jeudi 30 novembre 2006

Dernière lecture

La première gorgée de bière
philippe_delerm
Philippe Delerm

Résumé
Une trentaine de textes brefs qui déclinent ces petits riens de la vie quotidienne, véritables moments de bonheur indicibles. De la cueillette des mûres, au plaisir sans complexe de savourer un banana-split, en passant par la magie colorée des kaléidoscopes ou l'épluchage subtil des petits pois.


Extraits
"On pourrait presque..." C'est bon, la vie au conditionnel.  - On se surprend à marcher sur le bord du trottoir comme on faisait enfant, comme si c'était la marge qui comptait, le bord des choses.  -   Comme on volait enfant des confitures dans l'armoire, on dérobe au monde adulte un plaisir indécent réprouvé par le code, jusqu'à l'ultime cuillerée, c'est un péché.  - Une citation de l'auteur : "J'ai toujours rêvé d'écrire des petits textes, des petites touches impressionnistes [...] pour évoquer le plaisir à petite dose"

Commentaires
C'est un moment rare de lecture, qui nous parle de ces tout petits riens, ces plaisirs simples et essentiels qui pourtant marquent notre mémoire souvent de manière indélébile. A lire lentement comme un bon plat que l'on savoure...

Posté par anne_p à 19:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


vendredi 24 novembre 2006

Dernière lecture

Bouche cousue
bouche_cousue

Mazarine Pingeot


Résumé
Premier ouvrage de l'auteur consacré au secret qui a marqué son enfance. Mazarine Pingeot y retrace les années de celle que l'on qualifia publiquement de "fille illégitime" de l'ancien président de la République, confiant à un enfant à venir ("Je fais ce livre pour toi, enfant qui viendra un jour") ce que furent ces années-là et à quoi ressemblèrent ces 'dix-neuf ans dans l'ombre'.

Citations
«J'ai été longtemps invisible. Et puis montrée du doigt»
«contrainte de me taire, de ne pas exister aux yeux des autres, de n'avoir pas de nom, de n'avoir pas de père, et pas même de père imaginaire puisque le vrai existe bel et bien»

Commentaires
Dans ce roman, Mazarine, de façon très pudique et surtout « a politique », parle de son père et non de l'homme d'état qu'il a été. Elle y aborde avec finesse de grands thèmes : les racines, l'image de soi, le rapport aux autres, la notoriété, le mensonge, la mort, la descendance, l'oubli. Loin d’être exceptionnelle, cette autobiographie mérite tout de même d’être lue, ne serait-ce que pour comprendre la souffrance de cette jeune femme, sa quête d’identité volée dans son enfance et pour voir d’un autre œil cet homme qui nous paraissait tellement « inaccessible ».

Posté par anne_p à 17:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 24 octobre 2006

Dernière lecture

Créatif de choc
cr_atif_de_choc
Roger Von Oech

Présentation de l'ouvrage :
" Créatif de choc " fait la lumière sur les 10 blocages qui vous empêchent d’être aussi créatif que vous pourriez l’être, et vous explique comment les faire sauter. La théorie : "la meilleure idée, c’est dans votre tête qu’elle se trouve".

Quelques citations :
" L’homme est davantage lui-même quand il parvient au sérieux de l’enfant qui joue " u " La plupart des progrès dans l’art, la science, la technologie, les affaires, le marketing, la cuisine, la médecine, l’agriculture et le design ont été faits lorsque quelqu’un a défié les règles et tenté une autre approche ". u " une attitude de jeu est fondamentale à toute pensée créative " u " L’art, c’est de savoir faire évoluer le premier trait. Le plus difficile, c’est de poser la première ligne, mais il faut le faire ".

Mon sentiment au sujet de ce livre :
J’ai adoré la préface de Ségéla, qui caresse de façon risible l'auteur à rebrousse poil ... pour finalement se rallier à sa cause. Même si ce livre finit de toutes façons par motiver, je ne suis pas certaine qu'il arrive à développer le côté créatif des individus : il nous confirme juste que nous le sommes tous et qu'il n'y a pas de limite à notre créativité, pour peu qu'on sache se débarrasser de nos modes de pensée hérités de l'éducation. Je trouve par ailleurs que l'auteur use (et abuse ?) de nombreuses citations d’autres auteurs...

Posté par anne_p à 22:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 7 octobre 2006

Dernière lecture

T’es pas ma mère
t_es_pas_ma_mere
Prune Berge

Résumé
Stéphanie a 20 ans lorsqu'elle découvre qu'elle est née sous X. Les lettres échangées entre Stéphanie, sa mère biologique vietnamienne et adoptive française se croisent et tissent une réflexion sur la maternité, l'abandon et l'adoption.

Citation
J’écoute les vagues et le vent sur l’eau et dans les pins, une voiture au loin de temps en temps. Je t’habitue (…) au grondement de l’océan qui nous rappelle que l’univers est grand et vieux et vivra longtemps, que la vie d’un être humain qui se résumera un jour à quelques grains de sable est pourtant si préxcieuse, demande tant de soins et d’attention que l’on comprend bien que les hommes n’acceptent pas qu’elle se limite à son temps sur terre.

Sentiment personnel
Un roman tout simplement écrit sur un ton juste et sincère. A mon sens, voilà un très beau roman, plein d'espérance, un livre émouvant que je vous recommande vivement !


Serait-il dans nos gènes, ce goût de la lecture ? Si je me souviens (bien) de mon père, de ses frères et soeurs, qui ont toujours un bon roman sur leur table de nuit ou posé là, négligemment, sur leur canapé, et qui ont, à eux cinq, torpillé le réseau de bibliothèques de leur ville, ainsi que de ma grand-mère paternelle, je dirais que oui...
Et voilà mes filles qui prennent (frénétiquement) la relève !...
Mais peut-être est-ce plutôt une "façon de devenir", car une de mes grandes victoires est d'avoir aussi fait aimer la lecture à mon mari !

Mathilde__lectrice
une de mes filles, en pleine lecture
(là, inutile d'essayer de lui parler...)

Posté par anne_p à 22:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 1 octobre 2006

Dernière lecture

Les arcanes du chaos
arcanes_du_chaos
Maxime Chattam

RÉSUMÉ DU LIVRE
Quand les ombres envahissent ses miroirs, la vie de Yael bascule dans le cauchemar, la violence, la confusion. Pourquoi ces étranges messages l'invitant à regarder de l'autre côté du monde ? Qui sont ces hommes qui tentent de la détruire, et pourquoi ? Esotérisme, codes secrets, sectes millénaires. Des entrailles de Paris aux tours de Manhattan, Chattam entraîne le lecteur dans une terrifiante course contre la montre, contre la mort.

Citation
« Les vainqueurs sont souvent ceux qui écrivent l’histoire »

Commentaires
Dans ce roman : une paranoïa exacerbée et un rythme haletant pour décrire un complot mené à l'extrême. L’auteur, à mon gôut, entretient le suspense avec des effets excessifs, une histoire abracadabrante (mais on est dans la fiction, c’est vrai, ce n’est pas mon style favori…). Va pour le suspens, ok aussi pour le véritable réquisitoire documenté contre de grandes industries américaines que mène l’auteur, pour la dénonciation de la conspiration et de la manipulation de masse. Des groupe d'initiés, reliés par des sociétés secrètes pourraient-ils influencer l'histoire à l'échelle mondiale, comme c’est le cas dans ce roman ?… Y aurait-il des hommes si puissants qu’ils puissent se prendre pour les maîtres du monde ?…
L’actualité nous pousse à le croire, hélas.

Posté par anne_p à 18:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


lundi 18 septembre 2006

dernière lecture : Anges et démons

de Dan Brown

anges_et_d_mons

Résumé du livre
Robert Langdon, le célèbre professeur d'histoire de l'art, spécialiste de symbologie religieuse, à Harvard, est convoqué au CERN, en Suisse, pour déchiffrer un symbole gravé au fer rouge sur la poitrine d'un éminent homme de science qui a été assassiné. Il découvre qu'il s'agirait d'un crime commis par une très ancienne société secrète, les 'illuminati', laquelle s'est également emparée d'un conteneur renfermant une substance très dangereuse. La secte, qui vient de resurgir après une éclipse de quatre siècles, a juré d'anéantir l'Eglise catholique. Langdon ne dispose que de quelques heures pour sauver le Vatican qu'une terrifiante bombe à retardement menace ! Ici Langdon aura comme alliée, Vittoria, une ravissante jeune scientifique qui l'aidera à décrypter d'archaïques symboles.

Citations du livre
"C'est la science, dites-vous, qui nous sauvera ?" u " La foi nous rend responsable envers nous-même, envers les autres, envers une vérité supérieure." u "La progression de la science est exponentielle. Elle se nourrit d'elle-même, comme un virus. Chaque nouvelle avancée en annonce une autre. Il a fallut des milliers d'années pour progresser de la roue à l'automobile. Mais, en quelques décennies, elle est passée de la voiture à la fusée spatiale. Le rythme du progrès scientifique se mesure aujourd'hui en semaines. L'homme est incapable de le maîtriser."

Commentaires
Ce premier roman de Dan Brown, je l'ai lu en un temps record. Pour moi, il est bien plus captivant que le célébrissime 'Da Vinci Code' (qui très honnêtement, malgré tout le tapage dont il avait fait l'objet, m'avait déçue : je trouvais que cela ressemblait -trop...- à un scénario pour faire un film...), avec visite des couloirs du Vatican et de ses lieux les plus secrets, rythme complètement effréné, intrigue totalement rocambolesque voir loufoque (tordue)… Ce n'est pas de la grande littérature, mais quel suspense !!! Et puis, se pose en arrière-plan la question de l'avancée fulgurante de la science et de l'impact qu'elle a sur la spiritualité des hommes...

Posté par anne_p à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 17 septembre 2006

dernière lecture : Les jardins de Kyoto

de Kate Walbert

le_jardins_de_kyoto

Résumé du livre :
Cela commence comme une confession, celle d'Ellen Rock qui perd, à dix-huit ans, l'amour de sa vie, porté disparu lors du débarquement des troupes américaines sur une île japonaise. Il lui laisse pour seul souvenir Les jardins de Kyoto, ce livre étrange qui non seulement éclaire d'un jour nouveau sa brève existence mais bouleversera à jamais celle d'Ellen. Les guerres ne font pas des ravages que sur les champs de bataille : elles kidnappent la mémoire et prennent la réalité en otage. Il faut tout le talent romanesque de Kate Walbert pour tisser la trame de ces drames intimes et donner la parole à ces douleurs muettes.

Mes réflexions, autour de ce roman :
Je dois dire que j'ai plutôt bien aimé. On ressent un genre de "décalage", avec le sentiment que ce roman a été écrit pendant la guerre, en tout cas à une autre époque. Il n'en est rien.
On avance tout doucement dans l'histoire, de façon un peu bancale, pour finalement voir émerger des situations graves, traitées de manière sensible et douce.

Extrait du livre :
"Et je l'ai laissé partir. J'aurais pu sortir les mains de mon manteau. J'aurais pu l'entourer de mes bras. J'aurais pu les garder autour de lui jusqu'à ce que le train ait quitté la gare. Ça n'aurait pas été difficile. J'aurais pu simplement le retenir, le serrant si fort dans mes bras que personne n'aurait osé le dégager de mon étreinte."

 

Posté par anne_p à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 8 septembre 2006

dernière lecture : Maintenant, c’est ma vie

de Meg Rosoff

maintenant__c_est_ma_vie

 

RÉSUMÉ DU LIVRE

'Tout a changé l'été où je suis partie en Angleterre passer quelques temps chez mes cousins. Un peu à cause de la guerre, qui a chamboulé pas mal de choses, évidemment, sauf que de toute façon, avant la guerre je ne me rappelle presque rien - pas de quoi écrire un livre, contrairement à ce qui va suivre. Non, si les choses ont changé c'est surtout à cause d’Edmond. Voilà ce qui s'est passé...

Mes réflexions, autour de ce roman :

La guerre, la peur, l’amour, l’incompréhension, le courage, l’enfance, la mort, l’amitié, la souffrance, l’anorexie, la survie. Ce roman (un journal), écrit par une adolescente, est intense et trouble. Il évoque des thèmes forts. Il est effrayant, mais passionnant.
Ce roman a plusieurs fois été primé : Prix Luchs en Allemagne - Prix Michael Printz aux États-Unis - Prix Guardian du livre jeunesse en Angleterre.
A découvrir, apparemment dès 12 ans (moi je dirais pas avant !) et je crois que ce roman s’adresse aussi bien à un public d’adultes que d’ados.

 

 

 

Extraits du livre :
" Je commençais à croire que certaines choses arrivent, qu’on le veuille ou non, et qu’une fois qu’elles sont lancées, on n’a plus qu’à s’accrocher, fermer les yeux et attendre de voir où on va atterrir quand ça va s’arrêter. "

 


"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire...
J'ai la certitude d'être encore heureux. "
Jules Renard (1864-1910)

 

Posté par anne_p à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 9 août 2006

dernière lecture : Ce crétin de prince charmant

Agathe Hochberg

roman_ce_cr_tin_de_prince_charmant

RÉSUMÉ DU LIVRE
Lorsqu’Ariane et Justine se rencontrent, rien ne peut laisser présager qu’une forte amitié va naître entre elles : la première est parisienne, mariée " par intérim " à un absent chronique et pleine de doutes sur son couple. La seconde est new-yorkaise, juive, adepte des cuites au Saké et désespérément célibataire. Mais ce serait sans compter sur l’appui du sujet de discussion universel : l’Amour ou pourquoi hommes et femmes s’opposent. Par email interposés, les deux jeunes femmes vont confier leur quotidien, d’un point de vue ironique mais plein de sincérité. Une correspondance transatlantique qui met définitivement " Bridget Jones " au placard. Ce thème souvent abordé dans les romans " à l’eau de rose " prend ici un sérieux coup de jeune. Et cela ne déplaira pas au lecteur. Tous les ingrédients sont présents pour faire de ce livre un véritable témoin de la société mais surtout de l’amour au 21ème siècle. Tour à tour, famille, hommes et amis sont malmenés par la parole aisée, acerbe et pleine d’humour de ces deux trentenaires. A ne pas confondre avec un recueil pour les ultra-féministes : hommes et femmes se reconnaîtront certainement dans ces discussions d’un réalisme déconcertant.

Mes réflexions, autour de ce roman :
Un roman idéal pour la période estivale (il se lit d’une traite), qui mesure l'importance de l'amitié, et analyse le malaise des trentenaires victimes du célibat. Ce roman nous fait doucement sourire, car on retrouve des situations qui nous rappellent notre vie… (je pense, pour ma part, au premier paragraphe du livre, que j’ai inséré dans les citations…).
Par contre, les passages sur la femme mariée, qui se délaisse (sous prétexte de ne plus se pomponner pour un oui et pour un non) me semblent décalés et globalement, j’ai quand même du mal à me sentir concernée par les préoccupations de ces 2 héroïnes.

Extraits du livre :
"Du ski?" Certainement pas. Je n'ai pas appris quand j'étais enfant ; la première fois que je suis montée sur des skis, j'avais dix-sept ans ; c'est fou ce que la conscience du danger peut gâcher le plaisir. Pourtant j'ai fait des efforts, mes amis se sont relayés pour m'apprendre et docilement, je plantais mon bâton, je pliais les genoux ... tandis que des gamins de quatre ans me dépassaient tout schuss. (…) Jamais passé autant de temps à m'habiller et me déshabiller. S'habiller, et se déshabiller ; monter, descendre : pas mon truc. Et il fait froid là-bas, très froid. J'ai horreur du froid, quand j'ai froid je me sens toute petite. l Je ne sais pas comment je fais, mais je m’arrange toujours pour tout remettre au lendemain, et pourtant, j’arrive à faire pas mal de choses. Un paradoxe, sûrement. l Je n’aime pas tellement l’art contemporain, (…) j’ai vraiment l’impression de détonner au milieu de tous ces gens à qui un dégradé de bleu inspire tant d’interprétations. l Quand suivre la mode revient à porter uniforme, c’est plutôt pathétique.


 

Maman_les_p_tits_bateauxJ'ai aussi lu "Maman les p'tits bateaux", de Claire Mazard, qui traite de l'inceste, et qui est destiné aux enfants de 10-11 ans (pour voir si mes filles pouvaient le lire aussi...). Ben moi, j'aime autant qu'elles lisent cela un peu plus tard. C'est très dur, et à mon avis ce livre peut être trop troublant pour des enfants de cet âge-là....

 

 

 

 

Posté par anne_p à 23:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 5 août 2006

dernière lecture : La colère de dieu

 

de John Fante

 

livre

 

 

 

RÉSUMÉ DU LIVRE
A la fin de la semaine, le Gamin avait raconté tellement de mensonges que seul Dieu qui sait tout, avait pu en tenir le compte exact. Le Gamin avait appris que le chemin tortueux qui mène à la gloire et aux choses de la chair, passe par le vol et le mensonge. Il ressemblait à une boule de neige qui dévale ll montagne et prend de la vitesse à chaque instant. Il était désormais possible de l'arrêter. Il était sur la route de l'enfer...

Mes réflexions, autour de ce roman :
Six nouvelles : "Un enlèvement dans la famille", "Poseur de briques dans la neige", "La chanson loufoque de ma mère", "La route de l’enfer", "L’un de nous" et "La colère de dieu", qui sont des souvenirs d’enfance de John Fante. Elles nous parlent de ce que pouvait être la vie d’un gosse italien, fils de maçon, aux Etats-Unis à cette époque là.
C’est un peu spécial, sans véritable lien, à part des personnages récurrents dans chaque histoire : l’enfant, le curé, la mère (dont la condition me semble très peu enviable), le père (un être rustre !). Disons que ça se lit... mais que je suis loin d'être emballée...

Posté par anne_p à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]