décrire, l'enfer absolu qui régnait dans les tranchées tandis que les explosions déchiquetaient le sol autour de lui, il apprécie au plus haut point le luxe d'énoncer des vérités simples."
"Un phare, ça fonctionne pour les autres : il est impuissant à éclairer l'espace le plus proche de lui".

Posté par anne_p à 17:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 30 mars 2016

se donner à ce que l'on aime

"Je reste là au soleil, le coeur apaisé,
en regardant les choses et les hommes d'un oeil amical
et je sais que la vie vaut vraiment la peine d'être vécue,

que le bonheur est accessible,
qu'il suffit simplement de trouver sa vocation profonde,
et de se donner à ce qu'on aime
avec un abandon total de soi."

Romain Gary

IMG_20150809_122623

Photo août 2015

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 23 février 2016

un sens

"Ce ne sont pas les choses qui comptent,
mais le sens que nous leur donnons"

une citation de Reine Malouin

2016-048CollierLeBruitDesVaguesPorté

2016-048CollierLeBruitDesVagues

Collier en pâte polymère
Serti en perles de rocailles
Vieil émail craquelé : tuto Pinklily

 

 

mardi 16 février 2016

avancer en funambule

 

"Aimer,
ce n'est pas emprunter des routes toutes tracées et balisées.
C'est avancer en funambule
au dessus de précipices
et savoir qu'il y a quelqu'un au bout
qui dit d'une voix douce et calme :
avance, continue d'avancer, n'aie pas peur,
tu vas y arriver".

une citation de Philippe Besson

2016-047CollierLeBruitDesVaguesVersion porté

 

 

***

**

*

2016-047CollierLeBruitDesVagues

 

2016-046CollierLeBruitDesVagues

 

créations en pâte polymère

 

Une création récente 
qui ne serait pas encore visible en boutique vous plaît ? 
N'hésitez pas à me contacter 


dimanche 7 février 2016

bien sûr, que ça me fait plaisir !

 

"Le bonheur,
c'est le plaisir sans remords".

Socrate

2016-034CollierPortéLeBruitDesVagues

 

 

***

**

*

2016-023CollierLeBruitDesVagues

2016-034CollierLeBruitDesVaguesV2

 

2016-035CollierLeBruitDesVagues

2016-039CollierLeBruitDesVagues

2016-041CollierLeBruitDesVagues

Créations en pâte polymère

 

 

Une création récente 
qui ne serait pas encore visible en boutique vous plaît ? 
N'hésitez pas à me contacter 

samedi 6 février 2016

dernière lecture : Et puis Paulette

de Barbara Constantine

cvt_Et-puis-Paulette_3959

1 etoile

Présentation de l'éditeur : 

Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. 
Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s'effondrer. A l'évidence, elle n'a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus ( 6 et 8 ans ) lui suggèrent de l'inviter à la ferme. L'idée le fait sourire. Mais ce n'est pas si simple, certaines choses se font, d'autres pas...
Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher.
De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s'agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d'enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette....

 

Mon sentiment au sujet de ce roman :

J'hésitais à me lancer dans la lecture de ce roman, et puis Paulette (ma copine Paulette !) m'a dit, si-si, tu peux y aller, il est sympa. Franchement, pour être honnête, j'avoue avoir été déçue. Par le côté beaucoup trop gentillet de l'histoire (pour ne pas dire cucu). Si vous voulez une lecture facile, pleine de bons (très bons !) sentiments, alors oui, ce roman est pour vous.

 

Morceaux choisis :
"Peut-être qu’à force de ne plus se voir, on finit par s’oublier."

Posté par anne_p à 16:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 29 janvier 2016

d'infinies possibilités

"Le monde est infini
non seulement dans toutes les directions de l'espace,
mais aussi dans ses vérités."

René Barjavel

***

Trois déclinaisons,
issues d'une même origine...

2016-009CollierLeBruitDesVagues

2016-014CollierLeBruitDesVagues

2016-036CollierLeBruitDesVagues

Créations en pâte polymère
(techniques du serti de perles, transfert sur pâte crue)

 

 

Une création récente 
qui ne serait pas encore visible en boutique vous plaît ? 
N'hésitez pas à me contacter 

jeudi 28 janvier 2016

notre climat

 

"Il existe je ne sais quel composé
de ciel, de terre et d'eau,
variable en chacun,
qui fait notre climat.
En approchant de lui,
le pas devient moins lourd, le coeur s'épanouit.
Il semble que la Nature silencieuse
se mette tout à coup à chanter.
Nous reconnaissons les choses."


Une citation de Jean Grenier

 

 

IMG_20150209_172727

 

Photo janvier 2016

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 27 janvier 2016

dernière lecture : La petite robe de Paul

de Philippe Grimbert

cvt_La-Petite-Robe-de-Paul_7292

3,5 etoiles

Présentation de l'éditeur :
Alors qu'il se promène dans un quartier de Paris qui n'est pas le sien, Paulla cinquantaine, marié, est irrésistiblement attiré par une petite robe blanche de fillette, exposée dans la vitrine d'un magasin. Cet innocent vêtement dont il a fait l'acquisition va se trouver à l'origine d'un véritable drame, précipitant ses acteurs aux limites de la déraison et de la mort. Dans la vie tranquille de Paul, cet achat impulsif, apparemment anodin, produit des effets dévastateurs au point d'amener Paul et sa femme Irène au bord du gouffre. De fil en aiguille, d'un petit mensonge par omission au réveil des vieux démons, la trame d'un couple superficiellement uni va s'user jusqu'à la corde. 

 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Excellent roman ! Mais alors, quelle noirceur !
Très court, très vite lu, Que l'on reçoit comme un uppercut. Sûre, on n'en sort pas indemne...
A découvrir.

 

Morceaux choisis :
"(...) Paul prit conscience de l'insurmontable difficulté pour lui de mettre en mots ses sentiments. Tout relevait de l'impalpable : regards échangés, sourires, main posée sur un bas en témoignage de tendresse, mais rien qui puisse précisément se dire, encore moins s'écrire."
"Comme tous les enfants qui saisissent intuitivement la tristesse de l'un de ses parents, Paul ne posait aucune question, respectant à son insu le mutisme paternel, ne franchissant aucune barrière dressées par l'homme déjà âgé qui lui accordait sa tendresse."

Posté par anne_p à 13:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,