mercredi 31 août 2011

tatie

 DSC08323

- Dis, Tatie, on peut en faire un, nous aussi, collier en fimo ?
- Mais bien sûr, ma chérie ! Va chercher ta soeur, et choisissez vos couleurs.
- Ah tiens, tu as vu, on a presque pris les mêmes, avec Juliette !
- Je pourrai aussi mettre des trucs qui brillent, là, dessus ?
   (comprendre des strass...)
- Et moi percer toute seule mes perles ?
- Mais oui, mais oui...
 (heu...pas sûre que maman sera bien contente, ça pique vraiment, ce truc-là !)
- Pourquoi y'a toutes ces traces ?
- J'ai envie de faire des ronds !
- Et moi, des fleurs !
- ça colle, non ?
- Je peux utiliser ta lame qui coupe bien ?
- On peut mettre du doré ?
- C'est long, à cuire ?

- Bon, on y va, alors ? Je vous montre, et vous faites pareil !

...et c'est parti : 

DSC08310 DSC08320

DSC08318 

DSC08313_2

DSC08309 DSC08328

DSC08331 DSC08332

DSC08334

Le résultat ?
prometteur, je trouve !!!
(prudentes, elles m'ont tout de même confié le soin du montage...)

   Le collier de Charlotte (5 ans)                                                   et celui de Juliette (7 ans)

2011_DSC08377CollierEnfantLeBruitDesVagues 2011_DSC08375CollierEnfantLeBruitDesVagues

Et je vous montre aussi leur "modèle"

2011_104CollierLeBruitDesVagues

Colliers en pâte polymère,
avec cire à dorer et strass,
montage sur fil à scoubidous et perles de rocaille

Posté par anne_p à 15:14 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,


lundi 29 août 2011

pur plaisir...

2011-098CollierLeBruitDesVagues V1

Collier en pâte polymère
selon la technique de Julie Picarello

 

Cette création est disponible en boutique

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 28 août 2011

la tête dans les étoiles

 "Les étoiles, au dessus de ma tête,
sont toujours placées au même endroit,

le jour, elles sont
et pourtant je ne les vois pas."

Claudie Gallay
dans "L'amour est une île"

AnnePoncet Le bruit des vagues-DSC07135

Photo avril 2011

Posté par anne_p à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 26 août 2011

notre amie Julie

Elle est sympa, notre amie Julie !
Elle donne envie au fimoteuses de se retrouver !

rien que pour ça, son livre a du bon...

********************

Depuis quelques temps, Tewee nous régale en nous montrant les créations
que lui a inspiré la technique si particulière de Julie Picarello

(elle fait partie des chanceuses à posséder le livre de la dame...).
Mais là où elle est adorable, c'est qu'elle montre aussi aux copines comment s'y prendre !

Et voilà encore une occasion
pour un fimo-papotage-grignotage
où il fait bon se retrouver...

Avec Crème et Tewee
DSC08342_1

mais aussi Marianne (qui venait de Normandie !)
DSC08342_2

Les plaques que nous avons réalisées :

Celle de Tewee :
DSC08346

Celle de Crème :
DSC08346_2

Celle de Marianne :
DSC08346_3

Et la mienne :
DSC08346_4

D'autres photos de la rencontre sont déjà disponibles sur le blog de Tewee.
J'en profite aussi pour te remercier pour ce très agréable moment partagé !
...et puis, tu as vu, je n'ai pas mis de photos "compromettantes", moi !   ;)
...en fait, j'en avais pas !!!   ;(

Posté par anne_p à 15:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 25 août 2011

carte postale

AnnePoncet_Le_bruit_des_vagues_DSC08195

Photo juillet 2011
(Concarneau, Finistère Sud)

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


mardi 23 août 2011

dernière lecture : Les chaussures italiennes

de Henning Mankell

Mankell_Henning_Les_chaussures_italiennes

Présentation de l'éditeur :
A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l’archipel. Depuis qu’une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s’est isolé des hommes. Pour se prouver qu’il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s’y immerge chaque matin. Au solstice d’hiver, cette routine est interrompue par l’intrusion d’Harriet, la femme qu’il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer.
Le temps de deux solstices d’hiver et d’un superbe solstice d’été, dans un espace compris entre une maison, une île, une forêt, une caravane, Mankell nous révèle une facette peu connue de son talent avec ce récit sobre, intime, vibrant, sur les hommes et les femmes, la solitude et la peur, l’amour et la rédemption.

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Ce roman aura été un véritable petit régal : l'histoire d'un homme qui se remet tout simplement à vivre...
Avec une atmosphère très particulière : beaucoup de retenue, de paix, de douceur et de poésie, de violence et de solitude, aussi : la vie d'un reclus dans un univers fantastique, une île hors du temps dans un monde contemporain, une fille (belle), une autre (vengeresse), des chaussures (parfaitement incongrues) et tellement d'autres petits bonheurs distillés au fil des pages.
C'est beau, marquant, oserais-je dire inoubliable ?
(...un genre de conte, à lire plutôt en hiver, sous de douillettes couvertures...)

Morceaux choisis :
« Si j'ai quelque chose à dire, je le dis. Je ne crois pas qu'on doive tout partager. Si on fouille trop loin dans le coeur des autres, on risque de détruire l'amitié. »
(Cette première citation, vraiment, je l'aime ! Car je la trouve franchement à méditer en cette glorieuse aire facebookienne !!!)

« Il vaut mieux s'approcher des autres lentement. Si on va trop vite, on risque la collision ou le naufrage. »
« Il est aussi facile de se perdre à l'intérieur de soi que sur les chemins des bois ou dans les rues des villes. »
« Quand la chaussure va, on ne pense pas au pied. » 
« La vie tourne rarement comme on l'avait imaginé. »
« La nuit d'hiver était étoilée et immobile. Parfois, quand je vois un ciel comme celui-là, je regrette de ne pas être compositeur. »

Et puis, un passage un peu plus long :
"Des promesses, on en reçoit tant. On s'en fait à soi-même. Les autres nous en font. On a les politiciens qui nous parlent d'une vie meilleure pour les vieux, d'un hôpital où personne n'aura plus d'escarres ; on a les banquiers qui nous promettent des intérêts plus élevés, les produits qui nous promettent qu'on va perdre du poids, les crèmes qui nous promettent une vieillesse avec moins de rides. Vivre, ce n'est jamais qu'avancer dans son petit bateau au milieu d'un flot de promesses variées à l'infini. Quelles sont celles dont on se souvient ? On oublie celles qu'on voudrait se rappeler et on se souvient de celles qu'on préfèrerait oublier pour toujours. Les promesses trahies sont comme des ombres qui dansent autour de toi au crépuscule."

Posté par anne_p à 17:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 19 août 2011

un jour...

un jour,
n'en doutez pas,
je me pendrai à votre cou.

2011-077CollierLeBruitDesVagues

collier en pâte polymère
(technique du hidden magic et patine acrylique dorée)

jeudi 18 août 2011

ma préférence

 

Dans le méli-mélo,
j'ai toujours préféré le meli.

(une citation de Jean-François Deniau)

AnnePoncet Le bruit des vagues DSC08167

photo juillet 2011
(sur le port, Douarnenez)

Posté par anne_p à 16:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 16 août 2011

tant d'images...

chagall 1931 EquestrienneJe veux rire, courir, parler, pleurer,
et voir, et croire
et boire, danser,
crier, manger, nager, bondir, désobéir
J'ai pas fini, j'ai pas fini
voler, chanter, partir, repartir
souffrir, aimer
Je l'aime tant, le temps qui reste

(Le temps qui reste, Serge Reggiani)

 

 

Illustration : Equestrienne, Chagall, 1931

Posté par anne_p à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 14 août 2011

une promesse est une promesse

...ou comment confectionner une plaque de pâte à l'effet craquelé

AnnePoncet Le bruit des vagues-DSC07663

Il y a quelques temps déjà, je vous avais montré des saladiers réalisés en terre cuite émaillée (ils sont visibles ici et ).
La terre est un matériau qui m'attire beaucoup, même si je persiste à lui préférer "ma chère pâte fimo", qui me permet des créations plus "fines" et colorées.
Mais de la terre, j'ai retenu deux ou trois techniques, dont celle-ci, craquelée, qui me titillait. Etait-elle applicable ou non à la pâte polymère ?
Une seule manière de le savoir : tenter l'expérience.
Et bien ça marche !

2011-097BagueLeBruitDesVagues

Matériel :
- de la pâte polymère
- un pistolet à chaleur (heat gun), ou, si vous n'en possédez pas, un sèche-cheveux (chaleur max)
- les "couleurs" de votre choix (pastels secs et/ou peinture acrylique et/ou cire à dorer et/ou pearlex (etc)...
- un rouleau

Description des étapes, pas à pas :
étape 1 -
sélectionner une couleur de pâte. Pour ce genre de technique, surtout dans les premiers temps, l'idéal est d'utiliser du "scrap" : des restes de pâte mélangés ensemble. Vous risquez d'être surpris en obtenant de très jolies teintes ! Veillez, pour ça, à ne pas mélanger n'importe quelles couleurs ensemble !
La quantité ? Je dirais, pour votre première expérience, la valeur d'un demi pain de pâte
étape 2 - passer la pâte dans la machine plusieurs fois (cran le plus épais de votre machine) pour obtenir une pâte bien souple
étape 3 - déposer votre plaque de pâte sur un support plat (un endroit qui ne craint pas la chaleur). La pâte peut être déposée en double épaisseur (mettre alors un petit coup de rouleau pour bien assembler les deux morceaux). Au fil de vos expériences, vous adapterez l'épaisseur de la pâte à vos objectifs.
étape 4 - bien faire sécher la surface de la pâte avec le heat gun ou le sèche cheveux. (Attention ! c'est uniquement sur la partie apparente que l'on doit faire sécher)
étape 5 - lorsque la pâte est bien sèche sur le dessus, passer le rouleau pour étirer la pâte devant vous (comme vous le feriez avec une pâte à tarte !) : des craquelures apparaissent horizontalement.
étape 6 - tourner d'un quart de tour la plaque devant vous et passer à nouveau un (ou plusieurs !) coup de rouleau : de nouvelles craquelures apparaissent, dans l'autre sens
étape 7 - Lorsque l'effet de craquelures obtenu vous convient, les faire ressortir avec de la couleur : du bout des doigts, étaler par exemple, de la cire à dorer sur toute la surface de la plaque ou, comme ici, de l'encre Pinata que j'ai laissée sécher, puis de la cire à dorer (très peu)
étape 8 - utilisez cette plaque pour réaliser une création de votre choix
étape 9 - faire cuire selon la procédure habituelle
étape 10 - avec votre lame, vous pouvez légèrement gratter certains endroits des craquelures pour faire apparaître la couleur de base (ça n'est pas obligatoire !)
étape 11 - vernir ou klirer, selon vos goûts (mais à faire pour que les couleurs tiennent bien).

Et oui, voilà tout...
Comme toujours, vous pouvez utiliser des gants si vous voulez éviter les traces de doigts ...moi, je n'y arrive pas !
Expérimentez sur plusieurs couleurs, plusieurs thèmes, plusieurs formes...
(avec, sur votre blog, un lien vers ici pour dire d'où vient l'idée !)

---

Bon bon...
pour le tuto en images, je vous mets en lien un tuto déjà tout fait (...), (Avec copyright...).  
(...On va dire que ça m'aura fait gagner du temps).
https://www.cottagefever.com/Crackled%20Polymer%20Clay.pdf