dimanche 5 janvier 2014

dernière lecture : La démesure

de Céline Raphaël

cvt_La-demesure_1650
¬¬¬¬¬

Présentation de l'éditeur :
« Céline est privée de nourriture, battue des années durant, enfermée. Elle craint chaque week-end pour sa vie, travaille, travaille encore, pour briller et jouer les pianistes prodiges en gardant le secret sur l’horreur de sa vie familiale. Et autour d’elle, un silence assourdissant. Comment suspecter l’horreur de la servitude sous les atours de l’excellence ? L’exigence absolue de la perfection qui devient justification de tous les excès et de tous les abus et qui mystifie l’entourage d’autant plus facilement que cette esclave n’est pas affectée à une tâche de souillon mais à une production artistique réservée aux élites ? »

Mon sentiment au sujet de ce récit :
Mon mari me demande pourquoi je lis ce genre de choses, si cela me révolte tant. Mais parce que voilà la réalité ! La triste réalité pour quelques uns seulement, mais quelques uns quand même, ce qui est déjà beaucoup trop, et parce que oui : on doit savoir cela.

Et puis aussi, cela m'a confortée dans ma décision : me séparer de mon piano...
L'étude du piano n'aura pas été une partie de plaisir pour ma fille Morgane, mais elle a "malgré tout" rempli son engagement : aller au bout de son premier cycle. A la prof de piano, je lui disais "oui-oui, elle travaille un peu", alors qu'en réalité, les quasi-seuls moments passés devant son clavier étaient ceux qu'elle passait en sa compagnie : à l'école de musique. Si elle révisait une fois dans la semaine ses partitions, j'étais contente, mais je ne la forçais pas beaucoup. Et pour le solfège ...c'était pire ! Pourtant, elle a progressé, mais le piano, à la maison, n'a pas souvent été ouvert (et d'ailleurs plus une fois depuis qu'elle a arrêté, c'est à dire voilà maintenant 5 ans !).
Aucune culpabilité de part et d'autre : c'était un loisir, avec un objectif qu'elle avait à atteindre quand bon lui semblerait. Contrat rempli : elle est vite passée à autre chose...

C'est drôle... on croit toujours que chez les autres, les choses se passent de la même façon que chez soi.
Et bien, il faut croire que non !

***

"J'espère que ce livre aura fait comprendre que le mal n'est pas toujours criant ou manifeste pour des regards étrangers ; Souvent les bourreaux paraissent respectables et les victimes se taisent ; à présent ,vous saurez mieux entendre la petite voix qui appelle au secours , la petite musique de la souffrance cachée "
C'est une des phrases du livre autobiographique de Céline Raphael ...qui le résume très bien.

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


mardi 31 décembre 2013

dernière lecture : juste avant le bonheur

d'Agnès Ledig

CVT_Juste-avant-le-bonheur_6878
¬¬¬¬¬

Présentation de l'éditeur :
Julie, 20 ans, qui élève seule son fils Lulu est caissière dans un supermarché. Elle attire l'attention d'un client, quinquagénaire aisé à nouveau célibataire.
Généreux et désintéressé, Paul invite Julie à passer quelques jours dans sa belle villa de bord de mer en Bretagne. Ils y retrouvent Jérôme, le fils de Paul, qui se remet mal du suicide de sa jeune femme. Gaieté et optimisme reviennent grâce à l'attachante présence du petit Lulu. Mais au retour, c'est le tragique accident de voiture et Lulu meurt après un long coma. Une chaîne de soutien, d'affection et de tendresse se forme autour de Julie. Avec elle, à travers elle, des êtres désemparés tentent de réapprendre à vivre et de saisir une deuxième chance. La force des épreuves surmontées, l'espoir d'un nouvel amour, ainsi qu'une bonne dose d'intelligence et d'humour peuvent réussir ce miracle.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
J'ai vraiment apprécié ce roman, très vite lu, dévoré même..., à un moment où j'avais besoin d'une lecture fluide. Ce qui ne signifie pas paisible, loin de là ! 
J'ai rapidement pensé au génie d'écriture d'Anna Gavalda, auquel on se rapproche ici, et qui a le don de nous rendre les personnages de ses romans attachants, proches même. Vivants. 
Avec en prime ici le plaisir de voir évoquée la splendeur de la Bretagne. 
Enormément d'émotions aussi : de la joie, des rires, puis des larmes avec un retournement de situation auquel on n'est pas prêt, auquel on ne sera jamais prêt.
Une belle leçon de vie...
Si vous êtes en panne d'inspiration pour votre prochaine lecture, courez vous procurer ce roman d'Agnès Ledig, qui est un vrai cadeau.

Morceaux choisis :
"Le désespoir et la tristesse n'ont jamais aidé personne à combattre les épreuves".
"La vie s'apparente à la mer. Il y a le bruit des vagues, quand elles s'abattent sur la plage, et puis le silence d'après, quand elles se retirent. Deux mouvements qui se croisent et s'entrecoupent sans discontinuer. L'un est rapide, violent, l'autre est lent. (...) C'est ça la vie... C'est le mouvement, c'est le rythme, le fracas parfois, durant la tempête, et le doux clapotis quand tout est calme. Mais le clapotis quand même. Un bord de mer n'est jamais silencieux, jamais. La vie non plus, ni la vôtre, ni la mienne."
"L'intimité des gens n'est pas inscrite sur leur visage".
"Rien ne sert de s'opposer, le destin trace le chemin. On le suit pas à pas. Mais si on ne marche pas dans ses pas, on finit par se perdre".
"Ainsi va la vie, elle se nourrit d'impermanence, et c'est l'impermanence qui fait que la vie est vie".
"Ce n'est pas la vie qui est belle, c'est nous qui la voyons belle ou moins belle".
"Le silence a cette vertu de laisser parler le regard, miroir de l'âme. On entend mieux les profondeurs quand on se tait".
"Oui, si vous perdez une jambe, ça se voit, les gens sont conciliants. Et encore, pas tous Mais quand c'est un morceau de votre coeur qui est arraché, ça ne se voit pas de l'extérieur".
"Toutes les plaies cicatrisent, plus ou moins vite, plus ou moins bien, mais la peau se referme. On garde une trace, mais la vie est plus forte".
"L'apprivoisement se fait toujours à double sens".
"On ne se trompe jamais quand on aime".
"Un médecin doit aller bien. Un médecin ne flanche pas. Un médecin, c'est un socle sur lequel s'agrippent les patients fragile. Il se doit d'être solide comme un roc".
"L'évidence n'a pas besoin de beaucoup de temps pour sauter aux yeux. C'est généralement instantané".
"Le bonheur va vers ceux qui savent rire". 
"Ne baisse pas les bras, tu risquerais de le faire deux secondes avant le miracle".

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 27 décembre 2013

dernière lecture : Le Montespan

de Jean Teulé

lemontespan

1,5 etoile

Présentation de l'éditeur :
Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C'était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan…
Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dès qu'il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l'homme qui profanait une union si parfaite. Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, emprisonnements, ruine ou tentatives d'assassinat, il poursuivit de sa haine l'homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme…

Mon sentiment au sujet de ce roman :
C
ôté écriture, je ne sais trop que dire. C'est un roman qui se lit (très !) facilement, Jean Teulé semblant être un véritable maître conteur, avec des scènes un brin paillardes, parfois absurdes, mais d'époque, semble-t-il (?). Souvent des moments loufoques, avec malgré tout un vrai plaisir de découvrir le côté sombre des courtisans corrompus, sales, débauchés. 
Côté historique, j'ai vraiment apprécié ! En me disant surtout que je suis décidément ravie de vivre à mon époque... 
Quant aux valeurs morales, ça n'avait pas l'air d'être la panacée au temps de Louis XIV (surtout à la cour du roi...). Tout ceci m'aura le plus souvent portée à sourire... Pourtant, ici, aucun passage n'a su m'émouvoir, vous n'aurez donc pas de "morceau choisi".

 

Posté par anne_p à 16:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 21 décembre 2013

dernière lecture : La couleur pourpre

d'Alice Walker

411H090J0XL

¬¬¬¬¬

Présentation de l'éditeur :
Depuis leur séparation, depuis des années, Nettie et Celie, deux jeunes Noires, soeurs tendrement unies, n'ont cessé de s'écrire. Mais aucune missive, jamais, n'est parvenue ni à l'une ni à l'autre.
C'est que Celie, restée là-bas, près de Memphis, subit la loi d'un mari cruel qui lui cache toutes ces lettres venues d'Afrique - où Nettie est missionnaire. Alors Celie, la femme-enfant, écrira via le bon dieu, qui, lui, sait tout... Pourquoi, entre elles, cette correspondance déchirante et sans fin, obstinée, presque immatérielle ?

Mon sentiment au sujet de ce roman :
"Et alors ? S'il (le bon Dieu) ouvrait ses oreilles toutes grandes pour écouter les femmes noires, le monde ça serait quand même autre chose, c'est moi que j'te l' dis" !
Elle parle mal, les hommes la font souffrir,  la vie la malmène mais en même temps la porte et la fait avancer. Pourtant, jamais elle ne perd espoir. Battue, humiliée, maltraitée, Célie supporte tout en silence, avec dans son cœur ces lettres adressées au bon dieu, et l'espoir insensé de revoir un jour sa sœur Nettie. Le tout sur un ton qui reste malgré tout enjoué, critique, intelligent.
C'est vraiment un très beau roman, écrit sous forme de lettres adressées au bon dieu, où la condition de la femme noire, au début du 20e siècle est crûment et durement décrite. 

Morceaux choisis :
"Shug a raison quand elle dit qu'il faut d'abord chasser l'homme de devant son oeil, pour y voir plus clair. 
L'homme il se met partout et il pourrit tout. Il est sur ta boîte de céréales, dans ta tête, sur toutes les radios Il veut te faire croire qu'y a que lui partout. Et quand tu le crois, alors tu penses que Dieu c'est lui. Mais c'est pas vrai Donc quand t'as envie de prier et que l'homme se met devant toi comme si c'était pour lui, envoie le balader. Pense aux petites fleurs, au vent, au l'eau, à un gros caillou. Mais c'est pas facile, laisse-moi te l'dire. ça fait si longtemps qu'il est là, il veut pas bouger. Et il menace le monde avec les éclairs, les inondations,les tremblements de terre."
"Tu sais, la méchanceté ça vous tue un homme"
"Tout le monde apprend quelque chose de la vie."

En 1985, Steven Spielberg a imaginé un film à partir de ce récit :

 

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 29 novembre 2013

dernière lecture : Trois chevaux

de Erri De Luca

51ZMJH98Y6L

¬¬¬¬¬

Présentation de l'éditeur :
«Je monte sur la passerelle, je ne pense à personne, je suis la dernière feuille de l'arbre et je me détache sans être poussé.
Je ne pense pas à la jeune fille aimée, suivie jusqu'à faire partie de son pays.
Maintenant je sais qu'elle est au fond de la mer, jetée au large du haut d'un hélicoptère, les mains attachées. A vécu pour moi, est morte pour offrir des yeux aux poissons.»
Le narrateur, Italien émigré en Argentine par amour, retourne ainsi au pays. En Argentine, sa femme a payé de sa vie leur combat contre la dictature militaire. Lui, le rescapé, a appris que la vie d'un homme durait autant que celle de trois chevaux. Il a déjà enterré le premier, en quittant l'Argentine. Il travaille comme jardinier et mène une vie solitaire lorsqu'il rencontre Làila, qui «va avec des hommes pour de l'argent», et dont il tombe amoureux. Il prend alors conscience que sa deuxième vie touche aussi à sa fin, et que le temps des adieux est révolu pour lui.

Récit dépouillé à l'extrême, Trois chevaux évoque la dictature argentine, la guerre des Malouines, l'Italie d'aujourd'hui. Puis, à travers une narration à l'émotion toujours maîtrisée, où les gestes les plus simples sont décrits comme des rituels sacrés, et où le passé et le présent sont étroitement imbriqués, pose la question des choix existentiels que nous sommes amenés à faire - partir, rester, tuer, laisser vivre - et interroge la notion de destin.

 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Mais bien sûr, que je sais que c'est là un très bon livre. Bien sûr, que je l'ai ressenti. Que j'ai été troublée. Déroutée.
Pour tout dire, j'ai même fini par éprouver un malaise. 
Trop...
Un peu comme quand on décide l'aller manger à l'Auberge de Malatras.
Tout y est exquis, subtil, surprenant. Délicieux. Pourtant, je sors toujours de cet endroit déroutée : trop de mélanges fins, trop d'expériences culinaires et d'émotions gustatives. Je crois que j'aurais tout, absolument tout adoré, mais séparément. 
Pour le roman d'Erri de Luca, c'est exactement pareil. Une page par jour eût été mieux (mais impossible, évidemment !). Pour pouvoir déguster vraiment.
Enfin, ça, c'était juste avant que la fin s'annonce, parce que lorsque s'ébauche le dénouement de ce roman (conte ?), il ne reste que le beau. Le très beau.
Un roman avec des passages magnifiques. Un véritable monde parallèle. Un plongeon dans la poésie. A toutes les pages. C'est beaucoup... 
Peut-on lire en gardant les yeux écarquillés ?

 

Morceaux choisis :
"Les livres neufs sont impertinents, les feuilles ne se laissent pas tourner sagement, elles résistent et il faut appuyer pour qu'elles restent à plat. Ls livres d'occasion ont le dos détendu, les pages, une fois lues, passent sans se soulever".
"La géométrie des choses environnantes fait naître des coïncidences, des rencontres".
"Une cafetière sur le feu suffit à remplir une pièce".
"Je lis les vieux livres parce que les pages tournées de nombreuses fois et marquées par les doigts ont lus de poids pour les yeux, parce que chaque exemplaire d'un livre peut appartenir à plusieurs vies".
"Un arbre est une alliance entre le proche et le lointain parfait".`
"Au cours de la journée, mon corps obéit, et il obéit à tout ce dont je le charge, mais ensuite, une fois son office rempli, il m'envoie courir après le vent et me tire à vide, heureux".
"Il y a des créatures destinées les unes aux autres qui n'arrivent jamais à se rencontrer et qui se résignent à aimer une autre personne pour raccommoder l'absence. Elles sont sages".
"La guerre, c'est quand les jeunes rêvent de devenir grand-pères".
"Je ne crois pas aux écrivains, mais à leurs histoires"
"C'est ce que doivent faire les livres, porter une personne et non pas se faire porter par elle, décharger la journée de son dos, ne pas ajouter leurs propres grammes de papier sur ses vertèbres".
"Il y a des humilités qui grandissent un homme".
"Un homme prie et augmente ainsi la substance au ciel. Les nuages sont pleins du souffle des prières".
"Je sais que je suis un homme maintenant car je suis la plus dangereuse des bêtes".
"Je prends le livre ouvert à la pliure, je me remets à sn rythme, à la respiration d'un autre qui raconte. Si moi aussi je suis un autre, c'est parce que les livres, plus que les années et les voyages, changent les hommes".
"Nous apprenons des alphabets et nous ne savons pas lire les arbres. Les chênes sont des romans, les pins des grammaires, les vignes sont des psaumes, les plantes grimpantes des proverbes, les sapins sont des plaidoiries, les cyprès des accusations, le romarin est une chanson, le laurier une prophétie".

« Un arbre a besoin de deux choses : de substance sous terre, et de beauté extérieure. Ce sont des créatures concrètes mais poussées par une force d'élégance. La beauté qui leur est nécessaire c'est du vent, de la lumière, des grillons, des fourmis et une visée d'étoiles vers lesquelles pointer la formule des branches. Le moteur qui pousse la lymphe vers le haut dans les arbres, c'est la beauté, car seule la beauté dans la nature s'oppose à la gravité. Sans beauté l'arbre ne veut pas. C'est pourquoi je m'arrête à un endroit du champ et je lui demande : « ici tu veux ? » Je n'attends pas de réponse, de signe dans la main qui tient son tronc, mais j'aime dire un mot à l'arbre. Lui sent les bords, les horizons et cherche l'endroit exact pour pousser. Un arbre écoute les comètes, les planètes, les amas et les essaims. Il sent les tempêtes sur les soleil et les cigales sur lui avec une attention de veilleur. Un arbre est une alliance entre le proche et le lointain parfait. »

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


lundi 25 novembre 2013

dernière lecture : D'acier

de Sylvia Avallone

cvt_Dacier_1744

¬¬¬¬¬

Présentation de l'éditeur :
Anna et Francesca ont treize ans, presque quatorze. C’est l’été à Piombino, ville désolée de Toscane bien loin de l’image de carte postale que l’on peut s’en faire quand on n’est pas d’ici. Chez elles, pas de vignes et Florence et son art sont bien loin. Leur quotidien : des barres d’immeubles insalubres et surtout l’aciérie, personnage monstrueux qui engloutit jour et nuit tous les hommes du coin.
Les hommes, ils ne sont pas à l’honneur dans le roman de Silvia Avallone. Le père d’Anna est un fantôme, un voyou du dimanche qui réapparait quand ça lui chante. Celui de Francesca nous est présenté dès les premières lignes, puissantes, comme un homme qui épie sa fille aux jumelles pendant qu’elle joue sur la plage, obsédé par ce corps qui se transforme, irrémédiablement, malgré les coups qu’il lui porte, ce géant sans cervelle.
Mais Anna et Francesca, les reines de la cité, éclaboussent toute cette laideur de leur jeunesse insolente. Treize ans et demi mais déjà starlettes, elles jouent de cette aura qu’elles savent par instinct éphémère, avant que la réalité des autres ne les rattrapent. En attendant, elles rêvent. D’être écrivain ou femme politique pour l’une, de passer à la télé de Berlusconi pour l’autre, ou simplement d’aller ensemble, pour la première fois à l’île d’Elbe, inaccessible et pourtant à quelques brasses de leur cité plombée.
Autour d’elles, il y a aussi le grand-frère d’Anna, Alessio, Apollon échoué au royaume d’Hadès, amoureux abandonné, déjà usé à vingt ans par des années passées au haut fourneau, à faire couler l’acier et à se défoncer pendant les pauses. Sandra, leur mère, la militante d’extrême gauche, qui assure et qui se maudit d’aimer malgré tout son vaurien de mari. Rosa, enfin, la mère de Francesca, la petite calabraise arrachée à son village par Enrico, cet homme fruste qui les enferme dans sa folie et qu’elle ne quitte pas. Pour aller où ? C’est trop tard semblent-ils tous penser. Les parents, les vieux, les grands-frères, résignés, lassés, tous. Pas Anna et Francesca, pas si elles sont deux, toujours.
« D’acier » est un roman physique, qui vous happe dès la première page, pour vous relâcher, quatre cents pages plus tard, un peu sonné, avec le sentiment d’être face à un futur grand écrivain qui, à tout juste vingt cinq ans, fait preuve d’un sens de la narration assez exceptionnel et d’une capacité à saisir l’essence de l’adolescence, ces amitiés fusionnelles qui nous construisent et cette obsession de la beauté, cette fascination régressive qu’elle peut susciter chez ceux qui n’en sont plus.
D’acier pourrait n’être qu’un portrait social sombre d’une Italie de banlieue, de laissés pour compte sans envergure, pauvres humains tentant de se dépêtrer d’un monde qu’ils n’ont pas vu venir. Il est bien plus que cela. L’acier est constitué d’au moins deux éléments. D’acier aussi : d’une réalité désespérante et d’une petite poésie qui s’élève malgré tout, et l’ensemble, ça donne un sacré bon roman.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Un entre-deux déroutant, désolant et sombre sous une apparente légèreté. Tout est en équilibre instable. Ici, les jeunes ont des tempéraments trempés dans l'acier et pourtant ils sont si fragiles. Et, tels qu'existant dans le récit, si proches de nous, aussi. L'auteur nous rend les personnages tangibles, réels, vivants. Elle montre du doigt la vie nuancée et mouvante. Allant parfois vers le meilleur, parfois vers le pire. Où il faut garder l'espoir, quel que soit l'endroit où l'on vit.

Morceaux choisis :
"ça fait bizarre, dit Anna. Regarde la haie, c'est plein de ronces. Les endroits aussi, ça vieillit".
"Il y a toujours tellement d'attente dans la tête de chacun, à certaines fêtes. Logique que ça dégénère".
"Ce qu'il aimait, c'était observer. Le diable est dans les détails, comme il avait entendu dire ça lui avait bien plu cette phrase".
"C'est bizarre. Parfois il faut un tremblement de terre, un cataclysme. Comme dans les éclipses de soleil, quand tout est bouleversé et que les animaux se sauvent, que la nature s'affole. Les éléments étrangers se rapprochent."

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 8 novembre 2013

dernière lecture : Toutes choses scintillant

de Véronique Ovaldé

419QM7X77BL

¬¬¬¬¬

Présentation de l'éditeur :
C'est la captivante histoire d'une liberté conquise en territoire hostile. Nikko, née sur une île polaire, s'imagine une autre vie loin des neiges et des glaces : elle pense avoir été échangée à sa naissance avec un autre bébé, suite à une grande confusion causée par de nombreuses naissances le même jour. Mais elle va trouver son salut par le mal qui la ronge et l'envahit.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
C'est un roman que je n'ai plus pu poser. Je l'ai même dévoré. Envoûtée.
Pourtant il y fait froid : dehors comme dedans. Mais mon dieu, quelle belle écriture que celle de Véronique Ovaldé ! Elle nous embarque, avec le personnage principal, dans une lutte vers la vie et la liberté, quoi qu'il en coûtera (et il en coûte...).

Morceaux choisis :
"Je traine toujours du coté des gens qui parlent, c'est comme ça que j'apprends des choses, je les écoute, je les trouve un peu idiots, mais je me dis toujours qu'il y en aura bien un qui laissera échapper une parole pertinente ou magique."
"J'étais persuadée que les choses n'arrivaient jamais vraiment. Les choses ne faisaient qu'être dites."

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 2 novembre 2013

dernière lecture : Le dos crawlé

d'Eric Fottorino

C_Le-Dos-crawle_5061

¬¬¬¬¬

Présentation de l'éditeur :
Eté 1976, sur la côte atlantique, dans la région de Royan. C'est Marin, treize ans, qui raconte : son amitié amoureuse avec Lisa, dix ans ; son oncle Abel, brocanteur, chez qui il passe les vacances tandis que ses parents travaillent aux champs, en Corrèze ; Plouff le chien et Grizzly le chat ; les premières cigarettes, les premiers baisers ; madame Contini, la mère de Lisa, une drôle de bourgeoise aux moeurs très libres... Ce nouveau roman d'Eric Fottorino décrit le monde des adultes vu par le regard d'un enfant, à la fois naïf et curieux. L'auteur compose une espèce de huis clos entre deux gosses liés par un amour très pur, face à une réalité pas toujours drôle ni intelligible...

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Etrange... (je ne sais pas si je ne suis pas même un peu déçue...)
C'est un roman facile à lire, plutôt agréable, qui nous emmène (qui dérive ?), tranquillement vers l'inacceptable... Beaucoup de souffrance et de malveillance dissimulée... derrière une apparente légèreté et la douceur de vivre d'un bel été. 
Ne jamais se fier aux apparences...

 

Morceau choisi :
"Je mourais de peur et je mourais d'envie en tout cas je mourais".

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 22 octobre 2013

dernière lecture : Les deux messieurs de Bruxelles

de Eric-Emmanuel Schmitt

schmitt-les-deux-messieurs-de-bruxelles-205x300

¬¬¬¬¬

 

Présentation de l'éditeur :
«En amour, on croit être deux alors qu’on est trois.»
Dans la lignée de Concerto à la mémoire d’un angeLa rêveuse d’Ostende et Odette Toulemonde, les nouvelles très romanesques d’Eric-Emmanuel Schmitt parlent de l’amour sous toutes ses formes : conjugal, clandestin, paternel, filial, mais aussi amour de l’art ou amour de l’humanité. À travers un suspens subtil et ensorcelant, elles dépassent à chaque fois les apparences pour déjouer l’attendrissante complexité du cœur humain.
Un recueil de cinq nouvelles sur le mystère des sentiments inavoués. Souvent, l'architecture d'une vie est composée de passions invisibles, qui ne se diront jamais, que personne ne devinera, inaccessibles parfois même à celui qui les éprouve. Et pourtant, quoiqu'obscurs, ces sentiments sont réels; mieux, ils construisent la réalité d'un destin.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
J'avais promis-juré-craché que l'on ne m'y prendrait plus. Ma dernière lecture d'Eric Emmanuel Schmitt m'avait déçue... Celle d'avant aussi. Trop "faciles", je trouvais... Là, c'est franchement différent. Je crois que cet auteur excelle à la rédaction de nouvelles. Et celles-ci sont étonnantes. En tout cas on a envie de savoir où nous mènera le récit. 
J'aurais découvert cet auteur avec ce recueil, j'aurais probablement été séduite. Je crois que je suis désormais à la recherche d'autre chose...
Tout de même un très bon moment de lecture.

Morceaux choisis :
"La mer leur jetait son haleine, une puissante odeur de sel et d’algues, une odeur qui se nourrissait de l’immensité."
"S’il ne pleuvait pas, les chaussées demeuraient mouillées, plus une menace qu’un souvenir…"
"Quand nous savons que le malheur ne s’avère pas un virus transmissible, ce n’est plus le malheur que nous craignons, mais nous face au malheur." 
"Si les hommes ont la naïveté de croire en Dieu, les chiens ont la naïveté de croire en l’homme."
"Un héros, c’est un homme qui essaie d’être un homme toute sa vie, tantôt contre les autres, tantôt contre lui-même."

Posté par anne_p à 18:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 30 septembre 2013

dernière lecture : Mille femmes blanches

De Jim Ferguson 

fergus
¬¬¬¬¬

Présentation de l'éditeur :
En 1874, un chef cheyenne demande au Président Grant de lui donner mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers afin de faciliter l'intégration et le mélange de leurs deux peuples. Partant de ce fait historique, Jim Fergus retrace l’odyssée, sur les terres sauvages de l’Ouest, de ces femmes recrutées pour la plupart dans des prisons ou des asiles psychiatriques.
C'est un fait historique qui sert de base à ce roman : en 1875, mille femmes blanches, souvent issues de classes défavorisées ou de maisons de fous, sont "offertes" en mariage à mille guerriers indiens. En partant de cet odieux marchandage, Jim Fergus a écrit un roman, vu du côté des femmes. Leur découverte d'un peuple aux coutumes subtiles est étonnante. Eloquente aussi, parce qu'elle dénonce les graves écarts du gouvernement américain vis-à-vis de ceux qu'il considérait comme des sauvages. A lire avant qu'il ne devienne un film.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
J'avais commencé (et pour ainsi dire fini) ce roman pendant mes vacances d'été, au mois de juillet. Avec ce doux plaisir de lecture, l'été... : à travers son journal, May Dodd nous fait simplement découvrir un vrai portrait de femme (aventurière...) au XIXe siècle.
Pour je ne sais quelle obscure raison, je me suis interrompue. Et là, il m'a fallu un temps immense pour me ré-immerger. Plus envie.
Pourtant l'histoire est vraiment sympa, bien contée, plus ou moins basée sur un fait historique. Mais je crois que je n'en voyais plus le bout... La fin est belle (et triste)...

Vous trouverez ici (clic) une analyse enthousiaste du roman. 

Morceaux choisis :
"Vu la façon dont j'ai été traitée par les gens dits "civilisés", il me tarde finalement d'aller vivre chez les sauvages."
"Les militaires sous-estiment l'acuité d'une oreille féminine."
"La vie est si imprévisible."
"Asile d'aliénés : le lieu où l'on crée les fous."
"L'amour n'est que pure folie et, je dois bien te l'avouer, mérite et les obscures demeures, et le fouet auquel les fous ont droit." (Shakespere)
"Y a-t-il plus délicieux qu'un amour condamné ?"

Posté par anne_p à 18:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,