lundi 28 novembre 2011

introversion

" Le mieux est de tout garder dans nos petites têtes,
personne ne peut voir ni soupçonner
ce qui s'y trouve "

(un passage de "Farenheit 751). 

Le_bruit_des_vagues_DSC07977

photo automne 2011

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


dimanche 27 novembre 2011

ça ne prévient pas quand ça arrive

La fimomanie,
c'est quasi-maladif :
ça ne prévient pas quand ça arrive,
et puis ça ne vous lâche plus.
La moindre faille dans un emploi du temps
suffit à assouvir
cet ugent besoin
de malaxer la pâte

(ça craint...)
2011_127BarretteLeBruitDesVagues

70475293_p

barrette et bracelet coordonnés
en pâte polymère
avec la technique "chevrons" de Cécilia
et parce que ça me démangeait trop !

Une création récente
qui ne serait pas encore visible en boutique vous plaît ?
N'hésitez pas à
me contacter

 

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 26 novembre 2011

dernière lecture : Une anglaise à bicyclette

 de Didier Decoin

Didier-Decoin-Une-Anglaise-à-bicyclette

¬¬¬¬¬

Présentation de l'éditeur :
Un massacre d'indiens dans le Dakota du Sud.
Le mariage d'une jeune femme avec son père adoptif dans l'Angleterre victorienne.
Un constable trop méticuleux.
Une bicyclette qui change un destin.
Cinq mystérieuses photographies.
Et sir Arthur Conan Doyle qui croit dur comme fer à l'existence des fées.
Le romanesque à l'état pur de Didier Decoin.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Et bien voilà : je suis super-déçue.
J'avais entendu l'auteur à la radio parler de son roman, et puis, surtout, j'avais déjà lu deux romans de Didier Decoin. Et me voilà me délectant par avance de ce dernier récit d'un auteur que j'apprécie beaucoup. Sans doute en attendais-je trop...
J'y ai cru, pourtant, dans les premières pages : de l'aventure, de l'écriture forte, des scènes assez incroyables. C'est après, je crois, que ça se gâte, sans doute parce qu'Emily n'est résolument pas à sa place dans cette Angleterre victorienne, ou que le récit est, à mon goût, excessivement romanesque ?
Un plus, malgré tout : savoir que les évènements forts de ce roman sont fondés sur des faits "réels" :
le massacre des indiens de Wounded Knee
les fées de Cottingley

D'autres avis, plus encourageants, pour vous permettre de vous faire une idée un peu plus élargie ici.

Morceaux choisis :
" La vérité n'est pas une construction réfléchie, un assemblage d'éléments fabriqués, donc contrôlés, comme le sont les mensonges qui sont, dès leur conception, protégés contre le risque d'être éventés ; on peut les modeler, les améliorer au fur et à mesure qu'ils creusent leur sape ".
" Elan Noir dit que, pour les Lakotas, le cercle est tout et que tout est cercle. Les créatures, les éléments, les mondes hors de la Terre (le soleil et la lune ne sont-ils pas ronds ?), tout cela dessine un cercle. La vie de l'homme aussi, et les nids des oiseaux, et le cycle des saisons. Le cercle ne se discute pas, ne rompt pas, ne se divise pas ".
" Les Lakotas ont raison de penser que la vie d'une homme est un cercle, que tout finit par se rejoindre ".
" Les histoires sont inusables. Elles sont la seule chose au monde sur quoi le temps n'a pas d'emprise".


J'aime bien, aussi, entendre la voix des auteurs.
Et connaître leur visage.
Ici, Didier Decoin défend plutôt bien son dernier roman...
(et puis cet interview dans la magnifique librairie "Dialogue", à Brest)

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 21 novembre 2011

sans partition

"Qu'est-ce que ça veut dire, un oiseau pas comme les autres ?
Aussi bien un oiseau qui a le vertige
qu'un oiseau capable de siffler sans partition
toutes les sonates pour flûte de Mozart"

une citation de Jean-Louis Fournier
dans "Où on va Papa"

2011-125CollierLeBruitDesVagues

Celui-ci est en terre cuite émaillée !

dimanche 20 novembre 2011

poussière de pollen

Est-ce que, si je regarde dans un microscope,
la poussière de pollen ressemble à ça ?
Ou plutôt les ailes d'une abeille, peut-être... (*)

2011-119CollierGaletLeBruitDesVagues

Collier en pâte polymère
en forme de galet

 

(*) Mais cela voudrait aussi dire que l'abeille aurait été dépourvue de ses ailes,
juste pour que je puisse l'observer de près.

En ce moment, nos abeilles souffrent.
Des pesticides.
Et meurent.
Tout le monde en parle.
Ici, nous le constatons.

« Si l’abeille disparaissait de la surface du globe,
l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre
»

(une citation attribuée à Albert Einstein)

Posté par anne_p à 12:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


mercredi 16 novembre 2011

il suffit d'un souffle

Le rassurant de l'équilibre,
c'est que rien ne bouge.
Le vrai de l'équilibre,
c'est qu'il suffit d'un souffle pour faire tout bouger.

(une citation de Julien Gracq)

Le bruit des vagues-DSC05845

photo 2010

Posté par anne_p à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 14 novembre 2011

dans l'ordre ou le désordre

2011-122BarretteStroppelLeBruitDesVagues2011-121ColliersStroppelLeBruitDesVagues

2011-120BagueStroppelLeBruitDesVagues

Créations en pâte polymère
(inspiration Alice Stroppel,
mais un peu à ma sauce...)

Pour ce qui me concerne,
et puisque j'ai le choix,
j'aimerais autant dans l'ordre

 

dimanche 13 novembre 2011

et regarder dehors

depuis ta fenêtre

Un peu par hasard, mes yeux sont tombés sur cette photo-ci.
Moi qui me demandais justement si ma rubrique "fenêtre"
ne commençait pas à s'endormir un peu (...comme moi ?)
Et là, je me suis dit que je ne pouvais pas garder cette incroyable fenêtre pour moi...

315609_277127805640761_128125867207623_917122_1092418496_n

Si vous aussi voulez participer à cette rubrique,
consultez la règle du " jeu"... C' est par
ici !!!

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 12 novembre 2011

ça part dans tous les sens...

Décidément,
je crois que je n'arriverai jamais à me discipliner...

2011-118BrocheLeBruitDesVagues

Création en pâte polymère,
perles de rocaille et laine (broche)

(technique empruntée à Alice Stroppel) 

vendredi 11 novembre 2011

aussi loin que tu peux

Tu prendras ton envol
aussi loin que tu peux
Et j’t’aimerai d’en bas
mon astre suis tes pas
Ma gueule en cerf-volant
ton cœur à ciel ouvert
Ça y est je suis ta main
qu’il est long le chemin
qu’il est long le chemin
Pour ne plus toucher terre

Rien ne m’attache
tout me retient
Rien n’a de sens

Mokaiesh

J'ai découvert Cyril Mokaiesh avec infiniment de bonheur...
Ses chansons me touchent,
tant musicalement que par la force de leurs textes.
Je vous propose de partager avec vous ce grand, ce très grand artiste
par cette chanson-ci : "du rouge et des passions",
ma préférée.

(un clic sur la photo pour écouter)

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :