lundi 13 décembre 2010

dernière lecture : Encore une danse

de Katherine Pancol

PancolKatherineencore_une_danse

Présentation de l'éditeur :
Ils forment une bande d'amis : Clara, Joséphine, Lucille, Agnès, Philippe et Rapha.
Ils ont grandi ensemble à Montrouge, banlieue parisienne. Ils ont habité le même immeuble, sont allés dans les mêmes écoles et ne se sont jamais quittés. Lorsqu'ils sont devenus adultes, leurs vies ont pris des tournants différents mais leur amitié a résisté au temps, à la réussite des uns, aux échecs des autres. Leurs espoirs, leurs illusions se sont réalisés ou envolés. Ils se retrouvent comme avant, pratiquent toujours leurs rites d'amitié même si leur " musique ", parfois, émet des fausses notes qu'ils s'empressent d'oublier de peur de troubler cette belle harmonie qui leur est nécessaire pour affronter la vie, la peur de vivre.
Mais une nouvelle épreuve, plus sournoise, plus terrible, s'annonce. Face à elle, ils ne peuvent pas tricher. Les masques vont tomber. Le groupe menace de voler en éclats, de révéler des trahisons, grandes ou petites, et mille ressentiments longtemps cachés. Arriveront-ils à franchir cette étape inattendue qui les met chacun face à eux-mêmes, qui les oblige à faire le point sur ce qu'ils sont devenus sans complaisance ni lâcheté ? C'est le sujet de ce roman où les enfants ont grandi, ont vieilli et doivent abandonner le trouble paradis de l'enfance, des apparences, pour affronter la vie, et conjurer la peur qui nous saisit tous quand il s'agit de devenir grands...

Lire la suite...

Posté par anne_p à 18:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


vendredi 11 juin 2010

dernière lecture : Les hommes cruels ne courent pas les rues

Présentation de l'éditeur :
L'homme qu'elle aimait plus que tout l'a abandonnée. L'homme qui la faisait tant rêver, qui la réveillait la nuit pour l'emmener en échappée clandestine dans les meilleurs restaurants de la ville, ce don Juan impossible qui ne savait être fidèle à aucune autre qu'elle. Cet homme, c'était son père, et elle reste inconsolable depuis qu'il a été emporté par un cancer. Alors, elle décide de recommencer sa vie et s'envole pour New-York. Un soir, elle y fait la connaissance d'Allan, et dès le premier regard, une certitude l'assaille : l'homme de sa vie, c'est lui...

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Une héroïne à la recherche d'elle-même, les rêves d'une petite fille avec une relation très ambigüe (et destructrice) avec son père.
Peut-être je deviens exigente. Mais je ne suis pas conquise. Du tout.
C'est surtout que j'avais lu "embrassez-moi", et là, tous les (mêmes) ingrédients y sont. Un genre de redite...
Pourtant, c'est un roman que j'ai lu vite et avec plaisir, parce que c'est très bien écrit, parce que j'avais envie de savoir la suite, parce qu'il y a tellement de jolies phrases. Mais voilà, quand même : je suis déçue. Enfin, si c'est votre premier "Pancol", sûrement y trouverez vous votre compte.
Je dirais : un très bon roman de plage...

Morceaux choisis :
Si je n'étais pas bien polie, bien éduquée par des années de "ça se fait pas, c'est pas correct", je me précipiterais contre lui. (...) En lui mangeant la bouche, les dents, le nez, les joues, en fouillant dans son cou, dans ses oreilles, me repaissant de cette évidence : c'est lui. (...) J'avais rendez-vous et je ne le savais pas.
Que j'aime quand il me regarde avec des yeux qui m'écoutent. Qui me disent que je suis unique.

de Katherine Pancol

Pancol_Katherine_LesHommmesCruelsNeCourentPasLesRues

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 23 avril 2010

dernière lecture : les yeux jaunes des crocodiles

de Katherine Pancol

PancolKatherineLesYeuxJaunesDesCrocodiles

Présentation de l'éditeur :
Deux soeurs. La quarantaine. Iris, belle, très belle, riche, élégante, parisienne. Autrefois étudiante brillante, elle s'est mariée, et sa vie se résume en un tourbillon vain. Iris s'ennuie, rêve de devenir une autre. Joséphine est une littéraire, historienne spécialisée dans l'étude du XIIe siècle. Beaucoup moins belle, beaucoup moins à l'aise dans la vie. Mariée, elle a deux filles, vit en banlieue et se bat pour tenir debout. Un jour, à un dîner, Iris prétend qu'elle écrit. Entraînée par son mensonge, elle persuade sa soeur d'écrire un livre qu'elle signera, elle. Abandonnée par son mari, acculée par les dettes, Joséphine se soumet. Elle est habituée : depuis qu'elles sont enfants, Iris la magnifique la domine. Le destin de chaque soeur va basculer.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Ai-je aimé ce roman ou non...

Mon sentiment est plus que mitigé : Katherine Pancol est de ces auteurs qui ont l'art et la manière de raconter. De magnifiques tournures de phrases, des personnages pleins de vie, en quête d'eux-mêmes et d'amour.

Mais aussi un certain nombre de longueurs, des personnages bien trop stéréotypés (les gentils et les méchants), une multitude de détails, des situations improbables. Nous voilà avec, entre les mains, 650 pages de vies entremêlées (on appelle généralement cela une « saga ») à la lecture facile.

Bon livre de plage où l'on passera de bons moments, mais aussi roman amplement contournable...

Je ne lirai pas la suite...

Morceaux choisis :
"Les femmes ont si bien appris à être fortes qu'elles se sont cuirassées".
"Il y a des gens dont le regard vous améliore. C'est très rare, mais quand on les rencontre, il  ne faut pas les laisser passer".
"Quand on est amoureux, quatre vingt dix huit pour cent du cerveau ne fonctionne pas".
"Il faut toujours regarder sa peur en face et lui donner un nom. Sinon, elle vous écrase et vous emporte comme une vague scélérate".
Au sujet de l'écriture :
"Il en faut, du courage, pour rester enfermée de longues heures à triturer les mots, à leur dessiner des petites pattes velues ou des ailes afin qu'ils marchent ou s'envolent".
"Quand on écrit, il faut ouvrir toutes grandes les portes à la vie afin qu'elle s'y engouffre dans les mots et alimente l'imaginaire".
Au sujet du vocabulaire :
"ça sert à t'aider dans ta pensée. A mettre des mots sur des émotions, des sensations.... Tu clarifies ta tête en sachant mettre le bon mot sur la bonne chose. Et en te clarifiant la tête, tu te fais une personnalité, tu apprends à penser, tu deviens quelqu'un".
L'homme idéal est celui qu'on aime.
"Je devrais plutôt lui apprendre à faire une quiche ! ça arrêterait le manège dans sa tête."

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 3 décembre 2009

Dernière lecture

Embrassez-moi
Pancol_Katherine_embrassez_moi
de Katherine Pancol

Présentation de l’éditeur :
Ce roman est l’histoire de tous les désirs : désir pour un homme, désir pour une femme, désir pour une ville, désir nostalgique de faire revivre le passé, désir de jouer, de posséder, désir de s’épargner, d’apprendre, de s’engager… désir fou de jeter sa vie comme on jette les dés.

Lire la suite...

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,