mardi 10 décembre 2013

grand calme...

 

"Asseyez-vous,
j'ai tout votre temps."

Pierre Daninos

IMG_20131120_102455

Photo dans le potager

 

 

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


dimanche 8 décembre 2013

un soleil d'hiver

« Le soleil extérieur
a soif du soleil intérieur. »

de Jakob Böhme

 2013-088CollierLeBruitDesVagues

2013-085BouclesLeBruitDesVagues

Créations en pâte polymère

 

 

***

 

Ce collier a été élu "coup de coeur" par le groupe Création fimo,
et est paru jeudi dernier dans le journal 

Logo_PDP

Pour en savoir plus, 
cliquez sur 
le lien ! 

***

mess_merci__ecrit_avec_une_plume_
à toute l'équipe de Création Fimo 

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 6 décembre 2013

apparences

" Il ne faut pas se laisser abuser par les apparences.
Il n'y a toujours qu'une réalité."

Haruki Murakami, 1Q84 Livre 1 Avril-Juin

IMG_20131120_101723

Photo hiver 2012

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 4 décembre 2013

j'avance !

 

 

"Ce qui sauve un homme est de faire un pas.
Puis un autre."

C. S. Lewis

2013-077BouclesLebruitdesvagues

2013-079CollierLebruitdesvagues

 

 

2013-076BagueLebruitdesvagues

2013-078CollierLebruitdesvagues

 

Créations en pâte polymère

 

mardi 3 décembre 2013

fausses jumelles

Ressemblantes, mais dissemblables,
comme une paire de (fausses...) jumelles !
;)

2013-067BO_Lebruitdesvagues

Boucles d'oreilles en pâte polymère

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


dimanche 1 décembre 2013

la nature seule

« L’homme peint
car la Nature seule ne suffit pas. »

de Ricardo Ménendez Salmon

IMG_20131120_103637

Photo hiver 2012

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 30 novembre 2013

les choses qui brillent

Il est des lieux chers en mon coeur,
avec des personnes à l'intérieur.
Parce qu'ils sont baignés des meilleurs souvenirs : ceux de l'enfance.
Où les aimés étaient là, tout simplement.
Et rien ne pourrait changer cela...

Nous étions à Roscoff, un été,
je pense que nous avions une dizaine d'années.
C'est une période de l'année où cette petite ville balnéaire grouille de monde et d'animations,
surtout aux alentours de l'église, endroit qui peut parfois être bien gris...
Mais ce jour-là, il faisait chaud et beau, il y avait une belle lumière. 
Le ciel était d'un bleu éclatant,
Cécile et moi portions de jolies robes d'été
que Maman nous avait faites, avec des volants, exactement comme on les aimait. 
Sans doute était-ce jour de marché.
Et Isabelle était là.

Le bonheur.

Au détour d'un étal, un genre de maréchal ferrand,
immense bonhomme moustachu, vêtu d'un tablier de cuir,
laissait les enfants enfoncer des clous avec un marteau
sur une énorme souche en bois,
contre monnaie sonnante et trébuchante, bien évidemment !
Et là, je n'en revins pas :
1 : qu'Isabelle ait eu envie de faire un truc pareil,
2 : que mon parrain accepte lui céder une pièce pour "ça",
3 : qu'elle arrive du premier coup à planter son clou !
Un sourire jusqu'aux oreilles....

Ce collier m'a fait penser à elle en même temps que je le découvrais.
Parce qu'il est tout martelé,
et parce qu'il ne brille pas.
Isabelle n'aime pas les choses qui brillent.
Elle n'en a jamais eu besoin.
Alors oui, il lui plaira sans doute...

Souvent, au détour d'une gestuelle,
je trouve que ma fille Mathilde lui ressemble un peu,
et ça me plaît...

2013-081CollierLebruitdesvagues

Collier en pâte polymère

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 29 novembre 2013

dernière lecture : Trois chevaux

de Erri De Luca

51ZMJH98Y6L

¬¬¬¬¬

Présentation de l'éditeur :
«Je monte sur la passerelle, je ne pense à personne, je suis la dernière feuille de l'arbre et je me détache sans être poussé.
Je ne pense pas à la jeune fille aimée, suivie jusqu'à faire partie de son pays.
Maintenant je sais qu'elle est au fond de la mer, jetée au large du haut d'un hélicoptère, les mains attachées. A vécu pour moi, est morte pour offrir des yeux aux poissons.»
Le narrateur, Italien émigré en Argentine par amour, retourne ainsi au pays. En Argentine, sa femme a payé de sa vie leur combat contre la dictature militaire. Lui, le rescapé, a appris que la vie d'un homme durait autant que celle de trois chevaux. Il a déjà enterré le premier, en quittant l'Argentine. Il travaille comme jardinier et mène une vie solitaire lorsqu'il rencontre Làila, qui «va avec des hommes pour de l'argent», et dont il tombe amoureux. Il prend alors conscience que sa deuxième vie touche aussi à sa fin, et que le temps des adieux est révolu pour lui.

Récit dépouillé à l'extrême, Trois chevaux évoque la dictature argentine, la guerre des Malouines, l'Italie d'aujourd'hui. Puis, à travers une narration à l'émotion toujours maîtrisée, où les gestes les plus simples sont décrits comme des rituels sacrés, et où le passé et le présent sont étroitement imbriqués, pose la question des choix existentiels que nous sommes amenés à faire - partir, rester, tuer, laisser vivre - et interroge la notion de destin.

 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Mais bien sûr, que je sais que c'est là un très bon livre. Bien sûr, que je l'ai ressenti. Que j'ai été troublée. Déroutée.
Pour tout dire, j'ai même fini par éprouver un malaise. 
Trop...
Un peu comme quand on décide l'aller manger à l'Auberge de Malatras.
Tout y est exquis, subtil, surprenant. Délicieux. Pourtant, je sors toujours de cet endroit déroutée : trop de mélanges fins, trop d'expériences culinaires et d'émotions gustatives. Je crois que j'aurais tout, absolument tout adoré, mais séparément. 
Pour le roman d'Erri de Luca, c'est exactement pareil. Une page par jour eût été mieux (mais impossible, évidemment !). Pour pouvoir déguster vraiment.
Enfin, ça, c'était juste avant que la fin s'annonce, parce que lorsque s'ébauche le dénouement de ce roman (conte ?), il ne reste que le beau. Le très beau.
Un roman avec des passages magnifiques. Un véritable monde parallèle. Un plongeon dans la poésie. A toutes les pages. C'est beaucoup... 
Peut-on lire en gardant les yeux écarquillés ?

 

Morceaux choisis :
"Les livres neufs sont impertinents, les feuilles ne se laissent pas tourner sagement, elles résistent et il faut appuyer pour qu'elles restent à plat. Ls livres d'occasion ont le dos détendu, les pages, une fois lues, passent sans se soulever".
"La géométrie des choses environnantes fait naître des coïncidences, des rencontres".
"Une cafetière sur le feu suffit à remplir une pièce".
"Je lis les vieux livres parce que les pages tournées de nombreuses fois et marquées par les doigts ont lus de poids pour les yeux, parce que chaque exemplaire d'un livre peut appartenir à plusieurs vies".
"Un arbre est une alliance entre le proche et le lointain parfait".`
"Au cours de la journée, mon corps obéit, et il obéit à tout ce dont je le charge, mais ensuite, une fois son office rempli, il m'envoie courir après le vent et me tire à vide, heureux".
"Il y a des créatures destinées les unes aux autres qui n'arrivent jamais à se rencontrer et qui se résignent à aimer une autre personne pour raccommoder l'absence. Elles sont sages".
"La guerre, c'est quand les jeunes rêvent de devenir grand-pères".
"Je ne crois pas aux écrivains, mais à leurs histoires"
"C'est ce que doivent faire les livres, porter une personne et non pas se faire porter par elle, décharger la journée de son dos, ne pas ajouter leurs propres grammes de papier sur ses vertèbres".
"Il y a des humilités qui grandissent un homme".
"Un homme prie et augmente ainsi la substance au ciel. Les nuages sont pleins du souffle des prières".
"Je sais que je suis un homme maintenant car je suis la plus dangereuse des bêtes".
"Je prends le livre ouvert à la pliure, je me remets à sn rythme, à la respiration d'un autre qui raconte. Si moi aussi je suis un autre, c'est parce que les livres, plus que les années et les voyages, changent les hommes".
"Nous apprenons des alphabets et nous ne savons pas lire les arbres. Les chênes sont des romans, les pins des grammaires, les vignes sont des psaumes, les plantes grimpantes des proverbes, les sapins sont des plaidoiries, les cyprès des accusations, le romarin est une chanson, le laurier une prophétie".

« Un arbre a besoin de deux choses : de substance sous terre, et de beauté extérieure. Ce sont des créatures concrètes mais poussées par une force d'élégance. La beauté qui leur est nécessaire c'est du vent, de la lumière, des grillons, des fourmis et une visée d'étoiles vers lesquelles pointer la formule des branches. Le moteur qui pousse la lymphe vers le haut dans les arbres, c'est la beauté, car seule la beauté dans la nature s'oppose à la gravité. Sans beauté l'arbre ne veut pas. C'est pourquoi je m'arrête à un endroit du champ et je lui demande : « ici tu veux ? » Je n'attends pas de réponse, de signe dans la main qui tient son tronc, mais j'aime dire un mot à l'arbre. Lui sent les bords, les horizons et cherche l'endroit exact pour pousser. Un arbre écoute les comètes, les planètes, les amas et les essaims. Il sent les tempêtes sur les soleil et les cigales sur lui avec une attention de veilleur. Un arbre est une alliance entre le proche et le lointain parfait. »

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 28 novembre 2013

la neige...

 

J'ai rêvé que la neige brûlait,
j'ai rêvé que le feu gelait
quitte à rêver l'impossible;
j'ai rêvé que tu m'aimais.

(Demetra)

IMG_20131120_102258

photo hiver 2012
dans le jardin

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 26 novembre 2013

profondeurs

"Et si on se laissait glisser dans les profondeurs de notre Être,
tout comme le plongeur se laisse glisser dans les profondeurs des océans.
On pourrait y trouver un monde si vaste, si calme,
rempli de grandes découvertes… "

(Lise Côté)

2013-084BouclesLebruitdesvagues

2013-082CollierLebruitdesvagues

Collier et boucles en pâte polymère