jeudi 4 septembre 2014

dernière lecture : L'étrange voyage de Monsieur Daldry

de Marc Levy

cvt_Letrange-voyage-de-Monsieur-Daldry_9202
2,5 etoiles

Présentation de l'éditeur :
“ L’homme qui va le plus compter dans ta vie vient de passer dans ton dos. Pour le retrouver, tu devras entreprendre un long voyage et rencontrer les six personnes qui te mèneront jusqu’à lui… Il y a deux vies en toi, Alice. Celle que tu connais et une autre, qui t’attend depuis longtemps. ”
Londres 1950
Alice mène une existence tranquille, entre son travail qui la passionne et sa bande d’amis, tous artistes à leurs heures. Pourtant, la veille de Noël, sa vie va être bouleversée. Au cours d’une virée à la fête foraine de Brighton, une voyante lui prédit un mystérieux avenir. Alice n’a jamais cru à la voyance, mais elle n’arrive pas à chasser ces paroles de son esprit, et ses nuits se peuplent de cauchemars qui semblent aussi réels qu’incompréhensibles.
Son voisin de palier, Monsieur Daldry, célibataire endurci, gentleman excentrique et drôle, aux motivations ambigües, la persuade de prendre au sérieux la prédiction de la voyante et de retrouver les six personnes qui la mèneront vers son destin.
De Londres à Istanbul, il décide de l’accompagner dans un étrange voyage…

 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
J'ai beaucoup tardé, entre la lecture de ce roman (avant l'été !) et la rédaction de ma petite synthèse de lecture (hier soir). C'est une erreur. Je préfère largement rédiger "à chaud" : les émotions sont tangibles, je suis imprégnée, donc souvent enthousiasmée par ces "petits riens" qui, à mon avis, donnent vie à une lecture.
Pour ce roman, j'ai tardé. Parce que pas inspirée.
Pas parce qu'il ne m'a pas plu (il se lit facilement, et l'histoire est plutôt plaisante), mais je crois me souvenir n'avoir rien ressenti de particulier (je veux dire, pas de grand (ni même de petit...) bousculement, à l'intérieur...). Peut-être juste un brin d'agacement pour le côté beaucoup trop gentillet de l'histoire.
Je crois tout simplement que Marc Levy, c'est plus trop "mon truc"...

De jolies citations, pourtant :

Morceaux choisis :
"Comment décider à l'avance de ce qui sera ou non un jour de fête ?"
"Vous m'avez frôlé l'âme et vous m'avez changé, comment vous pardonner d'avoir fait naître en moi l'envie d'aimer et d'être aimé ?"
"J'ai toujours eu la passion des détails, de ces petits événements, presque invisibles, autour de nous. Observer les gens vous apprend tant de choses".
"Ce n'est pas parce que quelqu'un vous a quitté qu'il cesse d'exister".
"Avec un peu de fantaisie à l'âme, la solitude n'existe plus".
"Lorsque l'imagination est confrontée à la réalité, cela fait parfois des dégâts".
"On a tous besoin de quelqu'un dans la vie, personne ne peut accomplir de grandes choses tout seul".
"L'ivresse est un abandon stupide".
"ça ne coûte rien et ça n'offense personne d'aimer en silence, n'est-ce pas ?"

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


jeudi 28 août 2014

dernière lecture : L'âme du monde

de Frédéric Lenoir

CVT_Lame-du-monde_1415
4 etoiles

Présentation de l'éditeur :
Pressentant l'imminence d'un cataclysme planétaire, sept sages venus des quatre coins du monde se réunissent à Toulanka, monastère perdu des montagnes tibétaines, pour transmettre à Tenzin et Natina, deux jeunes adolescents, les clés de la sagesse universelle. Au-delà des divergences culturelles et historiques de leurs traditions respectives, ils s'appuient sur leur expérience personnelle et se savent inspirés par ce que les philosophes de l'Antiquité appellent l'Âme du monde : la force bienveillante qui maintient l'harmonie de l'univers. 
Leur message répond aux questions essentielles : quel est le sens de mon existence ? Comment réussir ma vie et être heureux ? Comment harmoniser les exigences de mon corps et celles de mon esprit ? Comment apprendre à me connaître et à réaliser mon potentiel créatif ? Comment passer de la peur à l'amour et contribuer à la transformation du monde ?
Loin des croyances dogmatiques, ils ouvrent le chemin simple et concret d'un humanisme spirituel qui aide à vivre.
À la suite de son Petit traité de vie intérieure, Frédéric Lenoir transmet ses connaissances philosophiques et spirituelles à travers un conte initiatique lumineux qui touche le coeur autant que l'intelligence.
 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
L'idée que toutes les religions et orientations spirituelles visent une même quête (celle de la paix et de l'harmonie...) me plaît. J'ai toujours eu le sentiment que les dieux des hommes, quelles que soit leurs religions, puisent à la même source et dispensent la même parole.
Dans ce récit (philosophique), une belle leçon de sagesse nous est donnée, dans ce sens. Disons que c'est reposant, facile à lire, et que ça mène à la réflexion...

J'ai visionné, voilà quelques temps, un documentaire qui rejoint un peu cette vision des choses, et je trouverais dommage de ne pas le partager avec vous... "Mondes intérieurs, mondes extérieurs" : c'est par ici (clic).

A noter aussi que Frédéric Lenoir anime, avec Leili Anvar, une très belle émission hebdomadaire sur France-Culture : Les racines du ciel.


Morceaux choisis :

"Combien d'êtres humains passent l'essentiel de leur vie à se soucier de choses matérielles ou futiles et oublient de prendre le temps de vivre les expériences les plus essentielles, l'amour, l'amitié, l'activité créatrice, la contemplation de la beauté du monde? Le superflu est onéreux mais l'essentiel est offert."
"La dépendance à l'égard des choses matérielles est un des esclavages les plus répandus de nos jours."
"Dans chaque être et chaque instant, heureux ou douloureux, facile ou difficile, nous ne voyons jamais que notre seule image."
"Être libre, c'est aussi ne pas agir en fonction du regard d'autrui."

"Comme l'a affirmé un ancien maître de la sagesse : "le bonheur, c'est de continuer de désirer ce qu'on possède déjà."

 

 

***
J'aime beaucoup son discours... Je vous propose de l'écouter ici :

 

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 22 août 2014

dernière lecture : Le portrait de Dorian Gray

d'Oscar Wilde

portrait_dorian_gray
4 etoiles

Présentation de l'éditeur :
Par la magie d'un voeu, Dorian Gray conserve la grâce et la beauté de la jeunesse. Seul son portrait vieillira. Le jeune dandy s'adonne alors à toutes les expériences, s'enivre de sensations et recherche les plaisirs secrets et raffinés. « Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais », « il faut guérir l'âme par les sens, guérir les sens par l'âme ».
Oscar Wilde voulut libérer l'homme en lui donnant comme modèle l'artiste. Pour se réaliser, il doit rechercher le plaisir et la beauté, sous toutes ses formes, bien ou mal. L'art n'a rien à voir avec la morale. Dans une langue raffinée, l'auteur remet en question la société, le mariage, la morale et l'art. Ses propos sont incisifs et humoristiques. Ce livre scandalisa l'Angleterre victorienne, Oscar Wilde fut mis en prison pour avoir vécu ce qu'il écrivait. Au siècle suivant, Proust, Gide, Montherlant, Malraux ont contribué à la célébrité du génial écrivain.

 

Mon sentiment au sujet de ce roman :

C'est avec ce roman que j'ai découvert Oscar Wilde. Enfin, comme tout le monde j'imagine, je le "connaissais" déjà un peu : par toutes ces belles citations qui circulent, souvent illustrées du portrait de l'homme, jeune, magnifique, auréolé d'une incroyable séduction. 
Ici, je n'ai pas été déçue : les mots sont souvent croustillants, l'histoire est pleine de rebondissements, et, à mon avis, Dorian, le héros, est à l'image de son auteur... 
Quelques passages m'ont pourtant parus bien longs (la description des collections, en particulier...), dans d'autres, j'ai parfois eu le sentiment que l'auteur "s'écoutait parler", mais globalement j'avoue avoir surtout été fascinée par ces jeux d'esprit et d'écriture qui mettent bien haut la barre de la réflexion... 

Morceaux choisis :
"Quand j'aime quelqu'un intensément je ne dis son nom à personne. C'est presque une trahison. (...) La plus commune des choses nous paraît exquise si quelqu'un nous la cache."
"Il n'est rien que l'art ne puisse rendre."
"Il y a toujours quelque chose de ridicule dans les émotions des personnes que l’on a cessé d’aimer ; "
"Peut-être ne doit-on pas exprimer son adoration par des mots."
"Si l’on ne parlait jamais d’une chose, ce serait comme si elle n’était jamais arrivée. C’est seulement l’expression qui donne une réalité aux choses."
"Ne pouvaient-elles, les choses extérieures à nous-mêmes, sans pensée ou désir conscients, vibrer à l'unisson de nos humeurs ou de nos passions, l'atome appelant l'atome dans un amour secret ou une étrange affinité
"Il y a une sorte de volupté à se faire des reproches... Quand nous nous blâmons, nous pensons que personne autre n'a le droit de nous blâmer. C'est la confession, non le prêtre, qui nous donne l'absolution.
"Le dramatique de la vieillesse, ce n'est pas qu'on se fait vieux c'est qu'on reste jeune."
"Les bonnes influences n'existent pas, monsieur. Toute influence est immorale."

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 16 août 2014

dernière lecture : Le secret du docteur Barry

de Sylvie Ouellette

34328_aj_m_3806
3,5 etoiles

Présentation de l'éditeur :
Au XIXe siècle au Royaume-Uni, la jeune Margaret Bulkley afin de réaliser son rêve - devenir médecin - se fait passer dès son plus jeune âge pour un garçon. Engagée dans l'armée après de brillantes études, elle va, au cours de ses voyages, devenir une pionnière de la médecine préventive et un personnage aux excentricités réputées.
Mais comment vivre continuellement en camouflant son corps et ses pulsions de femme ; comment concilier sa véritable nature à la passion dévorante pour son métier ? 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
C'est un livre que j'ai lu avec plaisir, me sentant, je vous avouerai, un peu coupable d'y prendre plaisir... Oui mais voilà : c'était le début de mes vacances d'été, cela m'autorisant quelques écarts dans mes choix "littéraires". Parce que pour moi, ce roman-ci n'avait absolument rien de littéraire, mais s'apparentait davantage aux romans "à l'eau de rose" que je lisais parfois (...souvent !) adolescente (hey, jeune adolescente, hein !).  
J'en étais là, refermant le bouquin. Doucement repue. Doucement désolée de m'être laissée si facilement embarquer dans cette gentille histoire harlequinesque (scénario d'enfer : une jolie jeune fille rousse et sulfureuse, à l'intelligence exceptionnelle et à la force de caractère inébranlable, se fait passer pour un homme afin de devenir médecin, à une époque où aucune femme n'était autorisée à exercer ce métier. Aventure, rebondissements, histoire d'amour, camouflage d'un corps sensuel, mais interdit aux regards, tout y est !).
Jusqu'au moment où, curieuse comme je suis, j'ai découvert que Miranda Barry a bel et bien existé ! Ce roman raconte une histoire vraie !

Ah... ben si c'était un roman historique, alors, je n'ai plus aucun état d'âme.
Irais-je jusqu'à vous le conseiller ? Pourquoi pas... Mais seulement si vous êtes bon public !

Morceaux choisis :
"Je suis d'avis que c'est dans les geste plus que dans les mots qu'on perçoit la vraie grandeur d'une personne".
"Le monde en général tend à être en désaccord".

Posté par anne_p à 20:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 13 août 2014

dernière lecture : Le cahier de Maya

d'Isabel Allende

81uO-PIkptL

4,5 etoiles

Présentation de l'éditeur :
« Je m'appelle Mayal Vidal : de sexe féminin, célibataire, j'ai dix-neuf ans, pas d'amoureux faute d'occasions et non par excès d'exigence, un passeport américain ; née à Berkeley, en Californie, je suis momentanément réfugiée dans une île au sud du monde. On m'a donné le prénom de Maya parce que ma Nini a une prédilection pour l'Inde et que mes parents n'ont pas trouvé autre chose, bien qu'ils aient eu neuf mois pour y réfléchir. En hindi, Maya signifie "sortilège, illusion, rêve". Rien à voir avec mon caractère. Attila m'irait mieux, parce que là où je pose le pied, l'herbe ne pousse plus. »

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Il y a cette citation, là... "Ce bouquet minuscule est parfait : un vase en verre, cinq fleurs, un insecte, la lumière de la fenêtre."
Voilà. 

Pour moi, ça, c'est tout Isabel Allende : avec deux-trois mots, elle vous propulse dans un univers. Comment ne pas le voir ? Comment ne pas le vivre, le ressentir ? Comment en sortir indemne ?
Le cahier de Maya est à l'image de cette toute petite phrase : rempli d'immensité. D'amour. De peur. D'acceptation. De vie !
Franchement, si vous avez ne serait-ce qu'une once d'hésitation, foncez ! Ce livre est un trésor...

Morceaux choisis :
"Il y a des moments où l'on n'a aucun contrôle sur sa propre vie, les choses arrivent, voilà tout."
"La stricte vérité peut être ennuyeuse."
"Il est naturel de s'extasier devant la couleur lorsqu'on vient du gris."
"Ce bouquet minuscule est parfait : un vase en verre, cinq fleurs, un insecte, la lumière de la fenêtre."

 

Posté par anne_p à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


jeudi 3 juillet 2014

dernière lecture : Le libraire

de Gérard Bessette

cvt_Le-Libraire_8157

1,5 etoile

Présentation de l'éditeur :
Le personnage principal du Libraire est une espèce de Meursault, la candeur en moins, le sarcasme en plus, mais tout aussi indifférent à ce qui l’entoure. Il s’appelle Hervé Jodoin, il a perdu son emploi de répétiteur au collège Saint-Étienne, à Montréal, et il est prêt à accepter n’importe quel boulot, du moment qu’il y ait peu à faire et qu’on le laisse tranquille. Quand, au bureau de chômage, on lui propose un travail de commis dans la librairie d’un petit village, Saint-Joachim, à plusieurs heures de la grande ville, il n’hésite pas : “Saint-Joachim ou ailleurs, je m’en balançais.”
Présenté sous forme de journal intime, comme l’était L’Étranger, Le Libraire est le récit à la première personne de la nouvelle existence de Jodoin, coulée dans une morne routine – les jours passés à la librairie Léon, les beuveries solitaires à la taverne chez Trefflé où il enfile “une moyenne de vingt bocks par soirée”, les dimanches, mortels, où pour tuer le temps, il a commencé ce journal. Une existence d’une parfaite uniformité que des événements viendront bientôt perturber, des “événements qui, eu égard à la monotonie de [sa] vie, méritent l’épithète d’importants”. Cela commence quand son patron, monsieur Chicoine, lui révèle avec des airs de grand conspirateur l’existence du “capharnaüm”, un réduit fermé à double tour où sont cachés “des livres à ne pas mettre entre toutes les mains”. Tout déraille le jour où un jeune collégien à qui Jodoin a refilé en douce L’Essai sur les mœurs, d’Arouet, décide de dénoncer l’existence du capharnaüm. Le curé s’en mêle, c’est la pagaille à la librairie Léon, et Saint-Joachim au complet est en émoi.
Paru en 1960, ce deuxième roman de l’auteur de La Bagarre dénonce l’hypocrisie du clergé qui mettait à l’index toute œuvre n’étant pas jugée édifiante, mais aussi ceux qui “collaboraient” en jouant le jeu de l’autorité ecclésiastique. Intimement lié à l’essor de la littérature québécoise pendant la Révolution tranquille, Le Libraire est devenu un classique qui continue d’être étudié dans les programmes d’études littéraires. --Marie Claude Fortin 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Voici un texte très bien écrit. Pas très long.
Donc je dirais plutôt facile à lire.
L'homme qui se raconte ici (il s'ennuie tellement qu'il a décidé d'écrire son journal, juste pour passer le temps...) est un être odieux, solitaire, désolant. Il le sait. Il n'attend plus grand chose la vie, et pourtant il s'amuse de tout. 
C'est ça qui est comique, je trouve (même si le roman ne l'est absolument pas !) : cet oeil critique d'un homme qui ne craint personne, ne doute de rien, observe tout de son regard désabusé. 
Un expérimentateur ? Un joueur ?
Une cloche...

Morceaux choisis :
"Il est étonnant comme le temps passe vite quand on ne fait rien. Pourvu qu'on ne soit pas libre. J e veux dire pourvu qu'un "devoir" vous force à rester en place. Autrement, ça  ne tient plus. Ainsi moi, si je n'étais pas obligé de travailler à la librairie Léon pour gagner ma vie et qu'on me demandât de passer des heures d'affilée perché sur un tabouret,  j'en serais complètement incapable."
"Selon moi, un lecteur sérieux, c'est celui qui lit consciencieusement les livres qu'il achète, moins pour passer le temps ou pour y découvrir des obscénités que pour y chercher des idées, des théories, des critiques, peut-être contraires à ses propres conceptions, mais susceptibles de le faire penser."

Posté par anne_p à 14:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 25 juin 2014

dernière lecture : La petite communiste qui ne souriait jamais

de Lola Lafon

cvt_La-petite-communiste-qui-ne-souriait-jamais_6364

4 etoiles

Présentation de l'éditeur :

Parce qu’elle est fascinée par le destin de la miraculeuse petite gymnaste roumaine de quatorze ans apparue aux jo de Montréal en 1976 pour mettre à mal guerres froides, ordinateurs et records au point d’accéder au statut de mythe planétaire, la narratrice de ce roman entreprend de raconter ce qu’elle imagine de l’expérience que vécut cette prodigieuse fillette, symbole d’une Europe révolue, venue, par la seule pureté de ses gestes, incarner aux yeux désabusés du monde le rêve d’une enfance éternelle. Mais quelle version retenir du parcours de cette petite communiste qui ne souriait jamais et qui voltigea, d’Est en Ouest, devant ses juges, sportifs, politiques ou médiatiques, entre adoration des foules et manipulations étatiques ?
Mimétique de l’audace féerique des figures jadis tracées au ciel de la compétition par une simple enfant, le roman-acrobate de Lola Lafon, plus proche de la légende d’Icare que de la mythologie des “dieux du stade”, rend l’hommage d’une fiction inspirée à celle-là, qui, d’un coup de pied à la lune, a ravagé le chemin rétréci qu’on réserve aux petites filles, ces petites filles de l’été 1976 qui, grâce à elle, ont rêvé de s’élancer dans le vide, les abdos serrés et la peau nue.

 

Mon sentiment au sujet de ce roman
En ouvrant mon blog, je n'avais nulle intention de raconter ma vie. Seulement voilà : il y a toutes ces lectures, qui me bousculent, qui me ramènent souvent à mon vécu, mes émotions les plus fortes. Alors comment ne pas en parler...
La gym ? J'ai passé jusqu'à 18 heures par semaine dans une salle de sport, spécialisée gym. Souvent, j'en rêve encore la nuit : de vrilles, d'enchaînements de flips au sol, de sauts enjambés les plus "envolés possibles" sur la poutre et encore mille autres acrobaties imaginables. Des sensations de liberté et d'envol. Pour moi ? Le bonheur absolu. Le risque. L'adrénaline. Et puis le partage de tout ça avec les plus petites (dès 5 ans !) qui rêvaient de faire pareil... Un jour, je suis devenue leur "monitrice". Elles progressaient à vue d'œil. Je les adorais. Elles m'aimaient.
C'était un autre monde. Mon monde : celui de la performance (évidemment !), du dépassement de soi, du partage, et du rêve. J'avais trouvé une deuxième famille, qui m'équilibrait. J'adorais mon entraîneur, qui pouvait tirer le meilleur de moi, mes "petites", l'odeur de la salle, les regards inquiets et admiratifs des autres gymnastes... même si je ne ressemblais pas exactement à la gymnaste modèle (cheveux courts et tâches de rousseur...). 
Un jour, j'avais vu Nadia à la télé. J'ai tout de suite eu envie de faire comme elle, de lui ressembler. C'est certainement pour ça que ce roman a si fortement résonné en moi. Avec lui, tout ce (long...) chapitre de ma vie est remonté, en bloc.
Même si, oui, le corps de femme qui ne colle plus (du tout !), les plus jeunes qui nous surpassent trop vite (c'est la loi : en gym, à 20 ans, tu peux ranger tes maniques...), la vie qui nous rattrape. L'exigence du geste parfait.
Mais dans ce roman, tout de même un choc (un électrochoc serait plus juste) : l'Est. J'en étais restée à l'image reçue, idéalisée : Nadia virevoltante et heureuse. Parfaite. Jamais je n'aurais imaginé la suite. Pourtant je savais, je crois, plus ou moins. J'ai préféré éluder encore. J'ai du mal, même maintenant, à me dire que cette histoire (je veux dire la suite de son histoire...) est vraie.
Aujourd'hui, Nadia Comaneci est devenue une cinquantenaire magnifique et sereine. Souriante ! Elle mérite tout cela, je crois.
Ce roman est un coup de pied dans la fourmilière. Il te réveille vite fait. La Roumanie des années 80 ? C'est pas juste un joli justaucorps immaculé et les pirouettes d'une jolie poupée montée sur ressorts, ma jolie ! ...Ni d'ailleurs les jolis roulements de "rrr" absolument inimitables et irrésistibles de ma copine Mihaela ;) : il y a les bonus. 
Et ils sont, je trouve, plutôt indigestes.

 

Morceaux choisis :
"Du jamais vu, la perfection est de ce monde".
"Les roumaines sont des chiots à qui on lance des épreuves, elles rapportent et servent l'Etat. On est dans la géométrie, le calcul."
"Chez nous, on n'avait rien à désirer. Et chez vous, on est constamment sommés de désirer."
"Aujourd'hui, on peut tout dire, félicitations, seulement personne ne nous entend".
"En 1989, ont-ils donné leur vie pour que nous ayons plus de Coca-Cola et de Mc Donald's ? Ont-ils donné leur vie pour que nous devenions esclaves du FMI ? Sont-ils morts pour que nous nous enfuyions toujours plus loin de cette Roumanie qui ne peut nous offrir une vie décente ? Morts pour que des milliers de personnes âgées dorment dehors et meurent de froid ? (...) En 1989, ils ont donné leur vie pour notre liberté. Ce fut leur cadeau de Noël."
"Le dernier qui quitte le pays éteint la lumière en sortant, dit-on à l'époque".
"Je ne vais pas tourner le dos à ce qui me fait peur. Je fais face, parce que la seule façon d'échapper à ma peur est de la piétiner".
"Je rêvais de liberté, j'arrive aux Etats-Unis et je me dis : c'est ça la liberté ? Je suis dans un pays libre et je ne suis pas libre ? Mais où, alors, pourrai-je être libre ?"

 

***

Il y a un film sur la vie de Nadia Comaneci, un peu "cucu", peut-être...
assez proche de la réalité, pourtant... :

Et puis les jeux olymiques qui ont fait de Nadia Comaneci un mythe vivant...

 

Enfin, ce petit clin d'oeil, parce que cela m'a tellement fait rire !
(...et en musique, s'il vous plaît...)

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 22 juin 2014

dernière lecture : Le cercle des loups

de Nicolas Evans

cvt_Le-cercle-des-loups_1452

4 etoiles

Présentation de l'éditeur :
Hope, petite ville du Montana, est en ébullition. Un loup a dévoré un chien, celui de la fille de Buck Calder, une des personnalités les plus en vue de la localité. La vieille querelle qui oppose les éleveurs, qui se sentent menacés, et les défenseurs des loups est à son paroxysme.
C'est à ce moment qu'arrive Helen Ross, jeune zoologiste de 29 ans, chargée par le service de protection des loups de capturer les animaux pour les munir de colliers émetteurs. Les éleveurs, avec à leur tête Buck Calder, s'opposent à cette mission, sabotent le travail d'Helen et abattent les loups qui s'aventurent sur leurs terres.
Helen trouvera en Luke Calder, fils de Buck, un précieux allié mais elle devra affronter la haine de toute une communauté qui se chargera de lui rappeler que l'homme est parfois un loup pour l'homme.

Mon sentiment au sujet de ce roman
C'est un roman que j'ai adoré. Je me suis complètement immergée dans cet univers "western", dans ces immenses forêts du Montana, dans l'ambiance générale du roman, que j'ai dévoré en deux temps trois mouvements. En prenant parti, évidemment, puisqu'ils étaient les "gentils-héros-de-l'histoire", pour les défenseurs des loups, hommes solitaires et engagés, passionnés et surprenants...
C'est assez irréfléchi, comme attitude. Parce qu'il ne faut pas croire que la réintroduction des loups est quelque chose d'anodin. 
Je commentais ma lecture, dimanche dernier, lors de notre repas familial dominical, et mon beau-père s'est crispé. C'est un homme qui, par son travail côtoyait les bûcherons du coin, les hommes des bois en général. Il adore la forêt et la connaît bien... Il la respecte. Des loups ont été réintroduits voilà quelques années dans les Alpes, arrivant jusque dans le Vercors, et se sont pas mal régalés du bétail des alpages. Ils ne sont pas du tout aimés des bergers, et n'ont pas intérêt à se montrer, si j'ai tout compris...
Et puis le loup est encore une des grandes terreurs de l'homme. En tout cas, moi, je détesterais en croiser un sur mon chemin !
Sujet sensible...
que j'ai trouvé très bien traité dans cette très belle aventure !

Morceaux choisis :
"Dan Prior ne croyait ni à Dieu ni à Diable. Dans le meilleur des cas, il considérait la foi comme une barrière qui empêche de comprendre la vie, un alibi qu'on se donne pour ne pas avoir à affronter la réalité. Quand les choses prenaient mauvaise tournure, il lui semblait plus sage de tâcher d'y remédier par ses propres moyens que d'en laisser le soin à un être aussi inconnu que mystérieux, qui ne répondait pas forcément aux appels qu'on lui adressait".
"Le coeur, il vaut mieux ne pas trop s'y fier, c'est un organe plein de duplicité".
"L'absurdité de la prison des autres est toujours plus facile à voir".
"Dan me disait, l'homme est un prédateur, il ne faut pas qu'on perde le contact avec ça. Il disait que le problème numéro un de l'espèce humaine était de s'être coupée de sa vraie nature".

 

***
J'ai trouvé un site très intéressant qui traite du sujet des loups, en France. Pour les curieux, c'est par ici.
Et un autre, plus engagé pour la défense des animaux sauvages : là (clic).

Posté par anne_p à 22:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 16 juin 2014

dernière lecture : Le sel de la vie

de Françoise Héritier

cvt_Le-Sel-de-la-vie--Lettre-a-un-ami_4875

4 etoiles

Présentation de l'éditeur :
" II y a une forme de légèreté et de grâce dans le simple fait d'exister, au-delà des occupations, au-delà des sentiments forts, au-delà des engagements, et c'est de cela que j'ai voulu rendre compte. De ce petit plus qui nous est donné à tous : le sel de la vie". 
Dans cette méditation tout en intimité et en sensualité, l'anthropologue Françoise Héritier traque ces choses agréables auxquelles notre être profond aspire, ces images et ces émotions, ces moments empreints de souvenirs qui font le goût de notre existence, qui la rendent plus riche, plus intéressante que ce que nous croyons souvent et dont rien, jamais, ne pourra être enlevé à chacun.

 

Mon sentiment au sujet de ce recueil :
100 "toutes petites" pages avec juste une liste d'innombrables "détails" : ceux qui, justement, font toute la différence. 
Ces toutes petites choses de la vie qui lui donnent toute sa saveur : la caresse du vent sur la peau, l'odeur de la terre quand la pluie commence à tomber, le sourire d'un inconnu croisé en chemin, la forme particulière d'un nuage...
Ce recueil donne envie ...de vite attraper nous aussi un petit carnet et y noter tous ces moments fugitifs, si vite oubliés, et pourtant tellement précieux qui, mis bout à bout, font la beauté de notre existence !

 

Morceaux choisis :
"Le monde existe à travers nos sens avant d'exister de façon ordonnée dans notre pensée et il nous faut tout faire pour conserver au fil de l'existence cette faculté créatrice de sens : voir, écouter, observer, entendre, toucher, caresser, sentir, humer, goûter, avoir du "goût" pour tout, pour les autres, pour la vie."
"Ce livre plaide pour que nous sachions reconnaître non pas simplement une petite part ingénue d'enfance, mais ce grand terreau d'affects qui nous forge et continue sans cesse de nous forger, êtres sensibles que nous sommes."

Et puis ses petits moments, à la Prévert, où je me retrouve, parfois :
"Faire siffler un brin d'herbe entre ses doigts et ses lèvres,
entendre la vache de Moelan,
caresser la peau douce et flétrie des mains d'une vieille dame,
appeler sa mère "ma petite mère", sa fille "mon trésor", son mari "mon coeur" et ressentir pleinement la justesse de ces appellations, 

ouvrir une lettre le coeur battant,
prédire qu'il pleuvra le lendemain à la position des rayons du soleil couchant,
donner solennellement du "Monsieur" à un adolescent,
tomber en extase devant une couleur si juste,
sautiller avec Charles Trénet et regarder avec Yves Montand les jambes de la demoiselle sur une balançoire,
appeler avec un frémissement interne par son prénom quelqu'un que l'on vénère et qui vous en a prié,
s'éveiller dans Paris avec Jacques Dutronc,
lécher consciencieusement le fond des plats,
faire se refléter sous le menton le jaune des boutons d'or,
manger du raisin pris directement à la treille sur la façade d'une maison,
voir de grosse gouttes d'eau s'écraser sur le sol ou un immense arc-en-ciel ou une lumière lointaine dans la nuit noire ou une étoile filante ou silencieusement passer très haut une capsule spatiale,
avoir une tirelire,
surprendre un animal qui vaque à ses affaires,
sentir la densité d'un silence attentif,
entrer dans la parole comme on entre dans l'arène,
trouver enfin le mot juste,
attendre un coup de fil,
s'attrister parce que les galets perdent leurs belles couleurs en séchant,
avoir le fantasme d'une grande maison à volets verts située à une croisée de chemins au coeur d'une forêt,
admirer un grand perron doté de deux élégantes volées de marches ou des roses trémières opulentes ou un toit de tuiles vernissées,
chanter à capella et à l'unisson,
vibrer au timbre d'une voix,
recevoir en pleine figure des ressemblances troublantes et agir avec le nouveau venu comme une ancienne connaissance,
se parler à soi-même in petto,
garder fidèlement une certaine idée de ceux que l'on a aimés,
recevoir les épreuves d'un nouveau livre,
manger des rayons de miel sauvage récolté par enfumage,
croquer des radis,
faire des compotes de pomme et des tartes à la pâte brisée,
boire du cidre frais,
coucher à la belle étoile,
admirer le travail de nuit des termites sur des chaussures oubliées sur le sol,
entrevoir au bout du couloir la démarche de grand héron pressé et les pans de la blouse blanche du patron que l'on attend dans son service à l'hôpital et se sentir réconforté, empli de joie et de bien-être,
aimer tout de la vie sur le terrain, même l'inconfort,
nouer conversation facilement,
assumer ses détestations,
garder les vaches,
tirer du vin nouveau,
regarder les mains expertes de son médecin qui sait identifier le mal du bout des doigts,
faire un bon mot ingénument et ne s'en rendre compte qu'à l'hilarité des autres,
aller chez le coiff
eur...

 

 

 

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 12 juin 2014

dernière lecture : La voleuse de livres

de Markus Zusak

51dTtcz7eiL

5 etoiles

Présentation de l'éditeur :
Quand la mort vous raconte une histoire, vous avez tout intérêt à l'écouter. Une histoire étrange et émouvante où il est question : d'une fillette ; des mots ; d'un accordéoniste ; d'Allemands fanatiques ; d'un boxeur juif ; de vols. Traduit en 20 langues, le best-seller 2007.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Il faut se méfier des livres. Celui-ci, sous son apparence plutôt inoffensive, est une véritable bombe. 
Où il est question de la force des mots. Et des histoires bien racontées. Même lorsqu'elles sont terribles.

J'avoue qu'au début, j'étais assez mitigée : il y avait une succession de textes assez courts, en permanence interrompus par des commentaires, des petites annotations, assez malvenues trouvais-je. Mais le récit avançant, tout ceci prit de l'intensité. Et puis cette narratrice dont on n'a (heureusement !) pas l'habitude : la mort elle-même ! C'est très troublant, comme est troublant ce regard sur cette grande guerre vue "de l'autre côté" : celui des allemands, dont nos livres d'Histoire n'avaient que faire. Et pourtant...
Ce livre est bouleversant et sera pour moi un véritable coup de coeur (en même temps qu'un immense coup au coeur).

Morceaux choisis :
"Le silence n'était ni le calme ni la quiétude. Ni la paix".
"Un enfant humain, là encore. Tellement plus avisé".
"Pour souffrir, tous les lieux se valent".
"Comment ne pas aimer un homme qui non seulement remarque les couleurs, mais en parle ?"
"La punition et la souffrance seraient présentes, tout comme le bonheur. C'était cela, l'écriture".
"Comment sait-on que quelque chose est en vie ? On vérifie qu'il respire".

Un film a été réalisé à partir de ce roman.
Voici sa bande annonce qui retranscrit très bien, je trouve, l'ambiance générale du récit...

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,