jeudi 30 janvier 2014

terre-mer

Celles-ci sont vraiment mes couleurs,
du bleu turquoise et de l'ocre :
celles qui nous rapprochent du soleil...

2014-001BagueLeBruitDesVagues

Bague en pâte polymère
(polymère, peinture acrylique)

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


mardi 28 janvier 2014

PaletteDeCouleurs1 >>>> Calypso

Cette nouvelle rubrique vous inspire-t-elle ?
(moi oui...)

J'attends vos réactions !

Couleur001LeBruitDesVagues

Photo janvier 2014

Posté par anne_p à 21:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 26 janvier 2014

dernière lecture : Immortelle randonnée - Compostelle malgré moi

de Jean-Christophe Rufin

1356003868_0_0

Présentation de l'éditeur :
Jean-Chistophe Rufin a suivi à pieds, sur plus de 800 km, le "Chemin du Nord" jusqu'à Saint-Jacques de Compostelle. Beaucoup moins fréquenté que la voie habituelle des pèlerins, cet itinéraire longe les côtes basque et cantabrique puis traverse les montagnes sauvages des Asturies et de Galice.
"Chaque fois que l'on m’a posé la question « Pourquoi êtes-vous allé à Santiago ?», j’ai été bien en peine de répondre. Comment expliquer à ceux qui ne l'ont pas vécu que le Chemin a pour effet sinon pour vertu de faire oublier les raisons qui ont amené à s'y engager ? On est parti, voila tout."
Galerie de portraits savoureux, divertissement philosophique sur le ton de Diderot, exercice d'autodérision plein d'humour et d'émerveillement, "Immortelle randonnée" se classe parmi les grands récits de voyage littéraires. 
On y retrouvera l'élégance du style de l'auteur du Grand Coeur et l'acuité de regard d'un homme engagé, porté par le goût des autres et de l'ailleurs.

Mon sentiment au sujet de ce roman
Le pélerinage vers Saint Jacques de Compostelle fait partie de ces choses qui m'intriguent, m'attirent un peu, sans doute... Une de mes amies, Paulette, part tous les ans avec une copine et reprend sa marche où elle l'avait laissée, l'année précédente. J'aime bien quand elle m'en parle : elle rencontre des personnes plus ou moins intéressantes, souffre dans ses chaussures, revient à la fois inchangée et sereine, après avoir beaucoup parlé, je crois, avec Béné. Sa quête est probablement celle de l'échange...
Jean-Christophe Rufin, lui, est parti seul, pour 900 km de marche. Il raconte, avec beaucoup d'autodérision, ses rencontres, et les anecdotes les plus intéressantes de son périple... Il a choisi le chemin du nord, le plus sauvage, celui qui longe la mer, pour rejoindre Compostelle. Son récit est franchement plaisant : on le suit, pas à pas, avec plaisir. Avec une immense sensation de liberté (qu'il semble perdre dès sa femme arrivée !).
Un témoignage tout à fait passionnant... Il en parle d'ailleurs très bien lui-même... http://www.editionsguerin.com/boutique_fr_article_367.html

 

Morceaux choisis :
"Être homme, ce serait connaître Dieu ou, à tout le moins, le chercher. L'animal poursuit sa proie ; l'être humain court après son salut."
"En partant pour Saint-Jacques, je ne cherchais rien et je l'ai trouvé"
"Habité et vivant, le quartier historique de San Vicente est une friandise pour pèlerin désespéré."
"L'essentiel consiste à méditer sur la notion de charge et, au-delà, sur le besoin, sur l'objet."
"Quiconque marche sur le Chemin finit tôt ou tard par penser qu'il y a été condamné. Que ce soit par lui-même ne change rien : les sanctions que l'on s'impose n'ont pas moins de rigueur, souvent, que celles qu'inflige la société."
"Chacun porte en lui un nombre variable mais toujours excessif de sujets délicats : décisions procrastinées, projets auxquels on n'a pas consacré assez de temps, interrogations métaphysiques auxquelles on n'a jamais eu le courage de répondre."
"Sans doute ne suis-je pas le seul à goûter les choses et les êtres au moment où ils nous quittent. Mais j'ai poussé plus que d'autres le vice ou la gourmandise jusqu'à m'éloigner souvent de ce que j'ai de plus cher, pour en mesurer le prix. Jeu dangereux où l'on peut gagner beaucoup, mais où il y a encore plus à perdre."
"Mais c'est justement toute la force du christianisme que de tenir ce grand écart entre des formes si opposées de spiritualité. Entre les moines en leur château sacré que l'on nomme une abbaye et la plèbe de curaillons de compagne dans leurs églises sommaires qui tenaient plutôt du hangar à foin que de la cathédrale, les mêmes symboles et les mêmes rituels tendent un pont solide."

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 25 janvier 2014

petite mise en bouche

Une petite mise en bouche,
pour titiller votre curiosité !

;)

IMG_20140125_095731

Posté par anne_p à 10:08 - Commentaires [10] - Permalien [#]

jeudi 23 janvier 2014

dernière lecture : Plonger

de Christophe Ono-Dit-Biot

plonger-ono-dit-biot-201x300

 

Présentation de l'éditeur :
Ils l’ont retrouvée comme ça. Nue et morte. Sur la plage d’un pays arabe. Avec le sel qui faisait des cristaux sur sa peau. Une provocation. Une invocation. À écrire ce livre, pour toi, mon fils. ».
Un homme enquête sur la femme qu’il a passionnément aimée. Elle est partie il y a plusieurs mois, pour une destination inconnue, le laissant seul avec leur petit garçon. Quand le roman s’ouvre, on l’appelle pour lui dire qu’on l’a retrouvée morte, sur une plage, près des vagues, vraisemblablement noyée, dans un pays lointain au paysage minéral qui pourrait être l’Arabie. Elle était artiste, elle s’appelait Paz. Elle était solaire, inquiète, incroyablement douée. Elle étouffait en Europe. Pour son fils, à qui il doit la vérité sur sa mère, il remonte le fil de leur amour - leur rencontre, les débuts puis l’ascension de Paz dans le monde de l’art, la naissance de l’enfant – et essaie d’élucider les raisons qui ont précipité sa fin.

Grand Prix du Roman de l'Académie Française 2013

 

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Je crois que je vais avoir du mal à exprimer mon sentiment... Je suis toute tourneboulée, et je crois qu'il faut que je remette doucement mes idées en place. 
Vous dire que j'ai avancé vers l'adoration totale, alors qu'au départ ma lecture était très mitigée, voire très critique, distante. Aucune envie de m'imprégner, de poursuivre : trop de clichés, d'étalage de connaissances dans tous les domaines, y compris linguistique : on finit par se sentir ridiculement inculte, c'est vexant, à la fin ! 
Sauf que "Monsieur" se fait durement remettre à sa place par les gens, par la vie, et il en prend même plein la figure. Tellement violemment qu'il en perd sa superbe et devient humain, fragile, enfin accessible, aurais-je envie de dire. Parce que vient alors le moment où il devient possible d'aborder les choses simples, un monde où l'instant compte, où l'on ne cesse de s'émerveiller… L'auteur, par un tour de passe passe, nous hypnotise jusqu'à nous donner cette impression d'être au cœur des choses. Voir souffrir César nous désole et nous touche, profondément. Le voir aimer jusqu'à ce point de non-retour est très émouvant. Très dur à contempler, sinon impuissants...
J'ai aussi aimé ce roman qui aborde, l'air de rien, de nombreuses préoccupations contemporaines, qui met le doigt sur l'art, sur la fragilité de la vie et de l'amour. Sur la vie sous-marine qui nous propulse dans un autre monde, cela me donnerait presque envie d'y retourner faire un tour, dans ce monde subaquatique merveilleux, même si j'ai une peur viscérale de l'eau...
Plonger, quel titre inspiré ! 
Parce que oui : ici on plonge, littéralement, vers un univers qu'il ne sera plus jamais possible d'oublier.

J'ai bien aimé l'analyse de Leiloona Bricabook, qui aborde sa lecture avec un autre regard (également enthousiaste). 

 

Morceaux choisis :
"Dans la vie, n'attends pas que le destin te prenne en charge. Le destin te regarde, il sera séduit s'il te voit entreprendre, il sera bon compagnon et te filera un coup de main, mais c'est à toi de faire le premier pas. Même si c'est absurde."
"C'est fou ce que l'argument professionnel rassure les gens quand leur conscience leur dit que ce qu'ils ont fait n'est pas bien. C'est fou ce que ça les empêche de se rebeller, aussi..."
"La plupart des gens, autour de moi, portaient des casques. Certes, pour la musique, mais quand même, des casques, comme s'il fallait se retrancher du monde pour pouvoir le supporter."
"Les réseaux sociaux nous serinaient le mot "partage", nous faisant croire aux mirages d'un monde où tout serait mis en commun, alors que c'était tout le contraire".
"Il semble que l'être humain s'épuise aux yeux de l'autre comme s'épuisent les gisements d'or. On ne trouve plus d'or en l'autre, alors on le quitte".
"On méprise le mot "spécialité". Mais tant que ce mot existera, cela suffira à nous faire comprendre que le monde est encore divers".
"Quelle est son histoire ?" demanda ta mère, que j'aimais aussi pour ça : elle mettait de l'humain dans tout. Chaque homme, chaque femme avait une histoire, un drame, un bonheur qui expliquait sa façon d'être".
"Un artiste n'a pas à parler. L'oeuvre parle d'elle-même".
"Je ne crois pas, en effet, que notre époque puisse se raconter sous la forme d'un roman. Il faut un minimum de narration, et ce monde-ci, toujours entrecoupé par la réception d'un SMS, d'un mail, ne raconte plus grand chose dans la longueur. La seule chose qui y soit continue, c'est l'interruption".
"Terrible quand même, cette non-réciprocité de l'émotion, ces coups de foudre individuels".
"Notre corps ne s'arrête pas à notre corps".
"On ne décide pas du sommeil. Il vient, ou il  ne vient pas".
"[...] dit qu'il poursuit ce moment de notre vie où l'on n'a pas de doutes, où l'on ne juge pas, où il y a juste à accepter le monde, à vivre simplement les choses comme elles sont. Il a même une définition de l'art que je trouve très belle : "L'art est cette quête permanente de l'effacement de l'anxiété".
"La vie, pour moi, c'est sans les hommes, sans les cornets de glace, les parasols, la bière, les sandwichs. La nature libérée de l'humanité..."
"Je t'aime, Paz", ai-je dit. Elle a répondu : "Ce que tu viens de dire est très grave".
"[...] Dans le domaine de l'art, on aime toujours pour des motivations privées. Parce que les œuvres, qu'elles soient filmiques ou graphiques, remuent des choses en vous".
"Mais il faut bien quelqu'un pour la regarder, la nature".
"Remets-toi, sans cesse, dans le chemin de l'essentiel. Balance le reste. La vie est trop courte".
"La presse [...] c'est la parole à l'état de foudre ; c'est l'électricité sociale".
 

 

Ouah ! Christophe Ono-dit-Biot a exactement les traits que je donnerais à César (le héros du roman "Plonger"). Le voici, présentant les raisons qui pourront vous pousser à lire, vous aussi, ce magnifique roman.

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


mardi 21 janvier 2014

oiseaux de passage

Sitôt finies,
sitôt envolées....

2013-086BouclesLeBruitDesVagues

Boucles d'oreilles en pâte polymère

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 19 janvier 2014

un rythme, des saisons, le temps qui passe...

« Peu importe la vitesse à laquelle tu avances
tant que tu ne t’arrêtes pas. »

Confucius

 

IMG_20140117_162945

IMG_20140117_162822

IMG_20140117_163130

Photos dans la chartreuse
en hiver
voilà maintenant quelques années...

Posté par anne_p à 11:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 16 janvier 2014

dernière lecture : Béni soit l'atome

de René Barjavel 

4717-h350

¬¬¬¬¬

Présentation de l'éditeur :
Anicette a le sourire doux comme l'aurore. Genête est un trésor pur, le germe à la pointe de l'amande dans le noyau du fruit et la plus haute branche. Péniche, lui, est un naïf aux grands pieds, solitaire au milieu des bois, incapable d'apprendre le pas des militaires. Celle-ci encore est fée, bénie de Dieu mais tourmentée d'innocents désirs. A eux, coeurs purs, les secrets révélés de l'amour, son éternelle et pleine félicité. Quant aux autres : ergoteurs, jaloux, envieux, confits d'absurdité et de savoir, toujours en quête d'une improbable et vaine perfection, à eux les guerres sans fin, les cataclysmes et les misères d'une stupide condition humaine... Mais dans la poudre et le sang, à coups de canon et d'explosions atomiques, aujourd'hui, demain, sur terre, au ciel ou dans les mains miraculeuses d'une fillette, le même destin s'accomplira jusqu'à son terme...

Mon sentiment au sujet de ce roman :
René Barjavel aura toujours mes faveurs. Toujours.
Parce que c'est un homme totalement libre : d'écrire tout ce qui lui passe par la tête, de la façon la plus poétique qui soit... et si l'on y réfléchit, avec un regard tellement visionnaire et philosophe. J'adore cette manière qu'il a d'évoquer, d'une façon très fantaisiste, toute l'évolution de l'humanité en un seul paragraphe (*), cette impression qu'il nous donne de marcher avec lui dans un rêve éveillé, à la fois oppressant et rassurant, pourtant, puisque tel s'annonce l'avenir de l'homme (ou, pire (?) sa réalité et parfois aussi son passé, en tout cas notre enfance envolée...), d'assister avec lui à des événements hors normes, mais tellement plausibles ! (il évoquait déjà la naissance des epub !) (**)
Je crois que c'est dommage d'enchaîner ces nouvelles. Il faudrait les lire séparément, en prenant le temps de les digérer tranquillement avant d'en entamer une suivante, ce que je ne sais décidément pas faire...

Morceaux choisis :
(*) "Plongés dans l'obscurité, les garçons et les fillettes prenaient des yeux très grands et très clairs, qui leur permettaient de voir tout ce qui s'enfuit à la moindre lueur. Dans les souterrains perdus sous les collines, les grottes immenses, où leurs soupirs se multipliaient en chants d'orgues, au bord des lacs endormis dont l'eau enfermée au premier jour du monde n'a jamais connu la lumière que Dieu créa, les enfants découvraient des prairies de fleurs qu'on ne peut toucher, des trésors de gemmes aux luisances imperceptibles, des animaux furtifs aux ailes repliées, des fresques de chevaux galopants peintes en traits de nuit sur des murs de ténèbres."
(**) "[...] la bibliothèque électrique qui lui permet de faire dérouler, sur son écran de poche ou d'appartement, le texte de tous les livres du monde [...]"
"Quand les habitants de la ville commencèrent à trembler de peur, le roi, lui aussi, s'inquiéta. Il savait que, lorsque quelque chose ne va pas, les citoyens en rendent volontiers le gouvernement responsable, sans chercher le moins du monde à discriminer leur propre responsabilité. Le gouvernement est là pour gouverner."
"Les psychologues sont rares, et plus encore les gens attentifs"
"On croit tout quand on ne sait pas mentir".
"Il réfléchit longuement, et parvient à cette conclusion que la principale faiblesse de l'homme est justement sa faiblesse".
"Cruauté de ton coeur, et les erreurs de ton esprit sont éternels".
"En vérité, ils portaient en eux le regret des ans où ils étaient des enfants aux yeux clairs, où la réalité visible ne bornait pas leur univers, où toutes les aventures étaient possibles. Mais aucun d'eux n'aurait osé se l'avouer. Les enfants ne sont que des enfants".

***

Et puis comme ça, en passant... :
cette semaine, dans un article du Monde, il était question de cryogénie. Elle ne semble désormais plus seulement un délire visionnaire de Barjavel (voir le roman "Ravage" que, entre parenthèses, je vous conseille vraiment...).
Je vous invite à découvrir de quoi il en retourne, en cliquant sur le lien. Beurk... ça donne sacrément froid dans le dos !  
;)

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 14 janvier 2014

ramifications

"L'homme ne pourra jamais cesser de rêver.
Le rêve est la nourriture de l'âme 
comme les aliments sont le nourriture du corps"

(Paulo Coelho)

IMG_20131217_145653

Photo décembre 2013

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 12 janvier 2014

enfermer un infini

"L'opération de l'artiste
consiste à tenter d'enfermer un infini."

Paul Valery,
dans "Paradoxe sur la recherche"

 

2013-087CollierLeBruitDesVaguesV2

Collier en pâte polymère,
serti de perles de rocailles