samedi 28 novembre 2015

dernière lecture : Le principe de Pauline

de Didier Van Cauwelaert

41fkg9uGs4L

0,5 etoile

Présentation de l'éditeur :
"Pauline avait un grand principe, dans la vie: l’amour ne sert qu’à construire une véritable amitié. Maxime et moi en sommes la démonstration vivante." A vingt ans, Quincy Farriol reçoit pour son premier roman le prix de la Maison d’arrêt de Saint-Pierre-des-Alpes. Dans la librairie déserte où il dédicace, ce grand dépressif rencontre Pauline, sublime étudiante qui s’est portée volontaire pour lui servir d’assistante. C’est la compagne de Maxime, président du jury des détenus, un voyou au grand cœur, pris dans un complot contre un politicien véreux, dont il est le garde du corps et qu’il ne trahira jamais. Condamné pour un crime qu’il n’a pas commis, Maxime veut que Pauline refasse sa vie. Et il charge « son » lauréat d’une mission de confiance : faire l’amour à Pauline pour qu’elle l’oublie. La réussite de cette mission sera le prélude à une amitié-passion qui, de séparations en retrouvailles, de catastrophes hilarantes en bonheurs fous, unira ces trois êtres pendant plus de vingt ans. Car, à sa sortie de prison, le bouillonnant Maxime hérite, en échange de sa loyauté, de dossiers politiques explosifs. Et il va mettre toute sa puissance nouvelle au service du romancier obscur dont il a décidé de faire un auteur de best-sellers.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
"Vouais-vouais-vouais..." (*)
Comme aurait dit mon père, 
Qui lisait tellement plus que moi...
et ne se trompait pas beaucoup sur la qualité de ses lectures.
Enfin, je l'ai lu tout de même jusqu'au bout. Je me demande encore pourquoi...
Je vous mets le lien (clic) vers la page des critiques sur le site de Babelio : tous les lecteurs ne sont pas aussi catégoriques... Beaucoup sont même complètement séduits (comme quoi, tous les goût sont dans la nature...)
(*) Signifiant : allez, arrête un peu de moquer de moi, pour dire poliment...

Morceau choisi :
"Le manque de répartie à l'oral  est une des raisons qui m'ont conduit à la lillérature."

Posté par anne_p à 12:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


jeudi 19 novembre 2015

vivre est une chance

"Respirer, marcher, parler
et regarder :
des actions ordinaires
dont on ne comprend la valeur
que lorsqu'on a failli les perdre
pour toujours.

Les rescapés d'accidents, de maladie
ou d'événements de vie graves

racontent tous les mêmes histoires
et partagent la même sensation
liée à cette prise de conscience :

vivre est un chance."

(auteur inconnu)

 

IMG_20151108_215135

IMG_20151108_215331

IMG_20151108_215454

photos novembre 2015
(Vercors)

 

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 17 novembre 2015

dernière lecture : La ligne noire

de Jean-Christophe Grangé

10951_602461

3,5 etoiles


Présentation de l'éditeur :
Il existe, quelque part en Asie du Sud-Est, entre le tropique du Cancer et la ligne de l'équateur, une autre ligne.
Une ligne noire jalonnée de corps et d'effroi…
Source : 4ème de couverture du livre (ISBN 978-2-253-11659-2) imprimé en avr. 2006

Ancien champion de plongée en apnée, Jacques Reverdi est arrêté en Malaisie. Convaincu de meurtres sadiques - il saigne à mort ses victimes, des jeunes femmes -, il risque la pendaison. 
A Paris, Marc Dupeyrat, ancien paparazzi reconverti dans le fait divers sanglant, se prend de fascination pour lui. Afin d’obtenir ses confidences, il va inventer une femme, dont le criminel tombera amoureux du fond de sa prison, et à laquelle il prêtera les traits de Khadidja, le mannequin en herbe que déjà se disputent publicitaires et photographes. 
Commence alors, de Paris à l’Extrême-Orient, une longue odyssée au cœur de la violence et du mal, qui mènera le journaliste bien au-delà de ce qu’il pouvait imaginer? Et un suspense qui, après Les Rivières poupres et L’Empire des loups, confirme Jean-Christophe Grangé comme un maître du thriller. 
« À mi-chemin d’Arsène Lupin et de Hannibal Lecter, les personnages de Grangé sont pris dans une mécanique infernale » 
O.L.N., L’Express.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Jessica, elle est comme ça : quels que soient le temps, son humeur, ou l'état de santé de ses enfants, elle arrive au travail avec le sourire : elle est un vrai rayon de soleil (son sourire est beau et sincère, elle est douce, avec toujours un petit mot gentil pour chacun). Elle fait partie des personnes qui me sont devenues précieuses.
Tout ça pour dire : je ne comprends pas comment elle a pu me faire ça.
Me mettre ce roman-là dans les mains.
Un roman que je n'ai plus jamais pu poser.
Qui m'a empêchée de dormir,
Et qui me fait encore frissonner d'horreur.
Ah bon ? Il y a une suite ? (Le serment des limbes) (http://www.babelio.com/livres/Grange-Le-Serment-des-Limbes/4328)
Mais évidemment, que je veux la lire !!!
Même si j'en tremble déjà...
Bon, Jess, faudra qu'on parle, toutes les deux. Et que tu m'expliques : qui tu es vraiment...
;)

Ah, et au fait, j'ai vérifié : Jacques Reverdy existe bel et bien ! C'est un artiste peintre qui a bien du talent. Je me demandais juste si cela l'amuse ou l'inquiète de partager son patronyme avec l'étonnant et macabre héros de ce roman...

 

Morceaux choisis :
"Ce soir, dans votre chambre, observez le ventilateur. Les pales tournent si vite qu'on ne peut pas les distinguer. Le cerveau humain, pareil. Nos pensées vont trop vite. Impossible de les démêler.
Il ralentit son geste :
Mais arrêtez le ventilateur. Regardez chaque pale qui se précise, retrouve sa forme. Faites pareil avec l'esprit. Détachez chaque idée. Observez-la sous tous ses angles. Voilà le rôle de la méditation : transformer la pensée en objet fixe."
"Seule une blessure qu’on cache affaiblit."
"Il écoutait l'océan, dans une relation d'intimité complète. Une autre idée reçue : le silence de la mer. A cette profondeur, la masse sans limite des fonds compressait, cristallisait chaque son, au point de le transformer en un objet matériel, translucide, aux arêtes de verre."
"Passé un certain âge, vivre sans enfants, c'est devenir tout sec. Il y a beaucoup de tristesse à ne vivre que pour soi-même. Vous trouvez pas ?"
"La prison n'est pas fondée sur un système d'entraide ou de solidarité. C'est un monde où les intérêts personnels cohabitent, sans se mêler. A l'occasion, ils peuvent s'accorder sur un objectif commun, mais la règle est de ne jamais sortir de son propre cercle d'existence. Une logique de rats, où l'intelligence ne s'applique qu'à sa survie immédiate."
"Un rite a besoin d'un espace particulier. Un lieu sacré où chaque geste revêt un sens supérieur, où chaque mouvement est un symbole."
"Là où il y a de l'eau, je suis invincible."
"Souviens-toi toujours de cette règle : moins tu te caches, moins on te voit".
"Des centaines de touristes (...) grouillaient, comme des cafards, proliférant, saccageant la beauté qu'ils prétendaient admirer".
"Marc songea aux femmes à tiroirs des toiles de Dali, qui enfouissent leur secret dans les replis de leur corps".

Posté par anne_p à 20:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 16 novembre 2015

JE décide

J'ai décidé d'opter pour l'amour,
La haine est un fardeau trop lourd à porter

une citation de Martin Luther King

 

***
Mon coeur pleure,
ma vie sourit.
Je choisis le bonheur
une chape de plomb sur les épaules.

OUI
Je VEUX continuer à vivre normalement,
et à croire en la beauté de la vie.

Je REFUSE de vivre la peur au ventre,
et la haine dans le coeur.

***

 

2015-048CollierLeBruitDesVaguesV3

 

2015-048CollierLeBruitDesVaguesV1

Collier perlé (brodé),
cabochons selon le (magnfique !) tuto de Pinklily (clic)

 

Posté par anne_p à 14:26 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 2 novembre 2015

dernière lecture : Le coeur est un chasseur solitaire

de Carson Mc Cullers

37748625_p

4 etoiles


Présentation de l'ouvrage :
La difficulté de communiquer et d'aimer est la préoccupation majeure de Carson McCullers. Dans sa vie comme dans son oeuvre. Dans Le coeur est un chasseur solitaire, déjà, l'angoisse bat, palpite au rythme de la solitude désespérée des êtres. Celle de Singer, le muet, qui traîne son silence dans l'artère déserte de cette petite ville du Sud américain. Celle de tous les clients du "Café de New York". Car Biff Brannon, le propriétaire du café, aime les marginaux, les anormaux de toutes espèces. Celle de la petite Mick Kelly enfin, cette étrange gosse masculine, si semblable à l'auteur. Cette série de portraits sans reflets se cogne, se bouscule sous nos yeux et demeure à jamais dans notre esprit. Le Coeur est un chasseur solitaire est le premier roman de la jeune Carson qui n'a alors que vingt ans (1940). En quelques années, elle compose ses deux autres romans majeurs : Reflets dans un œil d'or magistralement porté à l'écran par John Huston et Frankie Addams (1946). Elle est également l'auteur d'un insolite recueil de nouvelles, La Ballade du Café Triste. 

 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
"Allons, Anne ! On ne choisit de lire un roman sous prétexte que la couverture est belle, ni parce que son titre est une véritable porte ouverte à toutes les rêveries !" Voilà ce que j'ai pensé. Pire, même : le nom de l'auteure m'étant parfaitement inconnu, je me projetais déjà plus ou moins dans un roman dans la lignée de "Les oiseaux se cachent pour mourir". Et puis quoi ! C'est ça, la lecture : la liberté de varier ses plaisirs.Un petit bonbon sucré m'attendait.
Ce roman n'a absolument rien à voir avec l'idée que je m'en étais faite. Je viens de découvrir un véritable bijou : un de ces livres, éveilleurs de conscience, en tout cas de curiosité.
Un livre comme je les adore qui, sous son apparente tranquillité, sa belle esthétique, vous propulse dans la féroce réalité.
Alors, plutôt que de vous en faire un résumé, je préfère vous parler des étranges synchronicités qui se sont produites, pendant ma lecture :
- Cristalline présentait, sur sa page Facebook, le tableau de Norman Rockwell (1963) : "The problem we all live with", me faisant découvrir cette belle personne qu'est Ruby Bridges, véritable symbole noir américain, 
dans le même temps, étaient évoqués les fameux jeux olympiques de Mexico,
(2 événements qui se déroulent une trentaine d'années après l'écriture de ce roman).
C'est de cette consternante inégalité raciale dont il s'agit, dans ce roman, dont nous sommes témoins impuissants, et qui donne froid dans le dos...
- une courte vidéo visionnée,  où il est question du libre port des armes à feu aux Etats-Unis, et l'actualité, en parallèle, toujours aussi tragique... 
- et puis d'autres thèmes, "tellement anodins"...
* le monde du dedans et le monde du dehors (la place de l'imaginaire, qui peut tout rééquilibrer),
* l'alcool,
* la difficile transition enfance / adolescence
* la difficulté des hommes à se parler. Juste entrer en contact. Faire attention à l'autre et communiquer vraiment. Vaste programme...

Il y a énormément à grapiller, dans ce (sombre...) roman, un peu de tous les côtés, chaque personnage étant tellement unique, beau et vrai.
Je vous laisse découvrir ?

 

Morceaux choisis :
"Avec lui, elle était absorbée par l'idée de tout enregistrer dans sa tête afin de le revivre plus tard et de ne rien oublier".
"Il avait connu ses amours, et elles étaient révolues. (...) Terminées. Le laissant meilleur ou pire. Lequel des deux ? Question de point de vue."
"Et comment les morts peuvent-ils être réellement morts alors qu'ils vivent dans les âmes de ceux qu'ils ont laissés ?"
"Ils sont tous très occupés. [...] Je ne veux pas dire qu'ils travaillent nuit et jour ; c'est leur esprit qui n'est jamais en repos."
"Ne me pose pas de questions et je ne te raconterai pas de mensonges. L'indiscrétion est toujours punie."

 

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


samedi 31 octobre 2015

voir est une nourriture

"(...) et la splendeur ocre des rocailles
ouvre en moi un espace illimité.
Un aigle traverse et disparaît.
Un nuage immaculé se promène dans l'air tremblant.
Mon regard est avide de formes.
Je n'avais jamais réalisé à quel point voir est une nourriture"

Une citation de Denis Marquet,
dans "Colère"

IMG_20150809_160240

Photo été 2015

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 13 octobre 2015

dernière lecture : La ville orpheline

de Victoria Hislop

CVT_VILLE-ORPHELINE_1157

2 etoiles


Présentation de l'éditeur :
Été 1972. La ville de Famagouste, à Chypre, héberge la station balnéaire la plus enviée de la Méditerranée, cité rayonnante et bénie des dieux. Un couple ambitieux ouvre l'hôtel le plus spectaculaire de l'île, Le Sunrise, ou Chypriotes grecs et turcs collaborent en parfaite harmonie.
Deux familles voisines, les Georgiou et les Özkan, sont de celles, nombreuses, venues s'installer à Famagouste pour fuir des années de troubles et de violences ethniques dans le reste de l'île, ou la tension monte.
Lorsqu'un putsch grec plonge l'île dans le chaos, celle-ci devient le théâtre d'un conflit désastreux. La Turquie envahit Chypre afin de protéger sa minorité sur place, et Famagouste est bombardée. Quarante mille personnes, n'emportant que leurs biens les plus précieux, fuient l'armée en marche.
Qu'adviendra-t-il du Sunrise et des deux familles restées dans la ville désertée ?

 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Comme pas mal d'autres lecteurs, je suis plutôt mitigée sur cette lecture. 
Pourtant, j'étais complètement captivée ! Par des faits historiques extrêmement proches, à la fois géographiquement que dans le temps... et par l'histoire d'une île (Chypre) que je ne connaissais absolument pas ! Comment ne pas être effarée par la rapidité avec laquelle une ville comme Famagouste, station balnéaire plus que florissante, pillée, bombardée, a été complètement oubliée, rayée de la carte : elle n'est plus qu'une ville fantôme. Aujourd'hui encore, elle est effrayante ! 
Et l'île de Chypre, coupée en deux. J'ai du mal à imaginer cela... (je vous mets un lien, qui explique très bien tout ceci...).
Après, l'histoire "romanesque" n'est, à mon avis, pas à la hauteur de cette Histoire avec un grand "H" (par ailleurs très bien restituée). Très peu crédible, façon roman à l'eau de rose. Cette face-là du roman est franchement décevante.
Dommage...

 

Morceaux choisis :
"La différence entre ce qu'ils étaient encore il y a peu et ce qu'ils étaient devenus était considérable. À présent,  ils étaient égaux dans leur dépouillement."
"Ce qui est arrivé est arrivé, rien n’y changera rien."

Posté par anne_p à 19:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 10 octobre 2015

sur cette planète

"J'ajouterais enfin que depuis quelques temps,
j'ai découvert qu'il existait
sur cette planète

un être
qui avait le pouvoir de faire paraître les couleurs plus vives,
les choses moins graves,
l'hiver moins rude,
l'insupportable plus supportable,
le beau plus beau,
le laid moins laid,
bref,
de me rendre l'existence plus belle."

Jean-Paul Didierlaurent dans "Le liseur du 6h27"

IMG_20150809_122820

Photo juillet 2015
(Côtes d'armor)

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 4 octobre 2015

dernière lecture : J'étais là avant

de Catherine Pancol

23548_1127254

2 etoiles

Présentation de l'éditeur :
Elle est libre. Elle offre son corps sans façons. Et pourtant, à chaque histoire d’amour, elle s’affole et s’enfuit toujours la première. Il est ardent, entier, généreux. Mais les femmes qu’il célèbre s’étiolent les unes après les autres.
Ces deux-là vont s’aimer. Il y a des jours, il y a des nuits. Le bonheur suffocant. Le plaisir. Le doute. L’attente. Mais en eux, invisibles et pesantes, des ombres se lèvent et murmurent : « J’étais là avant. »
Des mères qui les ont aimés ou trahis, qui ont rêvé, souffert, espéré. Des mères qui vivent encore en eux et les empêchent d’aimer. On n’est jamais tout seul dans une histoire d’amour.
On est tous les autres et toutes les autres qui ont aimé avant nous.
J’étais là avant est le roman d’une femme qui se libère de ses démons. Qui nous libère de nos démons…

 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
J'avais promis, juré, craché que l'on ne m'y reprendrait plus.
Mais alors, il faudrait que je ne lise pas, "juste pour voir..." la toute première page. Parce que l'écriture de Catherine Pancol, j'ai un mal fou à y résister. ça me fait exactement pareil avec une tablette de chocolat (au lait). Juste un carré. Et puis, finalement, la tablette entière y passe, et je suis écoeurée.
C'est tellement dommage... Je suis, encore une fois, terriblement déçue. Par l'histoire. Alors que la plume est divine... (comme en témoigne la longue liste de morceaux choisis...) Mais qu'est-ce que l'on peut tourner en rond, pour même se retrouver au point de départ (et puis, j'avoue, j'ai "sauté" plein - plein de pages).
Et je ne comprends pas, vraiment, ce qui ne fonctionne pas dans les récits de Catherine Pancol, mais à chaque lecture, cela se confirme : il manque un ingrédient.
Ou alors j'aurais du m'arrêter après la première page : elle était tellement prometteuse...

 

Morceaux choisis :
"Aimer, c’est prendre l’autre dans sa totalité".
"Je me souviens : la première fois que je t’ai rencontré, je ne t’ai pas vu…
Je ne t’ai pas vu.
Tu étais là, pourtant. Je t’ai serré la main, je t’ai dit « bonjour » très gentiment sans doute, avec mon grand sourire, celui que j’ai quand je fais connaissance, un sourire en préfabriqué, une forme de politesse anonyme. Un laissez-passer pour que passent les gens et qu’ils me laissent dans mon indifférence. Nice to meet you et du balai.".
"On est responsable de ces mots-là. Il ne faut pas se plaindre, après, de les avoir prononcés. On est responsable de ses mots. Il faut apprendre à être vigilant. C’est de ta bouche que sortent ces mots ennemis, ces mots qui te défigurent. Ne reproche rien aux mots. Ils sont là parce que tu les as laissés être là et, petit à petit, ils prennent toute la place. Je vais te dire, ils prennent même ta place et parlent en ton nom…"
"Soudain, tu t’es levé. Tu as regardé ta montre et tu es parti.
Je me suis dit il a une copine, une femme dans sa vie, elle l’attend et il va la rejoindre. Ils ont rendez-vous. Il est venu pour tuer le temps avant de la retrouver. Une seconde, j’ai envié cette femme d’avoir un homme si ardent, si entier, si vrai, une seconde, j’ai regretté que cet homme-là ne soit pas pour moi, pour moi qui l’avais eu si entier, si ardent, si vrai pendant quelques instants, et puis j’ai pensé c’est la vie, c’est comme ça.
Je t’ai regardé partir".

"La vérité se niche toujours dans les détails".
"Le désir nous dilate, nous permet d’occuper un espace plus grand que celui qui nous est alloué".
"L’amour la rendait aimante. L’amour est un fluide qui circule d’un être à l’autre en faisant des détours."
"L’apparence est la forme qu’empruntent les gens pour que les autres ne les voient pas. Ne devinent pas leur malaise intérieur."
"La vie des autres est un champ d’observation infini où les détails engrangés vous permettent d’avancer en vous-même comme dans une enquête criminelle. On ne s’ennuie jamais à contempler l’heur ou le malheur d’autrui tant il vous renseigne plus efficacement que n’importe quel docteur de l’âme sur vos propres désordres. Tant il est vrai aussi que ce qui vous saute aux yeux, vous irrite ou vous tord les entrailles est le reflet exact de vos propres manques, défauts ou souffrances que vous vous obstinez à nier, à mettre de côté."
"Ce doit être ça, l’amour : quand le regard de l’autre voit en vous ce que vous ne voyez pas vous-même, l’extrait comme une pépite dorée et vous l’offre."
"De l’enfermement naissent souvent de nouveaux talents pourvu que l’âme soit astreinte à des travaux humbles et précis." 
"Une voiture ne vrombit pas. L’orage ne gronde pas. L’hiver ne dépose pas son blanc manteau de neige, l’angoisse n’étreint pas les cœurs. Interdit, interdit, interdit ! Montrez-moi la sécheresse en me décrivant les ornières de la route, la pluie en me faisant patauger dans la gadoue, le trac en faisant bégayer le narrateur, la soumission dans l’inclinaison d’une nuque, la convoitise dans des yeux allumés et rétrécis. Des attitudes, des images, des sons et des odeurs ! Et l’émotion débordera. Elle jaillira des détails que vous aurez extirpés de votre mémoire, du regard que vous portez sur ce qui se passe autour de vous. Votre regard !"

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 1 octobre 2015

traces

"Pour désirer laisser une trace dans le monde,
il faut en être solidaire".

Simone de Beauvoir

IMG_20150809_153308 IMG_20150809_153758IMG_20150809_154200 IMG_20150809_154011

Photos été 2015
(un clic sur la photo pour voir en grand)

Posté par anne_p à 17:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,