vendredi 10 janvier 2014

dernière lecture : Le voleur de Dieu

d'Ellis Peters

9782264033444

4 etoiles

 

Présentation de l'éditeur :
Tout se déchaîne à Shrewsbury. Une délégation d’un monastère voisin dévasté par des pillards vient d’arriver à la recherche de fonds.
Dans le même temps, une dame du voisinage, fidèle aux bénédictins, se meurt, tandis qu’une troupe de troubadours cherche asile à l'abbaye.
Une crue s’annonce alors et oblige les frères à mettre à l’abri tous les objets précieux, y compris de cercueil de la Sainte Winifred.
Pour ne rien arranger, le chariot chargé de bois, et contenant le coffre avec les fonds recueillis pour la reconstruction du monastère est attaqué sur la route.
Ce n’est qu’à la fin de la crue que l’on remarque avec effroi que les reliques de la sainte ont disparu.
C’est encore un mystère que va chercher à résoudre le frère Cadfael en collaboration avec le shérif Hugh. 
"En dix-neuf romans, Ellis Peters a imposé un personnage qui s'établit d'emblée au panthéon du whodunit - "qui a fait le coup ?" - aux côtés de Sherlock Holmes, Hercule Poirot, le juge Ti et Pepe Carvalho. La séduction de ces livres doit beaucoup au côté honnête homme de frère Cadfael, ce moine herboriste de 40 ans qui fut d'abord paysan avant de partir en croisade, en 1098, où il participa à la prise d'Antioche en compagnie de Godefroi de Bouillon." 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Il y a pas mal de temps maintenant, j'avais découvert les aventures du Frère Cadfael avec grand bonheur. J'aimais ce décalage dans le temps, ces enquêtes où l'on ne saura qu'au dernier moment qui est le coupable : j'adore aussi ces ambiances lourdes, dans la lignée de "Au nom de la rose" avec un bon suspens. Dans cette série, j'étais servie...
Et puis j'ai oublié Frère Cadfael pendant des années.
Ce roman-ci m'a re-démontré tout le talent qu'a Ellis Peters pour nous plonger dans un autre siècle, pour nous intriguer, nous surprendre ...en un mot nous séduire !

Morceaux choisis :
"Le champ de la nature humaine est impitoyablement vaste."
"L'innocent a droit à la justice bien plus que le coupable au châtiment."
"Le pas qui sépare les choses ordinaires des miracles me paraît ridiculement petit, accidentel presque, et je me demande pourquoi cela vous étonne ou pourquoi vous vous donnez tant de mal pour chercher à comprendre. S'il s'agissait de quelque chose qu'on peut expliquer, ça n'aurait plus rien de miraculeux, n'est-ce pas ?"

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,