lundi 2 juin 2014

dernière lecture : demain j'arrête !

de Gilles Legardinier

Demain-jarrete

3 etoiles

Présentation de l'éditeur :

Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu'elle n'a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier... 
Mais tout cela n'est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu'elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu'à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons-nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Une douce parenthèse, sans doute ce que l'on appelle un roman de plage...
A mon avis, un roman qui ne marquera pas ma mémoire... (d'ailleurs, pour être honnête avec vous, voilà plus d'une semaine que je l'ai refermé (lu très vite...) et je l'ai déjà plus ou moins oublié... )
Je me rappelle quand même avoir ri de bon coeur dans un ou deux passages, mais franchement, je ne trouve pas qu'il mérite un tel engouement de la part des lecteurs !

Morceaux choisis :
"Les gens sont beaux quand ils font ce qu'ils aiment".
"Faut-il qu'ils nous prennent pour des imbéciles... La carotte et le bâton. Chaque année, nous sommes des millions à avoir droit au grand cirque des entretiens annuels "Une rencontre informelle pour échanger librement sur les comportements de chacun et savoir ce qui peut être amélioré pour renforcer l'entreprise à travers l'épanouissement de tous" T'as qu'à croire. Quiconque en a déjà passé sait l'abîme qui sépare cet aguichant programme de la réalité des faits. Le plus souvent, un ou deux petits chefs vous expliquent pourquoi "malgré des efforts indéniables", vous n'aurez pas d'augmentation cette année."
"Le vrai miracle, ce n'est pas la vie. Elle est partout, grouillante. Le vrai miracle, c'est l'amour".
"Je déteste parler à quelqu'un dont je ne capte pas le regard".
"Je ne sais pas pour vous mais, au début de ma vie, il n'y avait que deux sortes de personnes dans mon univers : celles que j'adorais et celles que je détestais. (...) Ensuite, on grandit. Entre le noir et le blanc, on découvre le gris. On rencontre ceux qui ne sont pas vraiment des amis mais que l'on aime quand même un peu et ceux que l'on prend pour des proches et qui n'arrêtent pas de vous planter des couteaux dans le dos. Je ne crois pas que la découverte de la nuance soit un renoncement ou un manque d'intégrité. C'est une autre façon de voir la vie".
"Je ne suis pas une accro de l'informatique. J'ai constaté que souvent, plus les gens s'y intéressent, plus ils sont déconnectés de la vie. C'est un bel outil mais qui peut conduire à des illusions, celle de savoir, celle d'avoir compris, et celle d'avoir des centaines d'amis. Pour moi, la vie se joue ailleurs que devant un clavier".
"N'oubliez jamais cette vérité absolue : ce qu'il y a de pire dans le monde, ce ne sont pas les épreuves, ce sont les injustices".
"est-ce lui qui me fait cet effet-là ou est-ce que je lui donne autant d'importance parce que je n'ai pas grand-chose d'autre dans ma vie ?".
"Quelles que soient les époques, certains mots n'ont jamais changé, certains termes ne subissent pas l'influence des modes. Adorer, espérer, souffrir, attendre et pleurer. Personne, pas même ces jeunes filles insouciantes, n'ose jouer avec la vérité profonde de notre destin."
"Les gens qui dorment ont toujours quelque chose d'émouvant. Ils sont vulnérables. Comme partis ailleurs, ils vous confient en quelque sorte leur corps."
"C'est fou. Nous les filles, quand on pense à quelqu'un, on y pense tout le temps. Il occupe chaque recoin de notre esprit à chaque seconde. Vous vous démenez pour tenter de vous changer les idées et le moindre petit détail vous y ramène. Prisonnière d'une obsession."
"Quel scoop ! Un mec qui déteste être malade ! Si on en trouve un qui accepte de se soigner sans faire d'histoires, sans mimer une agonie digne d'un torturé sous l'Inquisition, ça vaudra le coup de faire un documentaire".
"La vie nous donne une petite leçon chaque jour".
"On pense connaître les choses et soudain un détail surgit et tout change".
"Si je devais confier tout ce que j'ai loupé, il me faudrait des mois, et encore, en parlant vite".
"Les gens s'attendent à ce que vous soyez tel qu'ils se l'imaginent".
"Chaque fois que je suis amoureuse, je commence par une phase où je veux tout savoir de lui. ça frise la boulimie. Qu'est ce qu'il lit ? Qu'est-ce qu'il pense ? Qu'est-ce qu'il fait ? 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. C'est épuisant, mais impossible d'y échapper."

 

 

***

Pour éviter de vous faire perdre du temps, j'ai aussi tenté deux autres lectures. Elles n'ont, à mon avis, aucun intérêt... :
Le dernier roman de Paulo Cohelo : Adultère, désolant...
et un livre de "développement personnel" : Mange, prie, aime, d'Elizabeth Gilbert (même verdict). (Rhôô dites donc, en cherchant le lien, je viens de m'apercevoir "qu'ils" en ont fait un film ! Hé bé... Ceci dit, avec Julia Roberts, ça tient peut-être mieux la route que le bouquin ?)

Evidemment, vous avez bien le droit de ne pas penser comme moi ! (et dans ce cas, votre avis m'intéresse...)

Posté par anne_p à 18:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


mardi 2 février 2010

Dernière lecture : L'exil des anges

de Gilles Legardinier
LegardinierGillesL_exilDesAnges

 

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur :
Ils ne se connaissent pas, mais un même rêve leur a donné rendez-vous dans une mystérieuse chapelle des Highlands. Valeria, Peter et Stefan ignorent qu'ils sont la preuve vivante d'une découverte révolutionnaire sur les arcanes de la mémoire faite vingt ans plus tôt par deux scientifiques disparus...

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Un excellent polar, écrit avec beaucoup de finesse. qui m'a accaparée deux soirs successifs. Une belle histoire, un rythme haletant, du suspense, de l'aventure. Que demander de plus ?
Ah oui... : une interview de l'auteur qui saura vous séduire, ne serait-ce que par son beau sourire.... C'est par ici.

Morceaux choisis :
Il suffirait donc d'être innocent pour être libre ? (...) Les prisons sont pleines de gens qui n'ont jamais eu de procès équitable.
On s'est probablement connus avant, on se retrouvera sûrement après, mais ce que l'on vit maintenant est en soi une raison suffisante pour justifier l'invention de ce monde insensé.

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,