de Claudie Gallay

GallayClaudieL_amour_est_une_i_le

Présentation de l'éditeur :
Alors que le festival d'Avignon 2003 s'enlise dans la grève des intermittents, une actrice célèbre retrouve sa ville natale, après dix ans d'absence. Elle y a vécu un amour passionnel avec le directeur d'un théâtre du festival off, qu'elle a quitté pour faire carrière. Ce dernier met en scène une pièce d'un auteur inconnu, sorte de poète maudit décédé dans des circonstances obscures...

Mon sentiment au sujet de ce roman :
Tout d'abord, vous dire que je trouve la couverture du roman magnifique.
Et son titre encore davantage.
Quant au roman, quel univers ! C'est à la fois beau et désolant. Extrêment troublant, étouffant même... Un genre de tragédie moderne. Magnifiquement écrit. Quel regret de refermer ces pages !

Morceaux choisis :
"Une vie humaine se résume à quatre petites choses :l'amour, la trahison, le désir et la mort."
"Créer ne suffit pas : il faut transmettre."
"Il y a toujours une multitude de raisons de faire ou de ne pas faire les choses."
"Si on suit son instinct, on n'est jamais coupable."
"J'écoute tout quand ça parle de toi."
"L'amour est une île, quand on part on ne revient pas."
"Se taire est la seule attitude valable."
"Les étoiles, au dessus de ma tête, sont toujours placées au même endroit, le jour, elles sont là et pourtant je ne les vois pas."
"Les colères s'apaisent, ce qui paraissait insupportable devient soudain familier. On s'habitue, d'autres sentiments prennent la place, quand on se retourne, ce qui faisait si mal est devenu du passé. C'est la force du temps."
"Est-ce que quand ils dorment les oiseaux rêvent qu'ils volent ?"
"Il y a quelque chose qui vit et, tout de suite à côté, une autre chose qui meurt."
"Le possible est ennuyeux. Avec l'impossible, on a des chances."
Si je lui avais coupé les ailes - Il aurait été à moi- Il ne serait pas parti- Mais ainsi, il n'aurait plus été un oiseau- Et moi- C'est l'oiseau que j'aimais (Josean Artze)
Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder (Oscar Wilde)