vendredi 9 avril 2010

instant de contemplation

"Tant de mains pour transformer ce monde,
et si peu de regards pour le contempler !"

(une citation de Julien Gracq)

La_sure

Photo mars 2010

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


jeudi 8 avril 2010

parure

" Rien n'est estimable en soi,
ni l'or, ni les perles, ni les soieries les plus fines.
Un objet, si parfait soit-il,
n'a de valeur que par le souvenir qu'il incarne. "

[Louis Lefebvre]

107_parure_amandine

Création pâte polymère

C'est une parure ...pour une mariée !
(qui savait exactement ce qu'elle voulait)

mercredi 7 avril 2010

les choses...

" Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas,
c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. "

Sénèque

ATT00013

Photo internet

Posté par anne_p à 20:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

mardi 6 avril 2010

Y'a pas d'lézard !

...Je préfèrerais y voir une salamandre.

106CollierSalamandre

Modèle "pour garçon"
Création polymère,
montée sur cordon en cuir

Posté par anne_p à 07:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 5 avril 2010

Et regarder dehors

depuis ta fenêtre

DSC0073

Attention,
on vous observe !!!

Photo été 2008
(Roscoff dans le Finistère)

Si vous aussi voulez participer à cette rubrique,
consultez la règle du " jeu"... C' est par
ici !!!

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


dimanche 4 avril 2010

And the winner is...

Quand même, ça fait un bien fou, surtout une première place !

Sans grande conviction, j'ai participé à un coucours photo, où je suis sortie ...gagnante !!!

Et pour le clin d'oeil, un petit film d'autres gagnantes qui laisse songeur...
C'est par là (clic).
(pour la remise des prix, j'essaierai de ne pas me casser la figure...)

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

samedi 3 avril 2010

"Loin des yeux, loin du coeur"

...même pas vrai !!!

DSC00620

Photo été 2009
(Portsall)

Petite pensée aussi pour mon papa...

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 2 avril 2010

Ah !

Cette fois j'en suis sûre :
le printemps sera bientôt là.

Pour preuve ?
l''invasion des fourmis dans ma cuisine.
Elles n'y apparaissent qu'en ce glissement de saisons :
trop tôt pour être dehors, mais déjà en alerte, à l'intérieur.

fourmi_by_math

Ceci est l'une des joies annuelles d'habiter une très vieille maison, à la campagne, avec des murs en pisé...

Nous avions eu le droit, une année, à un couple d'hirondelles qui avait fermement décidé de loger chez nous, à l'intérieur de la maison : elles rentraient par une fenêtre pour sortir par une autre, effectuant là un véritable ballet, une ronde, qui durait, durait, le temps d'un éclat de rire, d'un émerveillement, d'une stupéfaction, pour finalement s'installer sur des tuyaux, bien en hauteur, dans la chaufferie.
Difficiles à déloger, mais spectacle inoubliable !

Et puis, une autre fois, une chauve-souris, accrochée au plafond, dans le couloir. Il faisait jour. Elle dormait, alors...
...un ou deux lézards, aussi, dans le buffet,
Et puis, moins drôle, des mouches, souvent, avec le haras, à seulement quelques mètres de la maison...

C'est notre vie, ici.
Et puis, surtout, c'est de ma faute : je suis incapable de fermer portes et fenêtres dès qu'un rayon de soleil pointe le bout de son nez. J'entends les chevaux hennir, je respire, et la lumière, alors, est tellement douce...

Quant à exterminer la colonie de fourmis, dans la cuisine, cela me fend le coeur...
Il faudra bien pourtant,
parce que fermer mes fenêtres ne servira pas à grand chose...


(photo par Mathilde)

Posté par anne_p à 19:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 1 avril 2010

'Fait gris...

'Fait froid.

cheval_blanc_dans_la_brume
Photo hiver 2010

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 31 mars 2010

dernière lecture : des hommes

de Laurent Mauvignier

MauvignierLaurentDesHommes

Résumé :
Ils ont été appelés en Algérie au moment des "événements", en 1960. Deux ans plus tard, Bernard, Rabut, Février et d'autres sont rentrés en France. Ils se sont tus, ils ont vécu leurs vies. Mais parfois il suffit de presque rien, d'une journée d'anniversaire en hiver, d'un cadeau qui tient dans la poche, pour que, quarante ans après, le passé fasse irruption dans la vie de ceux qui ont cru pouvoir le nier.

Mon sentiment, au sujet de ce roman :
C'est un livre encensé par la presse.
Moi je dirais que l'auteur a le don de tourner longtemps autour du pot avant d'en venir au fait, et ça, franchement, ça m'agace. En tout cas dans la première partie du roman. Après, le rythme est tout autre...
Sinon, le thème (que dis-je, le sujet lui-même de la guerre d'Algérie) est si peu abordé que cela fait du bien que, pour une fois, soit évoqué ce que taisent si bien ceux de la génération de nos parents. Eux ont vécu ces évènements, qui les ont profondément marqués, je le sais : j'ai un tonton bien plus bavard que mon père ne l'était sur le sujet... Des personnages presque réels, les conversations, quasi tangibles, l'horreur de la guerre qui tombe sur la figure de ces jeunes hommes en les sidérant. Oui, l'écriture est belle, sûrement, le récit impossible à abandonner, la vie de ces hommes si émouvante....
Mais laissez-moi préférer des sujets plus joyeux, en tout cas moins graves. Si je n'ai pas aimé, cela ne vient que de moi : la cruauté des hommes me fait mal, même dans un roman...

Morceaux choisis :
Voilà, il est là, sur les quais de la Joliette. On a écrit à la craie le numéro de son régiment sur son casque. Il est fatigué, il n'a pas dormi. Il espère dormir et pourtant il faut encore supporter cette fatigue et l'agitation autour de lui, dans son unité, toutes les unités qui vont embarquer ce soir et que quelques badauds seulement viennent voir de loin, jetant à peine quelques au-revoir, sans plus, comme de la mie de pain aux poissons et aux oiseaux du port.
Il peut écrire ça : ça va. Il peut aussi demander comment va la famille, ce qui arrive chez eux (...) et il insiste pour qu'elle lui raconte des détails, des discussions, mais aussi des anecdotes sur la vie dans le bourg et aussi des nouvelles d'autres gars partis comme lui défendre la paix avec des fusils mitrailleurs et des rangers, sauver le pays dont lui n'avait pas vraiment compris qu'il était en danger, vu qu'il ne s'y passe rien et qu'on s'y ennuie à crever.
Il se demande si une cause peut être juste et les moyens injustes. Comment c'est possible de croire que la terreur mènera vers plus de bien. Il se demande si le bien.

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,